mardi 3 août 2010

Ce n'est pas ce que vouz croyez

Ce n'est pas que je sois en manque... Mais ce gars était si mignon. Des fesses appétissantes. Des épaules carrées. Pas musclées, juste carrées. Une gueule adorable. Debout, les jambes légèrement espacées. Je me souviens m'être dit quelque chose qui contenait l'expression morceau de viande. Que je l'utiliserais bien pour mon plaisir. Que je lui en donnerais bien un peu aussi. Que j'aurais bien partagé quelques cris, quelques soupirs, quelques gémissements.

Ce n'est pas que je sois en manque. Mais cet autre gars, cette sueur sur son visage, ces petites mèches de cheveux ébourriffées qu'il avait. On dirait un visage post-baise. Satisfait, repu, en sueur, épuisé. Un visage d'homme qui vient de jouir. Qui prendrait bien un peu de repos, mais qui a pourtant un reste de luxure dans l'oeil. Un reste qui dit de ne pas trop s'éloigner, de ne surtout pas remettre de vêtements, qui dit qu'encore est un des mots les plus magnifiques de la langue française.

Ce n'est pas que je sois en manque. Mais l'autre là-bas, sa mâchoire carrée, ses lèvres minces. Je l'aurais bien embrassé. Goûlument, avec passion, avec urgence. J'aurais bien descendu son visage un peu plus bas. Oui, encore un peu plus bas. Vas-y, juste encore un peu. Quelques minutes. Je ne serai pas très longue à vouloir plus.

Ce n'est pas que je sois en manque. Mais ces hanches-là, cette taille, cette envie que j'avais de voir un peu mieux à travers son pantalon. L'envie de le descendre son pantalon, l'envie de ses hanches sur les miennes. L'envie de m'épuiser dans ses bras. L'envie de le coller, de coller mes seins contre son torse, mon sexe contre sa jambe, puis plus près, jusqu'à qu'il n'y ait plus de distance. Juste de la pénétration.

Ce n'est pas que je sois en manque. Mais lui, lui, je lui aurais dit oui sur mon sofa, oui sur mon plancher, oui dans ma douche. Je lui aurais dit quelques oui dans le creux de l'oreille. Des petits murmures rauques sans timidité. Je lui aurais dit oui dans mon lit aussi. J'oubliais le lit. Je me serais vautrée, j'aurais bien abusé, crié, j'aurais savouré.

Ce n'est pas que je sois en manque. Pourquoi est-ce que vous n'arrêtez pas de m'embêter avec cette question ?

13 commentaires:

Marie a dit…

News flash: tu ES en manque!

poilaumenton a dit…

Mais non. Elle fait juste son agace! :)

BL a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
BL a dit…

Dis-donc, tu es SÉRIEUSEMENT en manque. Mais Grrrr! Quel texte! :-) Tu performes bien en écriture quasi-érotique.

« Visage post-baise »... J'adore! Faudrait que je m'en souvienne de celle-là.

Juju a dit…

Wow, j'ai bien l'intention de le croiser dans le métro ce gars là!!! Il a vraiment l'air appétissant!!! Ton texte est génial et à le lire, j'ai le goût d'embrasser un beau gars tout de suite, là, là!!!

Miss Candy a dit…

Euh... oui, t'es en manque. Le nombre de fois où tu répètes le contraire dans ton texte montre à quel point tu essaies de t'en convaincre. Mais joli texte. Il donne le goût de sortir et de regarder la gent masculine de plus près!

jeff a dit…

Oui tu es en manque....

j'aurais aimé être ce gars
juste pour combler ce manque purement sexuel pour voir tes yeux, ce regard de femmes qui vient de jouir sous mes caresses des yeux qui brillent et qui disent merci

shaton a dit…

Si je pouvais faire des vœux à l'envers...
Et bien que ce gars t'ait réellement fait connaître le huitième ciel et que tu aies écrit ce texte juste pour nous narguer après avoir réenfilé ta petite culotte...

Ariane a dit…

Pas en manque, mais avec une envie certaine. ;)

redbee2 a dit…

Bravo! J'aime beaucoup ce petit texte. J'aime l'ironie.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Marie : Naaahhhhh ! ;)
@poilaumenton : Je ne suis pas trop pour le principe d'agace...
@BL : Ahahahahah ! Comment ça quasi-érotique ? C'est érotique. Juste pas (porno)graphique. Je dis beaucoup, mais je tais tout autant. :) Merci du compliment. En manque ?? Tssss.
@Juju : En fait, il y avait 3-4 gars qui m'ont inspiré tout ça. La soirée était riche en belles visions... Mais comment as-tu deviné que c'était dans le métro ? Car ça l'était !
@Miss Candy : Un effet d'écriture ma chère, juste un effet d'écriture ! :-o Et oui, sors, observe et surtout savooouuuure ! :)
@jeff : Mais non, mais non... Tsss.
Et puis, c'est quoi ce truc du merci ? Le sexe c'est un échange. Y'a pas de mercis il me semble. Juste du monde ben content avec des sourires niaiseux. Héhé ! :)
@shaton : Je ne serais pas du genre à écrire cette réalité-là ici. Si tu remarques, j'écris beaucoup d'intime, mais je choisis toujours d'y aller le plus secret possible. Mais je me souhaite de l'être. Et de pas vous en parler ! :-p
@Ariane : Envie certaine... Que c'est délicieux comme expression. :)
@redbee@ : L'ironie ? Tu aimes l'ironie ? J'aurais plutôt pensé que tu aurais aimé qu'il parlait de sexe. ;)

Juju a dit…

@ L'impulsive : J'ai pris une chance pour le métro.

Tu as déjà écrit que tu regardais toute sorte de monde dans ce dernier, mais surtout les gars qui t'attiraient.

C'était une de tes réponse à un commmentaire que j'avais écrit dans ton texte du 25 juin, Obsession métroesque.

Bonne soirée!

shaton a dit…

Martine, je l'entendais bien ainsi. Que ce soit vrai et que tu ne le dises pas ici ;-))