lundi 23 août 2010

Je me suis droguée‏

(Ça a commencé avec ceci pour ceux qui ont oublié ou n'ont pas lu.)

Je me suis droguée. Je l'ai fait. C'était quasi parfait. Je me suis laissée tomber là-dedans. J'avais les narines excitées, bien ouvertes, le corps en éveil, les yeux affamés. Je pourrais y aller longtemps de la métaphore, mais le but n'est pas de métaphoriser. Le but est d'avouer que je suis sur le point de craquer.

J'ai mis le pied dans une librairie et je me sens si près de céder. C'était comme de mettre de la coke au visage d'une junkie, une danseuse nue devant un homme qui n'a pas baisé depuis plus d'un an, un grand verre d'alcool devant quelqu'un qui a arrêté de boire.

C'ÉTAIT LE PIED.

Ou presque. En fait, c'était comme un coït interrompu. Comme de se masturber, mais arrêter juste avant l'orgasme. Comme de baiser et de lui dire de ralentir quand vous êtes sur le point de. C'était la jouissance sans l'extase. Et là, vous comprendrez bien que je ne pense qu'à ça. Y retourner. Y aller et acheter. Avoir un orgasme littéraire en quelque sorte. Un cheap, ou un bon, je m'en fous. N'importe lequel. Ce qui est fou, c'est à quel point, j'étais allumée d'être là, au milieu de ces livres, un pied dans le paradis et la tête en enfer. À quel point c'était bien d'avoir ces livres dans mes mains, de regarder les couvertures, de lire le résumé des livres, d'en poser un pour mieux prendre l'autre, d'en prendre plus d'un à la fois dans mes mains, de le reposer, de le reprendre et d'hésiter.

Je me suis droguée. Je suis une junkie aux livres. À l'achat de livres. Je veux les posséder, les aimer, les savourer, les contempler, les lire jusqu'à plus soif. Ce sevrage, c'est une masturbation intellectuelle constante sans jamais atteindre l'orgasme. Ce sevrage donne une soif encore plus grande. Vais-je franchir le pas ? Vais-je me payer un livre et tous les plaisirs que ça implique ? Vais-je faillir à ma résolution ? C'était le pied. C'est tout ce que je peux dire. Rien de plus. Rien de moins. Du désir qui fait tourner la tête.

11 commentaires:

Camille a dit…

T'as rien acheté? Bravo!!! Je suis incapable d'entrer dans une librairie sans sortir avec au moins 1 livre entre les mains. Pire, depuis que j'ai commencé à magasiner en ligne, j'en achète encore plus souvent. J'aime tellement ça aller chercher mon colis au bureau de poste. Chapeau ma chère, j'aurais pas toffé.

Isa a dit…

Je te dis bravo, car moi je suis en désintox. J'essaie de ne plus mettre le nez dans une librairie, mais c'est difficile donc pour l'instant je relis ceux que j'ai déjà question d'avoir ma dose quotidienne.

La Grande Affaire a dit…

C'est pas que je veux prêcher pour ma paroisse mais, si c'est une question d'argent, il y a la bibliothèque! Pour ce qui est du temps gaspillé, je ne considère jamais la lecture comme tel. Au contraire: ça me fait réfléchir, ça me remplit, ça m'inspire.

Tu te fais du mal pour rien! ;)

Edgar Jean a dit…

Belle métaphore!

J'suis de l'avis de La Grande Affaire, sérieusement, on trouve de tout à la bibliothèque, à moins de toujours vouloir lire le dernier best-seller.

Ça fait un maudit bout d'ailleurs que je suis pas allé emprunté un roman.

Jérôme a dit…

Je me reconnais dans ça, dans cette impulsivité devant des livres, ce besoin de dévorer des pages, d'ajouter à sa bibliothèque, découvrir un auteur. Ça peut sembler con mais au-delà du fait que j'aime beaucoup lire, c'est encore plus l'idée de posséder un objet qui me donne envie d'acheter, j'ai un côté vraiment collectionneur dans ma passion du livre, dites moi que je ne suis pas fou!

Tattoo a dit…

Je te l'avais dit que t'allais rechuter! Mais entre toi et moi, il y a de pires maux.

Alors drogue-toi à fond. This is the perfect drug. Et basta.

The Green Head a dit…

Oh les putains de tentations ! Résiste, résiste...
Bon, pas que cette ''drogue'' soit néfaste au contraire, mais pour réussir ton objectif fixé il y a quelque temps.

Humm des livres, on est une belle gang de ''liseux'' compulsif à ce que je vois ! Mais moi, pauvre étudiante, je dois la plupart du temps me contenter de la bibliothèque, ou bien attendre à ma fête !

Phil a dit…

Wow, j'aime lire mais ça me fait pas cet effet là !
En fait je suis un être curieux car avec plus le temps passe, moins ça m'importe de posséder ou non les livres que je lis. L'important c'est que je passe un bon moment avec eux quand ils passent entre mes mains. Après ils poursuivent leur vie avec d'autres, c'est bien comme ça.

Viv a dit…

Je vais faire mon avocat du diable tiens. Ah la drogue du nouveau livre. C'est vrai que c'est euphorisant d'en acheter. Ça sent si bon un livre neuf en plus, plaisir qu'on a rarement en en empruntant à la biblio. Et en plus, il y a la pression de devoir se dépêcher à tout lire en 3 semaines, alors que lorsqu'il est à nous, on en fait ce qu'on en veut! Hum un nouveau livre... tu me donnes le goût! ;)

Camille a dit…

@ Jérôme: Non tu n'est pas fou! Moi aussi j'ai un côté collectionneur. Même que parfois j'achète en double certains livres parce que je trouve une édition plus ancienne, ou plus spéciale, ou parce que le livre en tant qu'objet est plus joli. J'ai quelques bijoux de ce genre dans ma bibliothèque. Je sais que je ne les relirai probablement jamais, mais j'aime les regarder une fois de temps en temps. Autre chose, des bibliothèques bien remplies sont excellentes pour l'acoustique d'un salon et pour l'insonorisation du cinéma maison (même si j'en ai pas, de cinéma maison je veux dire).

L'impulsive montréalaise a dit…

@Camille : Merci, merci ! J'avoue qu'il m'a fallu une volonté de fer. Et non, j'essaie de ne pas commencer cette mauvaise habitude d'acheter en ligne. Sinon, ce serait la ruine !
@Isa : Alors on se comprend... ! Mais moi, le pire, c'est que j'ai 5-6 piles de livres d'un pied de haut chacune. Donc je ne suis pas du tout à relire. Je sais, je sais. Sans commentaire !
@La Grande Affaire : Je sais pas. C'est comme fini les bibliothèques pour moi. Car oui, c'est une question d'argent surtout. Car jamais, JAMAIS, je ne considèrerais la lecture comme inutile. Je ne sais vraiment pas où je serais ds ma vie sans la lecture...
@Edgar : Oui, mais moi, j'aime pas attendre. Pis j'aime pas les délais. Je veux lire ce qui me plaît quand ça me plaît. En ce moment, je lis comme vraiment trop de livres en même temps ! Vas-y ! Lire, c'est essentiel.
@Jérôme : Non, tu n'es pas fou. Et je t'adooooore ! ENFIN, quelqu'un qui me comprend, qui aime posséder le livre, qui aime l'avoir à soi. Je pensais presque que j'étais la seule.
@Tattoo : Coudonc, c'est qui qui t'a appris à lire, toi ???? JE N'AI PAS ACHETÉ. Ok ! Donc j'exige immédiatement des excuses publiques !!!!! Mais sinon, je suis d'accord avec toi. C'est fichument la plus belle drogue au monde. :)
@Green Head : C'est vrai que c'est pas une drogue bien néfaste. Mais bon, ça vaut la peine de tenir le coup juste pour me dire que j'aurai atteint mon objectif ! Et c'est merveilleux de voir qu'on est tant à être des liseux compulsifs. Waahouuu !
@Phil : Ben, ça ne me fait pas des "sensations" aussi intenses habituellement. Mais là, avec ce sevrage que je m'impose, je te jure, ça faisait vraiment cet effet-là. Hmmmm !
Et sinon, je dirais que je serais incapable de m'acheter des livres (sauf pendant un temps donné). Par contre, j'apprends tranquillement à me séparer des livres que j'aime moins. Sauf que ceux que j'aime, ça me ferait mal de m'en séparer. Encore. Et pourtant, je déteste de plus en plus le matérialisme. Mais les livres, les livres.... :)
@Viv : Espèce de petite coquine agace !! Ahahahahah ! Mais oui, rentrer chez soi avec un nouveau livre, c'est tellement agréable. Tellement. Et oui, j'aime bien faire de mes livres ce que je veux quand je le veux.