jeudi 26 août 2010

Douleurs de corps, douleurs d'esprit‏

N'avez-vous jamais remarqué à quel point le corps et l'esprit sont intimement liés ? Parfois, ça m'effraie presque. Ce pouvoir que notre mental a sur notre corps. Car on dira ce qu'on voudra, même si on peut difficilement contrôler le corps, on devrait au moins être à même de contrôler un peu plus l'esprit pour qu'il ne détraque pas le corps. Et pourtant...

Je me souviens de certaines douleurs physiques crées par mon esprit de toutes pièces. Mais des douleurs si intenses, si violentes, si tranchantes. Je me revois à pleurer, pleurer toutes les larmes du monde, si longtemps, en me tenant le ventre, en me grafignant le coeur. Parce que j'avais réellement le ventre douloureux, vide, lourd. Parce que j'avais réellement le coeur souffrant qui tirait dans un sens et dans l'autre. Et que dire de mes os ? Je crois qu'ils font plus mal que tout lorsque la douleur est mentale. Comme si on les sentait vivre hors de notre corps. Des os qui battent la mesure de notre coeur.

Vraiment, parfois, ça m'effraie. Parce que tout ça est pratiquement créé à partir de rien. Un amour déçu, un échec cuisant et voilà notre corps qui se meurt. C'est là que je réalise à quel point, nous avons, si nous sommes prêt à nous battre et à affronter, beaucoup de pouvoir sur notre vie et sur notre corps. Et aussi, sur notre mental. Alors pourquoi laissons-nous si souvent le contrôle nous glisser des mains ?

11 commentaires:

Lui a dit…

Simplement parce que nous y pouvons rien, ou si peu.

Patty a dit…

wow wow wow! (puisque tu les aimes et ton billet me le commande), mais aussi mets-en, mets-en, mets-en! Ouf, je ne sais pas l'impulsive, je ne sais tellement pas pourquoi on perd le contrôle si facilement, si je le savais, je serais pas folle de même. ;)

shaton a dit…

Parce que, assez stupidement, nous ne voyons pas que nous pouvons utiliser ce pouvoir pour GUÉRIR !

Isabelle a dit…

Nous avons un pouvoir immense en nous, mais nous ne l'utilisons pas pour la plupart des gens. Notre mental est fort et il faut apprendre à prendre le dessus sur lui et crois moi c'est pas facile.

Fuck off a dit…

Ce n'est pas un hasard si les ''anciens'' ont mis des parties du corps avec certains sentiments: Le coeur avec l'amour, le sein avec les enfants, le sentiment de liberté et les poumons, ne pas se faire de mauvais sang pour, ou ne pas se faire de la bile avec... Faudrait plus écouter notre esprit quand le corps commence à nous faire mal.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Lui : Je crois au contraire, justement, qu'on y peut beaucoup.
@Patty : Ahahahah ! Quel enthousiame charmant. Et oui, perdre le contrôle de tout, c'est si facile. Il n'y a qu'à baisser les bras...
@shaton : Stupidement étant le mot important. Mais bon, ce n'est pas facile non plus.
@Isabelle : Non, pas facile. Et c'est fou de voir tout ce mental qu'on exploite pas. Presque risible en fait. Et pourtant...
@Fuck off : Oui, c'est vrai que les deux sont interreliés. Mais on oublie les sagesses anciennes. Aujourd'hui, l'efficacité, voilà ce qui compte.

shaton a dit…

Tu crois que c'est l'efficacité qui compte de nos jours ? Moi je ne crois pas, je pense que c'est la maîtrise. Car seule la maîtrise justifie la science.
Or la puissance de l'esprit ne se maîtrise pas, c'est pour cela qu'elle inquiète et qu'elle est sous-utilisée, en médecine comme pour le reste.

L'impulsive montréalaise a dit…

@shaton : En fait, shaton, je crois que je pense surtout qu'on ne sait plus ce qui compte de nos jours. Peu importe ce que c'est. On se perd dans des choses basses et on oublie le plus vrai, tout ce qui compte vraiment. Tout ce qui fait qu'on serait plus heureux. Et ce qui fait qu'il y aurait moins de douleurs aussi. Et moins de réflexion comme celle-ci à se faire.

shaton a dit…

C'est pourquoi j'ai décidé de changer de vie radicalement, un jour. Je voulais avoir le goût des choses importantes et des choses vraies, et je l'ai.
C'est pas tous les jours facile, mais je l'ai.

The Green Head a dit…

J'explore encore comme une novice les profondeurs de ce lien. Avec mes attaques de panique j'ai vu un filon plus qu'intéressant (pas sur le moment) quant au lien entre l'esprit et le corps. Du moins les miens. Mon amoureux me rappelle souvent quand j'ai des maux physiques violents, que la douleur n'est qu'une information envoyé par le cerveau.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Green Head : C'est vrai qu'il y a beaucoup à explorer dans tout ça. Tellement de choses. Un vrai mystère. Et c'est bien d'avoir quelqu'un pour nous rappeler le tout. Ça nous calme. J'aimerais bien avoir ça aussi. À défaut, j'ai toujours moi, qui de plus en plus, comprend et accepte. L'acceptation, j'en parle souvent. Je crois qu'il y a là une clé fort intéressante pour résoudre bien des problèmes/situations.