mercredi 25 août 2010

Si j'étais star hollywoodienne...‏

Je l'ai déjà confessé, j'ai parfois une petite faiblesse pour les magazines à potins (bon, pour tous les types de potins en fait, mais passons...). Je trouve ça fascinant à observer, à lire, à constater. Fascinant, mais un brin effrayant.

L'autre jour, je me demandais. Je me demandais si je serais encore fidèle à moi-même si j'étais une star hollywoodienne. Bien sûr, ma vie serait différente. Mais deviendrais-je pour autant une poupée silliconée qui couche avec tout le monde, qui s'éprend d'un rockeur/mauvais garçon et qui se ramassera inévitablement en réhab ?

Je crois que le milieu hollywoodien, c'est la meilleur place au monde pour constater que le milieu a une certaine influence sur l'humain. Bon, ok, sauf peut-être la politique. On dirait que l'argent qui coule à flot et le pouvoir corrompent, salissent l'âme. Si ce n'est pas tout le temps, trop souvent du moins.

Alors, voilà, je me demande. Si j'étais une star hollywoodienne, quel genre de star serais-je ? Mais aussi, à quel point le milieu dans lequel je vis et les gens qui m'entourent influencent qui je suis ? Si je changerais de milieu, est-ce que je me changerais du tout au tout ? Des questions, des questions, toujours des questions...

8 commentaires:

Camille a dit…

Pour ma part, je suis certaine que je ne résisterait pas au juvederm et botox passé mes quarante ans. Pourtant dans ma vie actuelle le début de petites rides ne me dérange pas une miette, mais si mon image était gage de travail, je suis à peu près certaine que je finirais pas me laisser avoir.. probablement pas autant que Heidi Montag, mais un tout petit peu. La drogue et l'alcool par contre, je sais pas, je pense pas...

Lui a dit…

Je crois que tu serais une écrivaine-star si tu vivais cette vie-là. Et les écrivains, c'est bien connu, peuvent se permettre n'importe quoi. Y'a qu'à penser à Bukowski, Beigbeder, Allen, Miller...

Et on ne change jamais du tout au tout, on s'adapte.

Patty a dit…

"Des questions, des questions, toujours des questions..." Oui, mais tellement pertinentes! Je trouve que tu poses là une question vraiment essentielle et j'aime que tu fasses brièvement le lien avec la politique (!), enfin, la célébrité en a rendu plus d'un malade...Le pouvoir en a corrompu plus d'un aussi! je crois que lorsqu'on joue un rôle et qu'on y croit, qu'on s'y plonge comme s'il s'agissait de véritablement de notre moi intègre, on vire dingue. Autrement dit, je crois que je virerais dingue!

L'Accro des listes a dit…

Avoir l'objectif toujours fixé sur moi? Ma paranoia me tuerait, c'est certain! J'en deviendrai malade...

operation-reboot.com a dit…

Moi je sais juste que je serais triste. Parce que quand je vois ces vedettes, je trouve qu'ils ont l'air tellement seul, tellement rendu junkie de tout, de l'attention, de l'adulation, de la drogue, etc.

Quand je vois miss Lohan, je chéris ma vie. Big time.

Edgar Jean a dit…

Operation-reboot, je suis d'accord. Il y en a qui disent que plus tu montes en haut, moins t'as de véritables amis. Tu ne sais plus si le monde se fait ami avec toi pour l'argent et ce que tu as plutôt que la personne que tu es.

operation-reboot.com a dit…

Exact Edgar. Je pense qu'inévitablement tu deviens paranoïaque, à force de te faire abuser de toute part, presser comme un citron. Le sentiment d'isolement est total.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Camille : Je n'avais pas pensé à cette aspect des choses. Tout miser sur son apparence. Je me demande. La pression doit être vraiment forte faut dire. Quant à la drogue et l'alcool, là, tu n'en as pas besoin. Mais avec le stress de cette vie, qui sait ?
@Lui : J'aimerais bien être une écrivaine-star. Bien que je ne sois pas très star. Héhé ! Sinon, je connais moins Allen et Miller, mais Bukowski, je le trouve vulgaire, sans mordant. Et je déteste la vulgarité. Pour Beigbeder, je suis toutefois une fan finie. J'adore son style d'écriture. Mais sans venir d'une famille pauvre, je ne viens pas d'une famille riche, donc je ne pourrais pas trop me la jouer BoBo (bourgeoise bohème). Ouin, faudrait que j'invente mon propre style d'écrivaine-star. Héhé !
@Patty : Merci ma chère. C'est vrai que j'essaie de poser des questions qui demandent une certaine réflexion. En surface, c'est léger, mais au fond. Et oui, je crois que c'est bien pour ça qu'ils virent tous dingues. Avec toutes les pressions de toute part qui leur donne, leur dicte leur façon d'agir... Pas évident.
@L'Accro : Ahahhahahaah ! C'est vrai que mon petit côté parano me donnerait aussi des sueurs froides....
@Operation reboot : C'est vrai qu'au bout du compte, ils ont l'air seul. Si seul. Et un peu accro à ce mode de vie.
Oui, bon, se comparer avec Lohan, ça rassurerait presque tout le monde. Mais si je me fais l'avocate du diable, y'en a quand même qui ont l'air d'avoir une meilleure vie. Je dis bien L'AIR remarque...
@Edgar : Déjà que c'est difficile dans nos petites vies de tous les jours de se comprendre entre humains. J'imagine en effet que si en plus on est star, c'est le bordel complet. Bye compréhension de base. Ça fausse tous les répères. Et ça isole.