samedi 3 juillet 2010

Incomplète et coupable

Je suis malade d'incomplétude, d'illusions.
Margaret Mazzantini

Je déteste me sentir coupable. Et là, je ne fais que ça. Me sentir coupable de ne rien faire. Me sentir coupable de ne pas profiter du beau temps dehors. Me sentir coupable d'être encore en jaquette à l'heure qu'il est. Me sentir coupable d'être fatiguée. Me sentir coupable de ne pas faire mes tâches quotidiennes. Me sentir coupable d'avoir délaissé le gym et le jogging depuis une semaine. Me sentir coupable de tout.

Mais je n'y peux rien. Je ne trouve pas en moi l'énergie ou l'élan de faire quelque chose. Autant hier soir, j'arrivais du travail et je voulais faire quelque chose (et je l'ai fait). Autant la plupart des journées qui s'écoulent dernièrement, je ne suis qu'en attente. Comme si quelque chose allait me tomber dessus.

Là, maintenant, la seule chose que j'ai envie de faire, c'est de prendre ma carte de crédit, qui a déjà la corde au cou, et d'aller dépenser encore un peu. Juste un peu plus. Comme si la consommation était un remède. Comme si d'acheter des choses allait me faire sentir plus complète. Car oui, il y a un peu de ça, de ce que dit cette auteur merveilleuse dans la citation ci-haut : je suis malade d'imcomplétude. J'ai ce sentiment qu'il me manque quelque chose, là, maintenant. Ce n'est pas un sentiment qui est toujours là. Bien que je vous parle souvent ici de choses un peu plus tristes, je vais quand même globalement bien ces temps-ci. Il y a juste ce sentiment, ce tout petit sentiment agaçant. Un sentiment de manque, d'incomplet. Et toutes les illusions et les envies qui viennent avec ça. Mais tout le monde le sait. Ce n'est pas un secret. La seule façon de pouvoir se remplir intérieurement, de façon adéquate et solide, c'est de creuser en soi-même. Mais mon moi-même est, depuis quelques jours, soit impatient (bienvenue les impulsions diverses qui parsèment mes jours), soit complètement amorphe. Et moi, je tangue entre les deux, entre le danger et le calme plat.

J'ai vraiment ce sentiment en moi. Un incomplet. Un manque. Et la question revient. Cette question qui me hante si souvent. Est-ce juste cela la vie ? Et je sais que non. Je sais qu'il me manque quelque chose. Mais quoi ?

4 commentaires:

SP4M: a dit…

L'Coeur: Je serais prêt à croire que c'est l'amour qu'il te manque. Pas facile à combler toutefois... mais courage, le jour viendra.

L'impulsive montréalaise a dit…

@SP4M : Il est certain que l'amour est quelque chose qui me manque beaucoup. Mon bonheur ne dépend pas de ça. Mais ce serait vraiment un gros plus dans ma vie. Merci de tes encouragements. :)

Caro a dit…

Je me sens vide, je ne sais vers où, qui ou quoi m'orienter...tu n'es pas seule à te poser des question sur la vie.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Caro : Je crois que nous ne sommes vraiment pas les seules. Je crois que c'est un mal de société que d'avoir plus de questions que de réponses. Je suppose que ça donne l'occasion de progresser dans la vie. Câlin ma chère.