lundi 16 août 2010

Soir de mousson‏

Hier soir, j'écoutais le film La cité de la joie (à voir si vous n'avez pas vu). L'histoire se passe dans un bidonville de Calcutta. Cette histoire, du moins celle du livre dont le film est tiré, est celle qui m'a fait tomber en amour avec l'Inde. Hier soir donc, j'écoutais ce film et c'est drôle parce qu'au moment où la mousson commençait à l'écran, la pluie s'est mise à se déchaîner ici accompagnée de bonnes rafales de vent.

Ce film, c'est l'humanité mise en image. C'est la souffrance qui trouve sa réponse dans l'espoir. Ce sont des gens qui n'ont rien et qui se battent envers et contre tout. Des gens qui sont heureux bien souvent avec cette misère qu'ils ont. Des gens qui ont un espoir plus fort que tout. Ces gens, je suis tombée en amour avec eux. Et en les aimant eux, je suis tombée amoureuse de l'Inde. Vous pourriez me dire que ce n'est qu'un film. Ou bien qu'un livre. Vous n'auriez pas raison. Oui, bon, le film n'est qu'un film. On a joué avec le livre pour rendre le tout un peu plus hollywoodien. Ça reste un excellent film. Mais c'est le livre qu'il vous faut lire. Parce que cette histoire n'est pas que des mots. C'est la vie réelle de certaines personnes là-bas. L'auteur, Dominique Lapierre, a enquêté longtemps pour bâtir son histoire. De longs mois. Bien sûr, il a dû romancé un ou deux détails, mais les faits sont réels. Il y a des gens quelque part qui ont vécu tout ça et lui ont raconté le tout. Des gens qui se sont battus devant le rien de leur vie.

Parfois, trop souvent, je nous regarde ici et je trouve ça dommage. Cette insatisfaction chronique que nous avons. Notre chialage et notre plaignage constant. Nous avons la bouche pleine et nous voulons que l'on nous la remplisse encore plus. N'est-ce pas absurde ? C'est pour ça que j'aime ces gens. C'est pour ça que j'aime cette histoire. C'est pour ça que je rêve d'aller en Inde. Je ne veux pas aller en Inde pour aller voir le Taj Mahal (bien que j'irai c'est certain, car c'est un tel incontournable), ni pour relaxer sur les plages de Goa ou bien méditer dans un ashram. Je veux aller en Inde pour cette culture, cette volonté des hommes. Oui, bien sûr, je me doute qu'humains pour humains, les Indiens ont aussi leurs défauts. J'idéalise l'Inde, mais je reste réaliste. Du mal, il y en a partout. Mais quelque chose m'appelle dans ce pays. Et je sais que cet appel durera tant que je ne serai pas allée là-bas.

Hier soir, il y a avait la pluie. Sur l'écran, à l'extérieur, à l'intérieur même... C'était un soir de mousson. Au propre comme au figuré.

6 commentaires:

That guy a dit…

Visiter un pays seulement pour ces plages ou un bâtiment ne donne rien. L'architecture peut-être bien belle, il peut y avoir eu un travail fou derrière mais ça ne battra jamais le témoignage des habitants. Leur façon de voir les choses, découvrir une nouvelle culture, voir leur façon de vivre, c'est ça visiter un pays. Un pays est basé avant tout sur ces habitants... et c'est pas en se faisant bronzer que l'on découvre cette richesse.

Edgar Jean a dit…

That guy a tout a fait raison.

Ça peut être l'Inde, l'Afrique ou même les États-Unis. C'est pas la destination qui est l'important, mais bien de vouloir entrer en interaction avec le peuple. Parce que de nos jours, tu peux voir tout ce que tu veux sur Internet. Mais tu peux pas remplacer des gens qui vivent sur place.

Les souvenirs de voyage les plus forts, ça toujours été quand j'ai eu des discussions avec des locaux, et quand j'ai vécu parmi eux.

Desi Gori a dit…

Je ne contredis personne ici... mais le Taj Mahal est VRAIMENT à couper le souffle... c'est définitivement une des merveilles de ce monde, et non sans raison.
En passant, la moitié des droits d'auteur du livre la Cité de la Joie retourne en Inde pour soulager la misère là-bas. Si tu n'as pas déjà lu, Mille soleils de Dominique Lapierre raconte sa vie incoyable, et en particulier, de son aventure indienne...Très beau billet!

El Ultimo Bastardo a dit…

Allez faire un tour et passez-y quelques mois si c'est possible, un très bon ami est partu y travaillé 3 mois :
http://latches.blogspot.com/2009/02/preparatifs.html

Il se peut qu'il y reparte pour un an ou plus maintenant, cela a été le coup de foudre pour ce pays, cette culture, mais certaines choses sont dures à vivre, à accepter aussi ( ses photos sont superbes !)

shaton a dit…

Tu as raison de le souligner, Dominique Lapierre est un magnifique auteur humain. Il ne faut pas oublier son compère Larry Collins avec lequel il a co-écrit quantité d'ouvrages.

L'impulsive montréalaise a dit…

@That Guy : Ce n'est certes pas moi que tu as à convaincre de ça. Et puis, j'hais le bronzage !! Ahahahaah ! J'aime mieux visiter, me promener et surtout observer les gens.
@Edgar : Oui, interagir, je suis d'accord. Mais juste regarder aussi est fort intéressant. Prend un exemple, j'ai visité La Havane et je te jure, j'aurais aimé pouvoir être payé pour photographier les habitants. Ils ont des regards particuliers, uniques.
@Desi Gori : Ah ! mais ça n'enlève rien au Taj Mahal. :) Mais tu comprends anyway.
Sinon, pour les droits d'auteur, je savais et j'ai déjà lu Mille soleils. D'ailleurs, j'ai 2 livres autographiés par l'auteur et ce sont ceux-là. :)
@El Ultimo Bastardo : Je suis allée "feuilleter" rapidement le blogue et effectivement, les photos sont absolument superbes. Çe ne me donne qu'encore plus l'envie de partir. Et oui, je préfèrerais y aller pour plus que 2 semaines. Au moins 1 mois, mais j'aimerais plus. C'est pourquoi je n'y suis pas encore allée. J'attends que le temps (et les finances) me soient plus favorables. Mais j'irai. J'espère que l'ami réussira à retourner là-bas comme il le souhaite.
@shaton : J'aime beaucoup Dominique Lapierre. J'ai lu plusieurs livres de cet auteur.