mardi 12 octobre 2010

J'ai besoin de douceur

Ce matin, j'ai pris le livre que j'avais choisi hier soir et je l'ai rangé. Ça me semblait trop. J'ai besoin de douceur. Que de la douceur. Je ne veux pas tristesse, d'agressions, de violence, de malheurs... Je suis trop épuisée. Alors j'ai sorti le Dalaï-lama. Leçons d'amour. Je n'aimais pas le sous-titre (Comment élargir le cercle de nos relations affectives). Mais cet homme, il a quelques bonnes vérités. Et j'avais besoin de paix. Je commençais tout de même ma lecture dans un état d'esprit fort négatif.

Parce qu'hier soir, j'ai quand même écrit ceci.

Je suis épuisée. J'ai l'impression qu'on me demande de porter le poids du monde sur mes épaules. Et je n'y arrive pas. C'est beaucoup trop lourd. J'écris ces mots-là et j'ai des pleurs dans le ventre. De la tristesse que je refuse de laisser couler sur mes joues. Je n'en peux plus. Je voudrais tout fermer autour de moi. Empêcher ces flèches qu'on me lance partout sur le corps. Fermer toutes mes portes et me terrer. La vie m'en veut. Personnellement. J'ai dû la détester trop longtemps. Elle a décidé de se montrer rancunière. De m'en envoyer plein la gueule. De me mettre à genoux. De me pousser. Me compresser. M'empêcher de respirer. La vie m'en veut à mort.


Et moi, j'encaisse. Tous les coups. De poignards, d'épées, de fusils... J'ai mon sang et mon énergie que je perds. Mais la vie continue. Elle ne veut pas se contenter de m'affaiblir; elle veut ma peau. Et elle a des alliés. Trop.


Je n'en peux plus du poids du monde sur mes épaules. J'ai besoin de douceur. Si on me frappe encore, je ne sais rien.

Ce matin, le sous-titre du livre me faisait un peu chier pour le dire crûment. Je ne voulais pas élargir le cercle. Je voulais plutôt le fermer complètement. Parce que l'humain, c'est trop compliqué et méchant. Parce que seule avec moi-même, ça va déjà beaucoup mieux. Mais ça ne se peut pas. Alors, j'ai commencé le livre un peu. Et j'ai changé d'idée. Un peu. En ce sens que je ne veux plus fermer la porte à tout. Mais je suis épuisée. Alors j'ai besoin de douceur. J'ai besoin de prendre soin de moi. J'ai besoin de bonté. J'ai besoin de redéfinir mon cercle. Et j'ai besoin d'envoyer de la bonté aux autres. Même ceux qui en méritent moins à mes yeux en ce moment. Parce qu'au fond, la bonté, tout le monde en mérite. Et que si on arrêtait un instant de se déchirer et bien, on comprendrait tous ça. Et on s'aimerait plus. Et mieux.

J'ai tellement, tellement besoin de douceur... Et je vous en souhaite aussi.

4 commentaires:

shaton a dit…

Certes, ce n'est pas ton style habituel... mais je suis content de lire ces mots sur ton blogue.
Tu mérites toute ça aussi, je pense. Mais la douceur, la bonté, la gentillesse et la tendresse dont nous avons besoin, elles viennent d'abord de nous-mêmes.
Alors prends soin de toi, c'est un ordre.
Et ne viens pas nous raconter que ton blogue est un fake, que tu es démasquée et que tu fermes la boutique, y en a marre des menteurs ;))

Petite libellule a dit…

Certains disent : You teach people how to treat you. Et si le poids que tu sens sur tes épaules, il venait de toi? J'étais exactement dans le même état d'esprit que toi il y a quelques temps, mais un changement s'est opéré depuis... Je me sens bien, je me sens en paix avec ma vie, mes choix. Oh, elle n'est pas parfaite, ma vie, mais elle est la mienne. J'ai décidé il y a peu de temps que je ne serais plus une victime et que je ne laisserais plus les autres décider si je suis heureuse ou non, quels qu'ils soient. Encore plus que ça, j'envoie de la lumière et de l'amour à tout vent, et à moi d'abord. Et va savoir pourquoi, les autres se transforment autour de moi. Essaie, tu vas voir! Tu me fais tellement penser à moi, c'est fou! Bises!

Jane a dit…

Je te souhaite beaucoup beaucoup de douceur. C'est tellement important de se laisser la chance d'en recevoir, d'en concevoir et d'en donner.

L'impulsive montréalaise a dit…

@shaton : Comment ce n'est pas mon style ?? Tut, tut, j'ai des périodes noires, mais sinon, je suis plutôt joyeuse. Et merci de ces bons souhaits. Et oui, j'essaie très fort de bien prendre soin de moi. Et non, vraiment, ce blogue n'est pas un fake. :-P
@Petite libellule : Oh ! je sais bien que la majeure partie du poids que j'ai sur les épaules vient de moi... Tu sais, je suis aussi de mieux en mieux avec ma vie. Elle n'est pas parfaite non plus, tout comme toi, mais pas si mal. Quand je vais bien, je suis assez sereine avec moi-même. Mais le fait est que quand je ne vais pas bien, j'ouvre les valves. Parce que c'est ce qui me permet de me purger pour mieux repartir.
J'aime beaucoup tes commentaires. Je sens ta bienveillance. Contente de savoir que je te fais penser à toi ! :) Dommage que je ne puisse lire de toi que les quelques lignes ici.
@Jane : Oh ! oui. Vraiment important. On ne prend pas assez la peine de s'arrêter pour donner et recevoir de la douceur. C'est dommage.