mardi 14 septembre 2010

Mes piranhas‏

Je ne suis pas faite pour le bonheur. C’est un constat affligeant. Mais je dois le faire. Je ne suis pas faite pour le bonheur.

Le bonheur ne m’aime pas. Le bonheur ne m’a pas à la facile. Le bonheur me fuit. Le bonheur me nargue. Le bonheur, c’est de la crisse de marde !

Oh ! oui, bien sûr, je suis de plus en plus sereine, de plus en plus zen, de plus en plus sage, de plus en plus indulgente envers moi-même… C’est vrai.

Mais.

Mais fucking rien. C’est toujours la même merde. Peu importe ce que je fais, peu importe mes efforts, peu importe mes envies, peu importe que j’essaie ou pas, peu importe ce que je veux ou pas, peu importe tout, c’est des coups sur la gueule tout le temps et de la crisse de marde ! J’essaie, j’essaie fort. Si fort, trop fort, comme une forcenée. Mais rien. Rien du tout. Les résultats, c’est quoi ? Un peu de sérénité qui vole au vent à n’importe quoi ? Des sourires plus fréquents, mais pourtant encore fragiles ? Rien. Rien du tout.

Je ne suis pas faite pour le bonheur. Je n’ai pas ce talent-là. Certains sont tombés dedans à la naissance. Comme des Obélix tombés dans la potion magique. Moi, je ne l’ai jamais facile. J’ai essayé de me battre, j’ai essayé de laisser aller, j’ai essayé de faire les bons choix, j’en ai essayé des affaires, des tas… Mais rien. Jamais rien. Ma vie n’est pas un long fleuve tranquille. C’est une mer infestée de requins. C’est des piranhas par centaines qui ne demandent qu’à me bouffer. Et moi, je suis là, à me débattre, comme si ça servait réellement à quelque chose. C’est ridicule.

Des fois, j’aurais envie de me laisser bouffer. Par petites bouchées. Par ces piranhas affamés. Par ces piranhas qui sont tout ce que j’ai.

12 commentaires:

Marie a dit…

Mais oui, tu es faites pour le bonheur!!! T'inquiète, ça va venir:)

L'impulsive montréalaise a dit…

@Marie : Je voudrais bien t'approuver. Mais non. Après 29 ans, c'est quelque chose qui se saurait su avant... ! Formulation boiteuse. Mais ça veut juste dire non.

Miss Candy a dit…

Peut-être que tu essaies juste trop.
Tu y as droit, toi aussi. Ne te décourage pas.
câlin.

Desi Gori a dit…

Tu es toujours généreuse de tes câlins... je pense que ce soir, c'est toi qui en a besoin. Alors un gros câlin virtuel pour toi. Ne lâche pas, la vie est belle malgré ses orages et tempêtes, c'est toi qui le dit souvent ;)

Ma mère était hipster / Absurdités claustrophobes a dit…

Tu sais, je crois que le bonheur c'est un concept plus qu'autre chose. Et son atteinte est tellement relative, tellement subjective. Si tu demandes à la plupart des gens s'ils ont déjà eu l'impression d'atteindre le bonheur, je crois qu'ils seront tous perplexes et répondront la plupart du temps: "ça dépend ce que tu entends pas là." On ne sait même pas ce que c'est vraiment, alors pourquoi tant s'en faire avec un concept aussi abstrait?

Essaie - je dis bien essaie, parce que je sais que c'est pas nécessairement évident - de ne pas pas trop t'en faire avec ça. Parce que ça prouve juste que tu es humaine, aussi mêlée et perplexe que nous tous. ;)

shaton a dit…

Le problème avec Obélix, ce n'est pas qu'il est tombé dans la marmite de potion magique... c'est que depuis il n'a plus le droit d'en boire. Et ça le rend malheureux.

Pour être un peu plus sérieux, on ne mélange pas la sérénité et sa quête forcenée. Il y a conflit entre le zen et l'impulsivité. Il y a frottements entre la sagesse et les conclusions hâtives.
Autrement dit, je ne crois pas un instant que des gens soient faits pour ceci et d'autres pas faits pour cela. Je ne crois pas à la prédestination ni au déterminisme.
Mais tu t'en fous certainement, de ma philosophie personnelle.
Tout ce que je peux t'envoyer, c'est ma sympathie on line.
Voilà,
s.

ramblings a dit…

J'crois que tu vas continuer à te débattre: c'est dans ta nature, le combat. Mais j'comprends ton envie de résignation. Et j'pense à toi. xxx

redbee2 a dit…

Je te dirais bien que le bonheur se trouve où on veut qu'il soit, mais c'est pas ce que tu as envie d'entendre en ce moment. Prends un câlin et respire. Il viendra un jour.

The Green Head a dit…

L'éternelle optimiste en toi, va continuer de croire, même si ta tête elle rationalise. Le bonheur comme l'on dit d'autre avant moi c'est un concept bien réaliste. Peut-être qu'aujourd'hui, ces jours-ci, ces dernières années, il ne t'a pas visité souvent, mais cherche bien, tu as assurément des souvenirs de lui. Il reviendra. Rappelle-toi ce cette affiche que tu nous a parler pendant ton voyage et créé la suite des choses.

The Green Head a dit…

*Concept bien RELATIF*

Marie a dit…

Je ne crois pas que le bonheur soit une aptitude. Plutôt une attitude.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Miss Candy : Pour me citer : "J’ai essayé de me battre, j’ai essayé de laisser aller...".
Disons juste que je partais de loin. Et que j'en ai vécu des affaires. Et un moment donné, ça devient lourd. Merci pour le câlin.
@Desi Gori : C'est vrai que j'essaie d'être généreuse sur les câlins et la gentillesse. Merci du tien. Et oui, j'en dis beaucoup des affaires.... Mais des fois, on tombe solide. Pis après, ben c'est difficile se relever. Mais on finit par y arriver en général.
@Ma mère était hipster : Je sais que c'est relatif. Tout comme j'ai toujours trouvé que dire qu'on était heureux, c'était gros comme affirmation. Mais bon, je crois vraiment que je ne suis pas née avec un talent inné pour le bonheur. Faut que je travaille d'arrache-pied.
Et je trouve ça drôle que tu dises ça, mais oui, je suis humaine, mêlée et perplexe. Quoi, je n'avais pas l'air humaine ?
@shaton : Merci pour la sympathie online, merci pour la joke sur Obélix. Et sinon, oui, des conflits, il y en a plein en moi. Je suis un être de contradiction. Et si je ne crois pas au déterminisme, je crois quand même qu'on ne naît pas avec le même bagage à la naissance. Vraiment pas.
@ramblings : Merci. T'as raison. Je suis une battante. C'est juste que des fois, la battante baisse les bras. Parce qu'elle a pu de souffle. Merci dpenser à moi.
@redbee2 : J'aime bien ton commentaire. Parce que tu as raison. Y'a des jours où on a pas envie de se faire donner des phrases cutes comme quoi la vie est belle. On a envie d'un câlin et des respirer, juste ça. Alors merci beaucoup. Et pour le reste, je vais faire confiance à la vie. Éventuellement. Car là, je suis encore dans le je veux un câlin et le positif me fait un peu chier. Mais ça passera. Merci encore.
@Green Head : Ça m'a vraiment surprise, un choc, de voir que tu me qualifiais d'éternelle optimisite. Vraiment. J'ai passé tellement d'années, surtout à l'adolescente à ma décharge, à me faire dire d'arrêter d'être négative. Et je répondais toujours à ça que j'étais juste réaliste. Et là, bang ! j'ai flotté du côté des optimistes. Et je crois qu'en général, c'est vrai. Ça prouve le chemin. Car le bonheur, il m'a visité dans les dernières années, je m'en souviens. C'est quand je me bâtissais que le bonheur, je ne le voyais. Alors mes fondations, c'est que le bonheur est absent, difficile etc. Donc parfois, un coup dur arrive et je retombe dans tout ça. D'un coup. Et j'ai besoin de presque m'y noyer avant de pouvoir repartir mieux. Merci de tes bons mots.
@Marie : Je crois aussi qu'il y a beaucoup d'attitude dans le bonheur. Mais il y a aussi des aptitudes. Assurément à mon avis. Sinon, je n'aurais pas été aussi mauvaise dès mon jeune âge. À 10 ans, on a pas encore d'attitude, on vit... Avec notre bagage inné. Et un peu d'acquis, c'est certain aussi.