vendredi 4 juin 2010

Tue-moi

Je suis en train de me piétiner le coeur comme si c'était une chose de moindre importance.

Je l'ai enterré.

Tu n'as rien remarqué.

Pourtant, je n'ai jamais été aussi consciente de la présence de quelqu'un. Même si je crois que je n'existe pas réellement. Je suis morte dans ton souvenir. Tu m'as tuée. Sacrifiée. Mais je ne suis pas assez morte encore. Je t'en supplie. À l'infini. Tu dois me tuer plus fort. M'achever. Je n'y arriverai pas seule. Et je dois mourir. Parce que sinon, ça fait trop mal. C'est du coeur à vif. De l'esprit ridicule. Je suis pathétique. La mort est probablement ma seule guérison possible. Je n'ai aucun autre espoir....

Tue ma peau. Parce que sinon, elle appartient à la tienne. Tue-moi. Si je dois mourir, que ce soit de ta main. Tes souvenirs sont tout ce que je possède réellement. Rien de plus. Que du vide si horrible. Je suis trop à vif. Une plaie béante.

4 commentaires:

Miss Flower a dit…

Comme je te comprends.... Ça fait tellement mal que l'on voudrait que l'on nous achève, que la souffrance s'arrête!

D'une telle tristesse mais tellement authentique.....

Marie a dit…

Câlin et courage!

shaton a dit…

C'est flamboyant mais c'est aussi triste et effrayant.
Pardon de dire ça ici mais j'ai vu un proche supplier qu'on l'achève il y a dix jours. C'était lors d'un delirium après une énorme cuite après des tas d'emmerdes et de relations foireuses...
Bref, je suis marqué au rouge par cette histoire.

Alors il est temps que les scénaristes farceurs qui écrivent ta vie effacent quelques-uns de tes souvenirs et te collent dans les pattes un gentil damoiseau à ton goût. Tabern... !!

L'impulsive montréalaise a dit…

@Miss Flower : Heureusement, la vie reste une belle chose. Mais elle nous écorche. Beaucoup. C'est ça être vivant.
@Marie : Merci. J'essaie. Surtout de respirer.
@shaton : Oui, c'est un peu effrayant de ressentir tout ça. Mais je m'y suis habituée, je dirais... Alors le gouffre semble moins immense.
L'histoire de ton ami est bien triste. Bien triste.
Merci ! J'espère bien que le scénariste de ma vie t'entendra !!