lundi 15 novembre 2010

Questions lucides

Quand suis-je devenue cette personne stressée que je vois dans le miroir ? Quand ai-je commencé à accumuler les responsabilités plus facilement que les plaisirs ?

Et vous ?

11 commentaires:

Caro a dit…

Le plaisir c'est quoi ca?

Petite libellule a dit…

Je me pose la même question... Entre les obligations parentales, les obligations au travail, les obligations financières, etc. Je me cherche et ne me trouve plus. Des fois, je fantasme à l'idée de tout sacrer là et de partir avec mon pack-sac. Chose que ne ferai pas... j'ai des obligations quand même! ;-)

Maudit système capitaliste qui nous enrôle dans des carcans aussi inconfortables...Mais il faut avouer que consommer est agréable parfois... souvent. Au fond, c'est nous qui avons le choix, mais on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.

Anonyme a dit…

Bonjour !

Il arrive un moment ou plusieurs moments ( souvent le dernier cas) , où l'on ne peut plus allonger forcément l'élastique du plaisir au-delà du caoutchouc.

La vie tel un " terrain de jeu " c'est fort agréable et l'on ne doit pas non plus éliminer le sable pour autant et se dire avec nostalgie " sous les pavés, la plage " ( expression soixanhuitarde ), cela fait que........... progressivement, par exemple, l'on préfère le vin à la limonade et j'en passe.

L'expérience d'un type de plaisir fait son temps et on explore d'autres possibilités et dérivés du plaisir ( moins dilués, plus axés sur le plancher des vaches).

Le plaisir est nécessaire à continuer cependant hen, hen , faut juste que ça clique au niveau de la conscience afin de " balancer le tout ", pas pour le balancer dans le détour, mais apprivoiser un mot qui se nomme " l'équilibre " et poursuivre sa vie avec l'impression ( c'est vrai ), d'être funambule (pas confortable ), mais au moins de savoir " conjuguer le verbe.... maîtriser sa vie ", y'a moins d'écchymoses douloureuses, mais tout ça ne vient pas facilement....On ne peut pas passer sa vie avec avec la conscience de Fifi Brin-d'acier !

Cause, cause toujours Mon Lapin !

G.B.

Grimimi Sue a dit…

Trop longtemps... Mais un jour, j'ai reçu une claque sur la gueule qui m'a secouée mais qui m'a réveillée. Je ne leur dis pas Merci pour le service rendu.

Doux et tendres petits bisous.

Camille a dit…

Moi ça fait cinq ans. Jour pour jour.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Caro : Oh ! chère Caro, tu dois faire des choses qui te font plaisir. Il y en a toujours. Parfois, c'est plu difficile, mais il y en a toujours.
@Petite libellule : Je n'aurais pas pu dire mieux. C'est vrai que parfois on aurait envie de tout sacrer là. De se défaire de tout ce qui est coincé en nous. Et en même temps, ça fait parti de nous. Faut savoir trouver un juste milieu entre l'envie de plus, de liberté et les obligations que nous avons.
@Anonyme GB : C'est vrai que l'expérience d'un type de plaisir fait son temps. Je suppose que ça s'appelle vieillir. Que c'est ce qui vient avec les obligations et tout le reste... Et oui, faut savoir trouve un équilibre. Ce qui n'est pas toujours évident selon les périodes.
@Camille : Il s'est passé quoi il y a 5 ans jour pour jour ????

L'impulsive montréalaise a dit…

@Grimimi : Wooo, j'oubliais de te répondre. Les yeux qui ont fourchés. C'est vrai que les claques que la vie nous donne sur la gueule, ça n'est pas toujours mal. On se contente trop souvent de vivre notre vie endormi. C'est idiot. Bises.

Juju a dit…

Ça ne fait pas longtemps, mais assez pour me reconnaître dans une phrase que j'ai entendu ce matin à la radio qui était celle-ci. Nous nous sommes enfermés dans notre cage, nous connaissons tous les barreaux qui sont autours, puisque nous les avons installé ces derniers nous-même et que nous avons peur de sortir de notre petit confort (la cage) pour aller explorer d'autres horizons... Lorsque je marchais jusqu'au métro ce matin pour me rendre au boulot, je suis partie à rire seule dans la rue, puisque j'ai «vu» ces barreaux en quelques sorte!!!

Je me dis aussi que malheureusement, je suis totalement tombée dans le système de consommation ou de surconsommation de notre société... C'est difficile de s'en sortir un fois tombé dedans!!!

La P. a dit…

Oui, hein? Les plaisirs, où ils sont passés? C'est de pire en pire à chaque année, on dirait :(

Lucille a dit…

Je ne sais pas quand tu es devenue tout ce que tu ne semble pas vouloir être. Tout ce que je te souhaite, c'est que tu puisses trouver - en toi, sûrement - l'équilibre qui te permettra de vivre une vie pleine et entière tout en profitant au maximum des beautés et des plaisirs qu'elle (la vie) peut t'apporter.

Ciao !

L'impulsive montréalaise a dit…

@Juju : C'est vrai qu'on s'enferme bien souvent par nous-mêmes. Qu'on les bâtit nos barreaux. Oui, la société nous y incite. Mais c'est quand même nous qui le faisons. Et la société de consommation, ça, on en parle même pas !
@La P. : Je sais pas. Je dirais qu'on en perd. Mais en même temps, ça se diversifie. Le problème, c'est juste que parfois on se concentre beaucoup trop sur nos obligations et nos responsabilités que sur les plaisirs de la vie.
@Lucille : Oh ! je n'irais quand même pas jusqu'à dire que je suis devenue tout ce que je ne voulais pas être. J'veux dire, je me trouve vraiment pas pire comme personne. Mais je trouve que j'étais moins stressée avant. Et ça me ferait du bien que ce soit encore le cas. J'ai beau être plus sereine, j'ai trop de stress ! Mais je travaille. Et comme je dis, je me trouve pas pire pantoute. J'ai fait un beau cheminement dans ma vie. Humblement. :)