lundi 13 décembre 2010

Angoisses existentielles nocturnes‏

Parfois, il arrive qu'on se réveille à 4h du matin et qu'on soit incapable de se rendormir. Parfois, il arrive qu'on angoisse parce qu'on est réveillé la nuit.

Si ça m'est arrivé la nuit dernière ? Euhhh... oui.

Un peu de ma nuit pour vous :

Parfois, je suis tannée en criss de m'en faire avec des niaiseries. Je regarde autour de moi, je vois la misère, je vois des problèmes sérieux, du gros trouble... pis je m'en fais avec des niaiseries. Oh ! je veux pas dire que le fait que je me sente moins bien ne compte pas. Chaque raison qui fait qu'on se sent moins bien compte. C'est quelque chose chose qu'on devrait travailler, essayer d'améliorer. Mais des fois, je trouve que j'angoisse pour rien. Et ça me fait chier. Qu'est-ce qui fait que j'ai ces gènes-là d'angoisse, de doutes, de peurs ? Qu'est-ce qui fait que les autres les ont moins ? Parce qu'on s'entend que je ne me compare pas à ceux qui en ont plus ! Non, je préfère me flageller avec ceux qui en ont moins. Toujours se reprocher quelque chose, se taper dessus, s'en vouloir de ne pas être parfaite et zen et gentille et toujours capable de prendre les bonnes décisions et tout. Ça m'éverve, ça m'énerve, ça m'énerve ! Des fois, j'aimerais ça aussi être une imbécile heureuse comme j'appelle. Quelqu'un qui se casse pas la tête. Quelqu'un qui fait sa vie comme un fleuve tranquille suit son cours. Des fois, vraiment, ça m'exaspère. Et pourtant, c'est con. J'veux dire, je regarde qui je suis, je regarde les choses que j'ai apprises au fil des ans, je regarde à quel point je suis de plus en plus heureuse. Mais tout ce que je vois quand je stresse, c'est ce qui va un peu moins bien. Le maudit fichu détail qui accroche. On a déjà dit que j'étais dure avec moi-même. J'ai beau être indulgente, l'avoir appris, savoir que ça me fait du bien l'indulgence, mais des fois, c'est vrai que je suis dure avec moi-même. Trop dure. Pis des fois, c'est même pas moi. C'est la nuit. Pis les angoisses de la nuit. Pis j'hais ça. Pourquoi moi, je dors mal ? Pourquoi tout le monde dort sur ses deux oreilles, en paix, mais pas moi ? Je sais, je sais. Je suis certainement pas la seule. Mais seule ou pas, quand je suis réveillée la nuit, que je ne dors pas, que j'angoisse, je ne retiens qu'une chose : je suis quand même bien seule dans mon fichu appartement. La seule à angoisser sa vie, putain !

6 commentaires:

Caro a dit…

Et bien l'angoisse c'est moi qui l'a inventé, désolé de la partager avec toi, mais dis toi qu'elle ne te paralyse pas et qu'elle te quitte régulièrement.

Pourquoi je dors la nuit? Les tites pillules.

T'as peut-être un peu de ce que j'ai moi, une petite personnalité obessive complusive? Vouloir que tout soit toujours parfait et quand ca l'est pas ca nous fatigue jusqu'à pas en dormir la nuit.

Petite libellule a dit…

En général, je dors bien... mais les périodes où je dors moins bien, c'est que quelque chose me chicote, hante mes pensées, me stresse... bref me fait vivre des émotions négatives. Est-ce ton cas?

Sinon, tu as raison : Bienheureux les creux... Ceux qui ne s'en font pas avec la vie, quoi!

Être dure avec soi-même? Oui, le chapeau me fait aussi... On ne se refait pas, mais au moins, quand on se voit aller, une partie du problème est déjà réglée.

Bon dodo... ;-)

Jeff a dit…

Si le fait de rester seule dans ton appartement t'angoisse au point de t'empêcher de dormir, alors soit tu comptes camper sur tes positions soit tu fais en sorte de ne plus vivre en solitaire...

Je vis seul chez moi et je suis bien. Extraordinairement bien, pour une rare fois dans ma vie. Mais je sais que tôt ou tard, je vais m'ennuyer... de mes enfants, de mes petits-enfants, de mon monde.

Ð ♥ a dit…

Ça n'arrive pas a beaucoup de personne de se réveillé la nuit et de ne pas pouvoir dormir parce qu'on réfléchi à notre vie. Je crois que c'est une infime partie de la société. Moi aussi j'ai souvent souhaité être une imbécile heureuse, mais faut savoir apprécier la capacité qu'on a à remettre les choses en doute. C'est aussi une qualité et ça peut être très utile, faut juste savoir s'en servir !

Lache pas et dort bien :)

conciliabule a dit…

Lorsque cela m'arrive, je me met de la musique que j'aime et cela m'aide à relaxer... même si je ne me rendors pas, c'est déjà ça de gagné.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Caro : Je ne veux pas nécessairement que tout soit parfait. C'est juste que parfois, y'a des trucs qui me donnent de l'angoisse et ça me fait chier quand je me dis qu'il y a bien pire d'angoisser dans la vie au fond.
@Petite libellule : Je suppose qu'on peut dire que oui, j'ai certains trucs qui m'angoissent ces jours-ci. Et bon, je suis toujours plus sensible quand je suis fatiguée. Et c'est le cas en ce moment. Je suis pas mal occupée donc ! Mais je vais survivre, je m'inquiète pas trop ! ;)Et oui, savoir c'est avoir la moitié du problème de régler. C'est rassurant juste ça. Parce que je me connais pas mal bien !
@Jeff : Oh ! je n'ai aucun problème à rester seule. J'aime bien en fait. Mais parfois, la solitude pèse un peu plus. Surtout la nuit quand on repasse tous ses soucis en boucle.
@Ð ♥ : Je t'avoue que je pensais, jusqu'à dernièrement, qu'il y avait plus de monde que ça qui se réveillait la nuit.... Et bon, je ne suis pas mécontente de ma capacité à réfléchir au fond. Sauf que la switch à off des fois, je suppose que ça peut être cool.
@conciliabule : Quand ça arrive, je lis. On ne pense pas quand on lit. Ou parfois, je viens sur l'ordi.