samedi 10 juillet 2010

La forêt des loups‏

Vous savez quand vous croisez un loup qui ouvre la gueule et que vous vous y précipitez ?

Et bien, moi, c'est pire.

Quand je croise un loup, je lui ouvre la gueule, MOI-MÊME, pour m'y précipiter.

Je ne sais pas si c'est parce que j'aime les loups. Ou parce que je m'ennuis dans mon âme parfois. Ou si c'est un vieux réflexe, un pattern qui refuse de sortir de ma peau. Ou si j'aime les défis, les bravades, ce qui semble être difficile à atteindre. Mais je le fais.

Je lui ouvre la gueule. Bien grande. Et j'y entre. J'y plonge. Je m'y vautre. Je m'écorche sur ses dents. Je saigne un peu. Je souffre. J'ai des meurtrissures sur tout le corps. Mais je n'en sors pas. Pas tout de suite. Parce que la chaleur est différente. C'est une chaleur interne. Un four pour mon coeur glacé. Une consolation pour mes envies trop souvent refroidies.

Parfois, le loup veut me recracher. Mais j'insiste un peu. Je fonce sur une dent et m'y empale toute entière. La douleur de sortir, j'ai peur qu'elle soit plus grande que la douleur qui me transperce l'amour. Alors je m'empale. Je m'accroche un peu. Mais je perds tant de sang que je m'épuise. Et alors le loup recrache mes os. Recrache mes restants comme de vieilles tripes qui n'ont pas bon goût.
Moi ? Je ne fais que lever les yeux après ça. Car je sais que si je les lève assez haut, un autre loup passera. Et je pourrai lui ouvrir la gueule. La lui ouvrir bien grande...

La vie est une forêt de loups.

5 commentaires:

Marie a dit…

Toi aussi tu à tendance à courir à grandes enjambées vers le mauvais choix? Moi j'appelle ça le syndrome du trou de cul. Le mien est assez développé je dois dire.

La Grande Affaire a dit…

Je crois qu'on devrait se partir un club, les filles... http://lagrandeaffaire.blogspot.com/2010/06/je-suis-tellement-naive.html

L'impulsive montréalaise a dit…

@Marie : Le pire, c'est n'est pas de courir vers le mauvais choix. C'est de courir vers le mauvais choix EN SACHANT que c'est un mauvais choix. Je suis comme ça moi... Besoin de vivre plus et trop.
@La Grande Affaire : J'ai lu et je ne suis pas d'accord que les gars sont tous des salauds, ma chère. Pas du tout. Mais il est vrai qu'il y en a trop. Et qu'il est facile de se mettre la tête dans le sable pour réussir à avoir un peu d'affection. Parce qu'être seule, c'est vraiment difficile parfois.

Camille a dit…

Pourquoi courir vers le mauvais choix tout en sachant que c'est le mauvais? D'une fois à l'autre tu n'apprends pas? Tu serais pas un peu maso ma chère Impulsive? Ah non j'oubliais, tu es surtout et avant tout impulsive ;-)

L'impulsive montréalaise a dit…

@Camille : J'aime quand tu fais les questions et les réponses. Ça me simplifie la tâche ! Héhéhé ! Oui, je suis impulsive ! Et j'aime me donner l'impression de vivre à fond.... ce qui n'est parfois pas juste une impression !!