mercredi 24 novembre 2010

Ces peines

On a tous eu de ces peines. De coeur, d'amour. Des peines incommensurables, sans fin, sans limite. Des peines d'amour qui écorchent l'intérieur dans ce qu'il a de plus profond et de plus intime.

Je les comprend ces peines. Sans les comprendre. Je les comprend pour les avoir vécues. Pour avoir eu le coeur en charpie et l'âme en lambeaux. Pour avoir manqué de souffle et de battements de coeur pendant un instant. Et pourtant... Mes connaissances se limitent à l'expérience. Pas à la connaissance objective d'une chose. Car comment peut-on donner autant de pouvoir à quelqu'un ? Un pouvoir de presque nous anéantir, d'assurément nous faire mal dans le corps et le coeur comme si on allait en mourir. Comment peut-on remettre les clés de son coeur ? Ces clés-là, personne d'autre que nous-mêmes ne devraient les posséder. Personne. Ouvrir son coeur, l'ouvrir vraiment à l'amour ne devrait jamais être de se déposséder de son propre coeur.

Pourtant, on l'a tous fait. On a tous donné les clés, fermé les yeux et espéré ne jamais le regretter. On s'est tous fait dire non, ou c'est fini, ou je ne t'aime plus. On a tous ressenti un mal intense et physique devant ces mots.

Mais si ce n'était pas ça le véritable amour ?

11 commentaires:

Camille a dit…

Wow! ZE question ce soir!!! Au stade où j'en suis, je ne sais plus quoi penser sur le sujet. Je me dis que le vrai amour je saurai le reconnaître quand je le rencontrerai. La preuve que j'ai encore une once de naïveté en moi ;-)

Caro a dit…

Je crois l'avoir donné tellement souvent mon coeur et il m'a été retourné tellement souvent, que je crois que j'aurais honte de le donner de nouveau. Comme Camille je crois que je suis naïve.

Petite libellule a dit…

Le vrai amour commence par l'amour de soi... mais on ne pense pas à ça quand, lors de nos premiers amours, on se pitche à coeur et à corps perdu. On croit aimer l'autre, mais au fond, ce qu'on aime, c'est peut-être le reflet de soi que nous renvoie l'autre... Moi je crois que les personnes qui traversent nos vies, que ce soit l'espace de quelques jours ou pendant plusieurs années, le font parce qu'on a quelque chose à apprendre d'eux, et eux, de nous. Car après tout, nous sommes tous reliés, tous autant que nous sommes.

Anonyme a dit…

Il y a beaucoup de réponses à vos questions lorsque nous sommes " ici sur terre avec notre conscience ", mais y'a autant de réponses,. Ciel que de gens, que de vies......Et vlan pour le multiple.

Je vous écrit et je lis la réponse de " Petite Libellule ", Elle a raison la Dame. Nous sommes ici pour apprendre ( si on accepte !)

Je m'interroge beaucoup moi aussi. Je réalise depuis le temps qu'il y a full questions qui n'auront jamais de réponses outre " que celles de ma vie, soient les conséquences de mon existence, soient ce que j'en fait et j'en interprète, celles-là qui m'appartiennent et tout compte fait appartiennent à nous tous et toutes telle la réponse de " Petite Libellule " .

C'est bien " dur " d'avoir 30 ans et de se demander pourquoi, à cet âge, on a pas encore connu et vécu ce bel amour d'être à deux, ou nommez cela comme vous voulez ! Beau dommage, mais nous ne somme pas toutes dues pour " connaître ce bel amour à 25 ans " !!!! Maudit Prince Charmant qui ne vient jamais quand c'est le temps ! ( Mais quel temps ???, C'est quand le temps? Quelle date ? Quelle année ?)

Ma Belle ( je ne vous ai jamais vue !), mais la vie ne comptabilise pas nos désirs ainsi ! Ce n'est pas parce que nous avons tel " âge " que l'amour doit être là, quick, quick ! ça c'est mon expérience de fille bourrée d'interrogations et de relations qui ont souvent plus qu'autrement fait " flop ! flop ! ", maudit que je me disais ! J'ai donc " attendu " ouf !!!!!

J'ai rencontré " l'homme " avec lequel je suis toujours ( et c'est pas facile ), à 45 ans, ( comme ça, un soir, par hasard !) ça fait 12 ans , calcule !

Avant cela j'en ai ramé un bon coup, pendant bien longtemps avec une pile, telle ma maîtrise " d'interrogations de tout acabit " ! Et pas de réponse, que des larmes et des pourquoi de toutes les couleurs !!!!!

Y'a pas de recettes ! Outre la belle réponse de " Petite Libellule !!!

Je ne peux pas en écrire plus " L'Internet " veut pas.

Anonyme a dit…

Le dernier "anonyme " pas tant que ça est signé" G.B. "

Ð ♥ a dit…

Je ne sais pas ce que c'est le véritable amour. Je crois le vivre, et non en même temps. Je me pose souvent la question a savoir si le véritable amour est celui où on se respecte et qu'on se garde une distance pour ne pas souffrir, ou si c'est celui où on se laisse complètement aller en fermant les yeux. J'ai exploré le dernier précédemment, et je te dirais que c'est pour cette raison précise que j'explore aujourd'hui le premier. C'est difficile, une fois qu'on a été blessé, de fermer les yeux et d'être vulnérable à nouveau.

Marie a dit…

Il est vraiment beau ce texte!!!

L'impulsive montréalaise a dit…

@Camille : Il peut y avoir plusieurs vrais amours. Mais c'est juste que parfois, je pense qu'on confond amour avec d'autre chose de beaucoup moins sain et agréable.
@Caro : Il ne faut pas le donner. Il faut le garder, mais l'ouvrir.
@Petite libellule : C'est vrai qu'on se pitche pour bien des raisons qui ne sont pas les bonnes. Il y a aussi la dépendance entre autre. Et le manque d'estime. Et après, on pense que c'est ça l'amour ! Et je suis d'accord avec toi, chaque personne, mais aussi chaque expérience de vie, est là pour nous apprendre quelque chose.
@Anonyme GB : C'est vrai qu'il n'y a pas d'âge précis, pas de moment programmé. L'amour, ça part, ça vient. Il faut juste savoir le saisir quand il est là. En profiter. Mais on vit tellement dans une société où on est habitués de tout avoir et tout de suite...
Et oui, il faut accepter d'apprendre. Parce que sinon, c'est nous qui sommes pénalisés. Apprendre à s'aimer, à être bien, à développer des relations harmonieuses.
@Ð ♥ : On peut se respecter, mais pourtant se laisser aller je crois. Et je crois qu'il faut garder les yeux ouverts. C'est plus agréable me semble. L'amour, c'est s'ouvrir, mais pas se donner peut-être !?
@Marie : Merci ! C'est gentil. :)

Anonyme a dit…

Bon ! Ça m'interpelle votre réponse de vos mots... "Mais on vit tellement dans une société où on est habitués de tout avoir et tout de suite... "

Ouf ! Est-ce votre génération ?

C'est ma " génération qui " vous a légué " cela "... ?

Wash ! Je ne vais pas répondre ce soir . Parce que " c'est faux ". Parce que " ma " génération vous a appris que " voilà, tu le veux, eh bien viens le prendre et tout de suite " Iiiiiiii Je grimaçe ! C'est " bien matérialiste " ces désirs.

Pourtant vous vous rendez bien compte que cela n'est donc pas ainsi que la vie ( et l'esprit ), fonctionnent ! Vous avez appris à tout vouloir et recevoir tout de suite et vous voilà avec une ribambelle de questions car les résultats ne viennent pas aussi vite. Ils se font languir.

Au début des années '80, les valeurs humaines se sont bousculées, chambardées. À ce moment " l'avoir " a précédé celui " d'être " et à tort ! Qu'est-ce qui est plus important maintenant ? Vous ou votre " avoir ?????

G.B.

Camille a dit…

Oh que tu as raison là ma chère!!! Oui, on confond, tout, souvent!

L'impulsive montréalaise a dit…

@Anonyme GB : Je n'ai pas dit que je pense que la vie fonctionne ainsi. Mais la société, les gens de cette société, ont de plus en plus tendance à voir les choses ainsi. Ce qui crée des insatisfactions.
@Camille : J'ai toujours raison voyons. :P Bon, ok, souvent disons. Héhéhé !