vendredi 27 août 2010

Encore le baiser‏

Parfois, j'ai l'impression que je dois bien radoter un peu ici. Je veux dire, je parle de tout, vais d'un côté, de l'autre... Mais mes préoccupations principales reviennent. Comme d'ennuyantes et/ou fascinantes litanies.

Et parfois, c'est pire. Je choisis de refaire un billet avec copie conforme dans le sujet d'un ancien billet.

Là, c'est le baiser. Le baiser qui m'obsède. Le premier baiser amoureux. Comme ici. Putain, on dirait que c'est partout. Dans les quelques livres que j'ai lus dernièrement en tout cas (désolé période de chick litt aïgue, je songe à la médecine pour me soigner), il y en avait. Vous savez, de ces descriptions fleuries, ensoleillées, pleine de dauphins et d'arcs-en-ciel, avec une multitude d'oiseaux qui chantent ? Oui, bon, vous devez saisir... Et moi, je lis ça, le souffle court, le coeur battant, follement excitée sensuellement.

Puis, rien. R-i-e-n. Il n'y a rien. J'ai cherché sous le sofa (il en vu quelques-uns lui des premiers baisers.... malheureusement pas très amoureux toutefois...), sous le lit, derrière les rideaux, dans le bain, dans le garde-robe. Oui, je confirme ce dont vous vous doutez sûrement : aucun homme. Même pas empaillé !

C'est fou cette obsession du baiser (j'ai dit DU, pas de). Souvent, entre deux baises, c'est ce qui me manque le plus. Car si l'auto-satisfaction des lèvres d'en bas est envisageable, celle des lèvres d'en haut l'est beaucoup moins.

Et alors, j'attends. Comme une Juliette stupide même pas à sa fenêtre que l'on veuille bien venir cueillir. Un prince à cheval (ou à moto, à vélo, en Madza, en Ford, à pied, peu importe....) qui galopera jusqu'à moi, déposera sa main rude sur ma joue et m'embrassera comme dans les films. Et si possible, AVANT que les mots ''fillette romantique'' que j'ai gravés dans le front commencent à trop paraître...

4 commentaires:

SP4M: a dit…

Y'a ben un prince charmant qui va grimper sur ton balcon pour se faire garnir d'un premier baiser, suivit de plusieurs autres ;) C'est tellement plaisant les premier baiser... même si parfois, maladroits.

L'impulsive montréalaise a dit…

@SP4M : Merci beaucoup mon cher. Et je dirais que la maladresse ne dure jamais longtemps. Mais les premiers baisers restent magiques.
Et si je puis me permette, je sais qu'on a jasé tout le monde pas mal dans les commentaires sur ton blogue, comme quoi, tu cherchais beaucoup. Et c'est vrai en partie. Mais en même temps, c'est magnifique et beau à voir un gars qui cherche l'amour, qui veut être en amour, qui veut être en couple. Qui s'affirme là-dedans. Vraiment je suis très contente pour toi. :)

Lui a dit…

Le premier baiser, celui que je préfère, c'est celui qui est attendu, espéré, imaginé. C'est celui qui ne vient jamais assez tôt, mais qu'on retient juste pour le rendre en plus magnifique. C'est humer le parfum de l'autre pour la première fois, sentir ses lèvres s'écraser contre les nôtres, un souffle concurrent le nôtre, une respiration qui prend du corps, une main sur la hanche, l'autre sur la nuque, une main qui se balade dans les cheveux, une main qui enfonce ses ongles dans mon dos, l'autre qui prend l'omoplate et attire l’autre corps contre soi, ce sont deux langues qui s’emmêlent, qui foutent parfois de la bave un peu partout (oui, bave, pas salive, comme des bêtes) et ce sentiment animal qui fait que le temps s’arrête, parce que c’est une connerie des hommes et qu’on s’en fout : c’est le baiser qui compte.

Oui, le premier baiser… quel délice.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Lui : Pourquoi j'ai encore plus envie d'un premier baiser maintenant, moi ? Arrghhh !