dimanche 18 juillet 2010

Grosse période de questionnements

Je l'ai dit dans les réponses aux commentaires de mon texte précédent. Je suis en grosse période de réflexion. J'aimerais bien vous en faire part. Mais ce n'est pas tout bâti en moi. Disons que les échafaudages avancent tranquillement. Peut-être ce soir, peut-être cette semaine, je vous en ferai part. Peut-être pas du tout.

En attendant, je vous mets ce petit texte que j'ai écrit il y a quelques jours. Histoire de briser un peu le silence blogue que je faisais depuis peu. Une autre réflexion, vous verrez. Comme quoi, oui, je réfléchis et me pose beaucoup de questions ces jours-ci. Grâce à vous même parfois ! Comme dans l'exemple qui suit.

En effet, tout dernièrement, quelqu'un a commenté mon blogue en disant que ça lui faisait de du bien de lire ma pensée, celle que j'exprimais dans le texte du moins, parce qu'elle était old fashion et qu'elle se sentait parfois bien loin de toutes les confidences qu'elle recevait.

Je n'ai pu m'empêcher de me demander si je me considérais comme old fashion, moi... Et ce, sans jugement négatif. Au contraire peut-être même. Et vous savez quoi ? Je crois que la réponse est oui. Oui, oui et oui, je le suis. Je ne suis pas matante, loin de là. Parce que bien des choses que j'ai faites feraient sourciller énergiquement des petites matantes coincées. Mais je suis old fashion. Je fais ce qui me tente et mes principes sont assez larges tout dépendant des sujets. Mais j'ai mes idées. Arrêtées. Sur ces choses que je ne voudrais pas faire. Ou qui me font sourciller lorsqu'on me les raconte. Possible que certaines des choses que j'ai faites feraient réagir certaines des personnes que je juge ainsi, possible que non aussi. Mais voilà, je m'en fous. Je fais ce qui me plaît. Et je m'arrête devant ce qui ne me plaît pas, ce qui me ferait sentir mal par rapport à moi-même.

Oui, je suis old fashion. Oui, je suis dépassée par mon siècle. Oui, je suis dépassé par les agissements de mes semblables. Mais, dans le fond, ce n'est pas tant que je les juge. Surtout que je me questionne sur leurs motivations. Font-ils toutes ces choses en accord avec eux-mêmes ? Ou les font-ils pour paraître à la mode ? Pour s'en vanter autour d'eux ? Parce qu'il succombe à la pression ? Parce que c'est bien beau, être à la mode. Mais suivre les modes, c'est se soumettre à une certaine pression. Alors, vous savez quoi, je vais continuer à ne pas suivre les modes et à être old fashion. Oh ! et aussi, à faire sourciller les petites matantes coincées....

17 commentaires:

Camille a dit…

Aahah!! Tu me fais rire avec tes petites matantes coincées! Je suis loin de me considérer comme tel, mais en même temps, je comprend ce que tu veux dire. Je ne suis vraiment pas du genre à juger ce que les autres font, mais j'avoue ne pas toujours comprendre leurs motivations, et parfois je me dis qu'à la limite, je peux à leurs yeux sembler être une petite matante coincée. Je sais pas pourquoi, je dois avoir une tête pour ça, mais le nombre de confidences à écorcher les oreilles que je reçois régulièrement, et souvent de gens que je connais à peine me fait réaliser que bien que je sois ouverte d'esprit, ouverte à écouter leur histoires, j'ai moi aussi des idées arrêtées sur certaines choses. Je respecte ce que les autres choisissent de faire, mais je me respecte aussi en adhérant pas à toutes les modes. J'aime mieux paraître old fashion ;-)

Luc Pierre (dit le salaud) a dit…

Le danger à refuser perpétuellement de suivre le courant, c'est de finir par caler au fond de la rivière. (Ne me demande pas où j'ai pris cette phrase-là).

En outre, le prix à payer pour ne pas suivre les mutations d'une société, c'est d'y finir en marge. Et donc, de souffrir d'isolement.

je dis ça de même, remarque.

Patty O'Green a dit…

Alors on sera deux ma chère!
Il ne s'agit pas tant de ne pas suivre le courant, mais de prendre le temps de voir si c'est bien le nôtre, si ça fit avec nos propres convictions (pour renchérir sur ce que Luc Pierre dit). Enfin, si le courant nous va, on y va!!! Mais sinon, on ne se laisse pas dévier...
Enfin, you're truly old fashion reader, Patty xx

L'impulsive montréalaise a dit…

@Camille : On se comprend parfaitement sur ce point ma très chère jumelle cosmique. Héhéhé ! Je ne me considère pas matante coincée non plus. Mais j'assume mes convictions plutôt que de suivre les modes... si bien sûr, elles ne me conviennent pas. Car si elles me conviennent, aucun problème à les suivre !
@Luc Pierre : C'est moi ou on dirait que tu cherches à me prendre en faute ces jours-ci ? On dirait que je te fais réagir pas mal...
Sinon, pour répondre à ton opinion, c'est vrai qu'on peut s'isoler à force de ne pas suivre les courants de la société. Mais je ne refuse pas tous les courants. Seulement ceux qui ne me conviennent pas. Quant à ta phrase, celle dont je ne dois pas savoir d'où elle provient... wow ! ;)Bises
@Patty : Je crois qu'on est plus que deux en fait ! Et je trouve ça rassurant. Il ne s'agit pas de s'opposer à la société. Juste y aller selon notre coeur et nos convictions.
Merci old fashion reader ! ;) xx

shaton a dit…

Tu fais bien de parler de ce sujet.
Je crois que la mode n'existe pas, je crois qu'elle est pure invention.
Je crois que le monde est ce qu'on en fait, chacun de nous, tout le temps.
Je crois que la phrase "il faut vivre avec son temps" ne veut rien dire car, de fait, nous ne vivons qu'avec notre temps quelle que soit notre manière de le vivre.
Je crois, je crois...
Tu vois, je crois beaucoup de choses mais au fond, je ne suis sûr de rien ;-))
Bien à toi,
Sébastien

L'Ermite à Montréal a dit…

Intéressant comme billet. Je peux t'affirmer que je suis old fashion moi et ça ne me dérange pas du tout. Et pis en plus je me sens même quelques fois comme une petite matante coincée quand je vois la façon de vivre de certains. Je n'arrive pas toujours à comprendre le comment et le pourquoi et souvent ça me dépasse. Mais je m'aime et je suis fière de moi, c'est ce qui compte le plus! ;-)

The Green Head a dit…

Ark ! Fuck les modes, juste pour ne pas être en marge de la société. Si les modes ne correspondent pas à mes convictions profondes, ben soit, je coulerai au fond de la rivière. Pas grave, je sais nager.

Plus sérieusement, les courants de société sont forts, mais parfois si coller nous amène dans un paradis de superficialité qui fait qu'on se perd complètement. Non, merci pour moi. Je ne dis pas de tout faire en marge, mais plutôt de ne pas avoir peur d'être dans la marge et de respecter ses valeurs profondes.

Marie a dit…

Fais gaffe à ne pas devenir trop old fashion sinon tu vas finir comme moi... Rétro ;)

Si old fashion veut dire chérir des valeurs et ne pas en démordre... alors tu es loin d'être la seule ma chère rassures toi.

Des gens qui trompent, qui mentent, qui blessent il y en a toujours eu et il y en aura toujours... tu n'es pas dépassé par ton siècle, tu fais simplement partie des personnes qui réfléchissent leurs siècles et le questionnement qui te déchire en ce moment le prouve très bien.

Trop de gens n'osent pas se remettre en question, réfléchir à leur vie, à celles des autres, à comparer, à sous-peser, à chercher à s'améliorer.

Et je dis ça même si je ne sais pas exactement ce dont il retourne, parce que le questionnement seul en est une preuve éloquente.

Luc Pierre (dit le salaud) a dit…

@Impulsive
Pas du tout. Je te "challenge", ma chère. Ce qui est dû à l'immense respect auquel je te voue.
J'ai toujours cru que se faire dire "t'as raison, c'est vrai, moi aussi je pense comme ça" n'aide pas beaucoup à la réflexion. Car tu dis être en réflexion, right? Ainsi, en te posant certaines questions opposées à ton mode de pensée, tu vas soit te mettre à douter, ou carrément renforcer tes positions. Dans les deux cas, ce qui en ressort est merveilleux. Car tu vas simplement réfléchir sur tes zones grises ou carrément t'assurer que tout est ok.
Disons qu'au lieu d'essayer de te tirer quelque part, je préfère t'y pousser, quitte à ce que tu te retournes et que tu m'en crisse une sur la gueule.

The Green Head a dit…

@Luc Pierre : Merci pour le ''...quitte à ce que tu te retournes et que tu m'en crisse une sur la gueule.'' Je la retiendrai.

The Green Head a dit…

J'ai pas été clair. Je voulais dire merci pour l'expression, puisque évidemment ça ne s'adressait pas à moi. Quoique moi aussi je voudrais bien avoir le privilège de t'en crisser une parfois ! lol

Edgar Jean a dit…

@ L'impulsive
Old fashion, rétro ou juste moi-même, je m'en crisse de ce que les autres peuvent penser et l'étiquette qu'ils peuvent m'accoler. Du moins j'essaie de m'en contrefoutre le plus possible. Il y a un monde entre accepter ce que les autres font sans préjugé et l'essayer juste pour l'avoir essayé, pour se dire qu'on est comme «tout le monde». Car c'est quoi être comme «tout le monde»? C'est qui «tout le monde»? C'est de la bullshit de voir ça comme un tout. Chaque individu a un cheminement différent du tiens et du miens, a un vécu différent.

@ Luc Pierre
«Le danger à refuser perpétuellement de suivre le courant, c'est de finir par caler au fond de la rivière.»
Je ne sais pas davantage où t'as pris cette phrase, mais c'est clair qu'à ramer à contre-sens on finit par s'épuiser.
Mettons que dans notre société c'est rendu mal vu de rester vierge ou inexpérimenté sexuellement rendu jeune adulte, alors qu'il n'y a pas si longtemps, et dans d'autres sociétés, c'est plutôt bien vu d'être dans cet état avant le mariage. On s'entend que c'est plutôt marginal, et à moins d'avoir une conviction religieuse forte, les gens te prennent pour un handicapé social si tu leur dis en pleine face même s'ils font mine de te comprendre. Pourtant dans mon entourage je ne suis pas seul, il y en a des moins choyés, pourtant tu ne les entendras jamais clamer ça sur la place publique, parce que c'est stigmatisé en quelque sorte.

Est-ce que je suis une meilleure personne du moment que j'ai fait un ménage à trois, avoir été dans une relation polyamoureuse, baisé avec une fille différente chaque jour de ma vie? Pourtant dans ma vie il n'en est rien de tout ça, peut-être ne suis-je pas mainstream, so what? Tout le monde parle de cul comme si en dehors il n'y avait rien d'autre.

Viv a dit…

Old fashion... qu'est-ce que ça veut dire dans le fond? Parce qu'on a des valeurs qui nous sont chères, des convictions auxquelles on tient, on devient old fashion? Quelqu'un peut faire des trucs wild, mais avoir certaines valeurs plus traditionnelles et vice versa. Je ne pense pas que c'est parce qu'on croit en quelque chose que d'autres personnes ne croient pas que ça fait de nous du monde qui ne sont pas à la mode ou qui ne suivent pas le courant. On suit chacun notre propre courant en accord avec notre personnalité, tout simplement. On ne peut pas tous être pareils de toute façon, ça serait bien trop plate.

Je suis peut-être old fashion sur certaines choses, mais honnêtement, comme toi je m'en fous. Je suis mon propre courant.

L'impulsive montréalaise a dit…

@shaton : La mode existe en fait. Mais il y a plusieurs modes peut-être.
@L'Ermite : S'aimer et être fière de soi. Voilà ! Agir selon ses convictions.
@Green Head : Il ne s'agit pas de tout faire en marge. Car ce serait encore d'y aller selon les modes. Mais en opposition. Faut juste être soi-même.
Sinon, on coulera ensemble. Comme c'est là, j'pense qu'y'a un gros party dans le fond de la rivière. Ahahahahah !
@Marie : Je ne remets pas tout notre siècle en question. Mes questionnements sont assez personnels. Mais je crois qu'ils s'inscrivent bien dans la pensée de ce siècle. Et fuck, je serai rétro s'il le faut ! :-P
@Luc Pierre : J'aime que tu me voues un immense respect. :)
Pour les questions, je suis capable de les retourner de tous côtés. Mais je comprends très bien ton point.
Je retiens ta proposition de t'en crisser une sur la gueule si besoin se fait sentir. Oui, je retiens.
@Green Head : Aahahahah ! Pauvre Luc Pierre. S'il ouvre trop la porte, ça peut devenir dangereux.
@Edgar : Ah ! la fameux "être/agir tout le monde"... C'est vrai que dans le fond, on ne peut se définir qu'en se comparant à d'autres.
Sinon, je parlais de façon d'agir global. Toi, tu sembles bien emporté par ce qui concerne la sexualité. Qui bien entendu est un point du global dont je parlais.
@Viv : C'est vrai que ce n'est qu'une expression. Qu'une façon de voir les choses. Mais on vit tellement dans une société qui juge que parfois, les étiquettes viennent toutes seules.

shaton a dit…

Martine, c'est vrai qu'elle existe (enfin, il paraît). Mais je vis réellement dans un coin du monde où elle n'intéresse (presque) personne. Et ça, je t'assure que c'est chouette !

Luc Pierre (dit le salaud) a dit…

@Impulsive
Ça te ferait trop plaisir, hein? Si jamais tu fais ça, évite de me lancer une droite, c'est le coup le plus prévisible.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Luc Pierre : Pourquoi ça me ferait trop plaisir ? J'ai l'air d'une maniaque qui aime frapper le monde ?? :-P En fait, j't'aime bien mon cher. Bon, tu me tappes sur les nerfs souvent, mais rien de parfait dans la vie !