lundi 5 avril 2010

En réponse à un commentaire...

Aujourd'hui, Camille, celle qui m'a surnommée sa jumelle virtuelle (et je trouve ça fort sympa !), m'a laissé un commentaire qui me pousse à réfléchir pas mal. À me poser des questions...

Est-ce que je crois avoir un blogue littéraire ? Est-ce que je le veux littéraire ? Est-ce important de mettre une étiquette sur un blogue ? Pour la dernière question, c'est clair, je m'en fous. Je n'aime pas les étiquettes, les trucs carrés, limités, étroits. Les carcans en clair. Du moins, pas pour l'écriture. Et j'ai été assez étiquetter (généralement négaitvement) dans ma jeunesse pour savoir que ça aussi je n'aime pas.

Si j'ai un blogue littéraire... Je ne le crois pas. Par exemple, quand je me suis inscrite à tout le monde en blogue, j'ai choisis personnel comme catégorie. Je crois plus ou moins aux blogues qu'on dit ''littéraires''. En général. Certains croient l'être et souvent, ça me semble très loin de la réalité. Mon humble opinion. Je m'explique un peu avec la prochaine question...

Le voudrais-je littéraire ? Je ne le crois pas non plus. Je vois le blogue comme un lieu d'échange, de partage, de fourre-tout, d'émotivité, de réactions, d'opinions.... Qu'en sais-je ? C'est un truc en constante mutation. Qui vit d'une façon. Puis d'une autre. Qui se révèle dans sa diversité.

C'est possible que parfois mes mots soient plus raffinés (pour faire suite au commentaire). Qu'ils soient plus précis. Que mes textes soient plus littéraires. Après tout, j'aime bien écrire. Jouer avec les mots. Les savourer, les travailler, vous les donner amoureusement après les avoir assemblés à ma manière. J'aime ça. Mais parfois aussi, j'aime écrire un truc rapide ou plus banal ou bien j'ai l'opinion ou l'émotivité qui parle plus fort que l'envie de jolies phrases tissées avec des doigts d'orfèvre.

Mais c'est vrai que parfois, je remarque que j'ai un ton. Une façon différente de dire. De vous raconter ou de me dévoiler. Du moins, j'ai l'humble prétention de le croire.

Ce qui me désole ? Lorsqu'un texte dont je suis particulièrement fière (celui par exemple où Camille m'a fait ce commentaire) et qu'il passe inaperçu. Ou du moins, qu'il soit lu, mais qu'on ne le commente pas, qu'il ne remue pas les gens au point de les pousser à me parler. Alors que peu de temps avant ou après par exemple, un autre texte plus ordinaire a attiré l'attention de tous et les commentaires nombreux. C'est difficile alors de savoir ce qui est apprécié. Vraiment. Le texte qui nous donne envie de répondre. Ou celui qui nous fait nous taire parce qu'il n'y a tout simplement plus rien à ajouter.

Mais l'important n'est pas tant les étiquettes, les buts, les réactions (que j'adore hein tout de même !!!). L'important est que J'AIME ÉCRIRE. Que j'aime parfois ce que j'écris avec passion. Peu importe que je me questionne sur le nombre maximales de fois (par peur de vous ennuyer ou de vous indigestionner...) où je peux vous écrire dans une journée ou si vous aimez ou pas, je sais que j'aime écrire. Et que je veux continuer.

Et pour ajouter, je te dirais Camille, et à toi aussi lecteur, lectrice qui me lit en ce moment, que pour le ''littéraire'', je me reprends dans mon roman. Un endroit où je prends mon pied avec les mots, où j'ai un plaisir fou à jouer avec mon ton, à imager mes phrases, à rentrer dedans parce que je déteste les trucs longs et mous, parce que je préfère du dur, du charnel, du rentre-dedans littéraire. Oui, j'y prends mon pied. Et ici ? Ben aussi, mais pas de la même façon ! :)

15 commentaires:

Jane a dit…

Je suis d'accord avec toi que mettre des étiquettes sur les choses et les gens c'est pas du bonbons. Parce qu'ensuite il faut s'y tenir...
Vive les blogues libres :)

Luc Pierre (dit le salaud) a dit…

"Je vois le blogue comme un lieu d'échange, de partage, de fourre-tout, d'émotivité, de réactions, d'opinions...."

Moi aussi. Ça n'empêche pas un blogue littéraire d'en faire autant.

Je qualifie mon propre blogue de "littéraire" parce que même si j'y raconte ma vie, je la raconte de manière structurée et stylisée, j'essaie de reconstituer les dialogues tels quels, d'avoir un début, un milieu et une fin. Mon approche de la rédaction est littéraire.

Pourquoi?

Pour les mêmes raisons que tu énonces: parce que "je vois le blogue comme un lieu d'échange, de partage, de fourre-tout, d'émotivité, de réactions, d'opinions...."

J'ai l'impression que si je passe ma vie à dire tout ce que je pense et d'y aller de réflexions toutes faites, je ne fais que mettre ma pensée tout cuit dans le bec dans la gorge de mes lecteurs. Donc, je préfère raconter ce qui m'est arrivé, et ce sont plutôt dans les commentaires que j'émets mon opinion.

Sauf dans de rares textes d'opinion, comme celui que je suis en train d'écrire sur mon collègue qui s'est fait virer.

Donc voilà... toi qui dit "ne pas croire aux blogues littéraires", j'espère avoir emmené une autre alternative à ton point de vue.

Tattoo a dit…

Avant de se poser la question: "Mon blogue est-il un blogue littéraire?", il faudrait d'abord se demander ce qu'est un blog littéraire. Ce qui n'est pas chose aisée. Parce la définition de la littérature en elle-même pose problème.

On parle souvent d'attention portée à l'écriture, au style. Ce qui ne suffit pas, à mon sens, pour qualifier un blog de littéraire. Il y a des journalistes, des éditorialistes qui écrivent remarquablement bien et qui ont une voix. Les publicitaires aussi accordent beaucoup d'importance à la forme du message, sans qu'on puisse pour autant dire que leur écriture est littéraire.

Alors, quoi? Un blog littéraire, c'est quoi? Un blog qui présente des textes de fiction? Des textes narratifs? Mais non, ce n'est pas exclusivement ça. Un blog où ne seraient publiés que des poèmes pourrait aussi bien revendiquer ce titre. Ou un blog (cas rare) où on trouverait des fragments dramatiques. Et il y a encore le genre (problématique) de l'essai. L'essai littéraire qui montre une pensée en mouvement, en développement, une réflexion en marche, sur des sujets littéraires ou culturels au sens large. Et puis il y a les blogs de critique, savante ou impressioniste, où l'on retrouve des analyses poussées ou de simples compte rendus de lecture, voire des résumés, des listes de lecture, de coups de coeur ou de coups de gueule.

Alors, quand on se pose les bonnes questions, on voit que la confusion s'installe et qu'on n'est même pas en mesure de leur apporter une réponse satisfaisante.

Qu'est-ce qu'un blog littéraire? Avouons, en toute humilité, que nous n'en savons foutrement rien.

Et que ce n'est peut être pas important de le savoir, au fond.

Pour moi, il y a les bons blogs et les mauvais blogs, toutes catégories confondues. Point.

L'Accro des listes a dit…

J'aime ton blog, littéraire ou pas. Continu d'écrire magnifiquement comme tu le fais, c'est la seul chose qui compte! :)

SP4M: a dit…

Je comprend tellement ce que tu veux dire. Aujourd'hui même j'ai penser écrire sur le fait d'être commenté par exemple. Est-ce vraiment nécessaire? Est-ce que ça veut dire que le billet était pas intéressant? Pas tout-à-fait. Il y a des textes que je lis qui me laisse speechless. J'ai rien à dire de plus. Si je suis pour laisser un commentaire, "j'essaie" d'éviter de laisser des commentaires tels que "J'aime ou pas". Du moins pour ma part, au pire, je vais essayer de faire rire :P

Mon blogue est un fourre-tout, tout cuit dans le bec.

Les Yeux: Clin d'oeil à Luc Pierre. ;)

Toutefois, j'abuse d'un concept pour passer un message. Peindre l'être humain en tant que personne paradoxale et contradictoire. Enfin bref, je prétend croire que tout le monde l'est en quelque sorte. Tout ça pour dire, ça ne fait pas de mon blogue plus intéressant qu'un autre, et je le fais avant tout pour moi.

Ton blogue est intéressant justement car c'est un blogue personnel avec une très belle façon de le raconter. Ce n'est pas nécessairement stylisé, ou conceptualisé, mais on s'en fout un peu. Ta façon de t'exprimer est déjà assez intéressante que c'est-ce qui te démarque en quelque sorte.

Lâche pas!

L'impulsive montréalaise a dit…

@Jane : Il faut s'y tenir et les gens nous y cantonnent surtout. Malgré nous. Vive les blogues libres ! D'accord avec toi !
@Luc Pierre : Chaque commentaire qu'on me fait m'apporte réflexion. Après, j'adhère ou non. L'important est de faciliter l'échange. Et que chacun soit bien dans la démarche qu'il recherche dans son blogue. Peut-être je fais beaucoup de tout cuit dans le bec vu que j'aime opinioner (nouveau verbe) un peu. Mais je pose aussi beaucoup de questions... Car si j'ai des opinions, je n'ai pas de réponses toutes faites.
@Tattoo : Ça revient au discours littérature/para-littérature des universitaires. Effectivement, au fond, je m'en fous pas mal. Je me questionnais juste...
Sinon, je veux pas avoir l'air pointilleuse, mais après ceci ("Pour moi, il y a les bons blogs et les mauvais blogs, toutes catégories confondues. Point."), j'aurais ajouté un truc comme "le tiens est bon", "le tiens est génial", le tiens rend addict". Mais bon, je te pardonne. Les gens oublient leur texte parfois... :-P
@L'Accro : Merci ma chère. Très gentil et apprécié en période de doute et d'insomnie.
@SP4M : "Ta façon de t'exprimer est déjà assez intéressante que c'est-ce qui te démarque en quelque sorte." Tu peux pas savoir comment ce commentaire-là me fait plaisir. Faut bien se démarquer comme on peut.... Ne pas lâcher... J'essaierai.

Tattoo a dit…

Non, la question n'est pas de savoir si c'est de la littérature ou de la para-littérature. Je crois pas trop à cette dichotomie qui est, comme tu dis, des problèmes (faux?) d'universitaires pour les universitaires. Je pose la question dans d'autres termes: "Qui décide de ce qui est littéraire ou non?" Pour moi, est littéraire ce qu'on qualifie de littéraire selon nos propres critères, qui peuvent ne pas être ceux du voisin. Il n'y a pas d'essence de la littérature en soi.

Oui, je sais, j'aime bien jouer à l'empêcheur de tourner en rond. C'est juste qu'avant de parler de quelque chose, je crois nécessaire qu'on sache de quoi on parle au juste, sinon on peut dire n'importe quoi. Ou même, ne pas se comprendre.

Et tu sais bien que je sous-entendais que dans le grand naufrage bloguesque, ton blog fait partie de ceux que je m'efforcerais de sauver en premier. Ah là...

Flatte flatte.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Tattoo : Empêcheur de tourner en rond va ! Mais effectivement, tout le monde a sa propre vision de la littérature. Et je ne veux certes pas soulever ici des faux problèmes agaçants d'universitaires...

Ronronne ronronne.

Camille a dit…

Ok je nuance mon dernier commentaire: Je n'ai pas dit que je n'aimais pas ton blogue lorsque tu y allais d'une anecdote banale. Loin de là, j'aime toutes les facettes de ton écriture, c'est pour ça que je te suis depuis quoi? 6 mois? quotidiennement, religieusement, je suis toujours contente de voir que tu nous as pondu quelque chose. Je voulais juste souligner la qualité des derniers textes qui selon moi méritent plus que la simple page d'un blogue. Et ne te limite pas dans tes sujets d'écriture, vas-y comme tu le sens, ce qui est intéressant d'un blogue c'est aussi d'apprendre à "connaître" la personne et ses multiples facettes. Mais je maintiens que j'aimerais un jour aller en librairie et me procurer le dernier de Martine L'Impulsive ;-)

L'impulsive montréalaise a dit…

@Camille : Chère Camille, j'avais très bien compris ce que tu voulais dire. Sinon, tu ne me suivrais pas depuis aussi longtemps (l'inverse étant aussi vrai). Mais tu m'as fait réfléchir sur ce coup-là... Et je te remercie de croire, de penser que certains de mes textes méritent plus que la simple page d'un blogue. Pas qu'un blogue, ce ne soit pas assez... Mais tk, on se comprend hein ! Et non, je ne me limite pas. Ma seule limite, c'est parfois de me dire que j'écris trop. Puis, 5 minutes après, j'ai une idée de texte... et impulsivement, je dois l'écrire et le poster à l'instant.
Sinon, un de ces jours, tu iras en librairie et il y aura mon livre. Je n'ai pas de date précise. Mais un de ces jours...

Tattoo a dit…

Camille, je te seconde. Il y a des textes ici qui mériteraient d'être rassemblés et publiés dans un livre. Par exemple, un de tes derniers, "Moi, en pièces détachées", ça passerait très bien dans un recueil de nouvelles, ou de récits. J'y crois, moi, en tout cas.

Le problème, c'est que le format du blog entraîne nécessairement un fragmentation de l'écriture. Et ensuite, il faut rapailler tout ça, coudre une belle courtepointe avec ces textes, prendre ses couilles (ou ses ovaires) à deux mains et envoyer ça à un éditeur. Et attendre.

Mais ce que tu écris ici est, généralement, et qualitativement parlant, à mon avis, une coche (au moins une, sans doute plus) au dessus de la moyenne de ce qu'on retrouve sur la blogosphère. (Hé que je trouve ça laid, ce mot-là, blogosphère).

Flatte flatte.

Camille a dit…

Oui oui! On se comprend chère jumelle cosmique! ;-)

L'impulsive montréalaise a dit…

@Tattoo : Merci beaucoup. Beaucoup.
Toutefois, je t'avoue que je ne suis pas certaine de ça. Ici, j'écris des billets d'opinion, des minis-essais si on veut... Je doute que ça pourrait prendre place dans un livre. Mais peut-être as-tu beaucoup plus raison que moi....
Ronronne, ronronne, prrrrr, prrrrr. :)
@Camille : Héhé ! :)

lorent a dit…

avant de parler de ce qu'est un blog littéraire, faudrait déjà définir ce qu'est la littérature :))
De littérature je retiens lire (bon, je sais pas si ça fait partie de sa racine latine, j'ai séché les cours) et je lis que ce que j'aime, que ce soit du djian du barbusse du vallés du crais du mankell ou de l'impulsive :))

lorent a dit…

Avant de parler de ce qu'est un blog littéraire, faudrait déjà définir ce qu'est la littérature :))
De littérature je retiens lire (bon, je sais pas si ça fait partie de sa racine latine, j'ai séché les cours) et je lis que ce que j'aime quel que soit le format, que ce soit du Djian du Barbusse du Vallés du Foglia du Crais du Mankell ou de L'impulsive :))