samedi 13 mars 2010

Toute chose n'est pas bonne à dire

Il y a tellement de choses qu'on ne dit pas et qu'on voudrait dire. Tellement de choses qu'on enterre en soi par choix, ou non. Certaines avec raison, d'autres par peur, quelques-unes avec sagesse... Je rêve parfois d'un monde où on se dirait les vraies choses un peu plus. Mais serait-ce un monde où il fait si bon vivre ? En attendant, voici mes "toutes bonnes choses ne sont pas bonnes à dire" que j'ai envie de dire au néant. Ça ne fera de mal à personne.

Toutes des choses qui sont vraies...

J'te dirais que tu me plais. Que j'ai envie de toi. Que je sais bien que ce sera plus compliqué si on baise. Mais tant pis. C'est ce que je veux.
J'te dirais que j'ai envie de te reparler. Même si tu m'as fait mal. Même si tu pourrais me faire mal encore. J'veux exister dans tes yeux.
J'te dirais que je ne suis pas parfaite. Mais toi non plus. Pis les relations, c'est des échanges. Je ne peux pas être la seule à donner.
J'te dirais de m'baiser. Juste un soir. De m'faire du bien. Tu saurais.
J'te dirais que des fois, j'me sens coupable. Mais c'est moi. C'est qui je suis. J'ai besoin que tu m'acceptes. Complètement.
J'te dirais que j'comprends pas. Que j'avais vraiment envie d'être ton amie, de te connaître plus. Mais toi ?
J'vous dirais que vous avez rien compris. Que la vie c'est pas ça. C'est pas des jugements, des potins, des rancunes...
J'te dirais que ce s'rait le fun de s'rencontrer. Me semble qu'on s'entendrait bien.
J'te dirais que t'as autre chose à dire. Que tu devrais les dire. Tu vaux plus que tes banalités.
J'te dirais que, de toi, j'attends aucune promesse, juste des caresses.
J'te dirais que tu as été la porteuse de mauvaises nouvelles. Que tu m'as appris l'horreur pendant que je souriais pour donner le change comme on dit. Mais j'ai trop honte. J'ai mal. Je voulais te le cacher. Je veux encore.
J'te dirais que j't'aime... J't'aime ??? Euh, non, peut-être pas. C'est plus que je ne veux me dire à moi-même.

Et vous, vous avez quoi à dire que vous ne dites pas ? Qu'est-ce qui vous hante et prend un peu, ou beaucoup, de place en vous ?

Quant à ceux qui me diront de dire tout ça, qu'il n'y a pas mort d'hommes dans ces quelques mots, je vous approuve. Il n'y a effectivement pas mort d'hommes, mais toute une mer à boire. Et croyez-moi, j'essaie, j'essaie de dire ce qu'il y a à dire le plus possible, de trouver les façons, les moyens pour. En attendant d'y arriver ou d'oublier, j'encombre le néant virtuel.

7 commentaires:

lorent a dit…

j'te dirais que je me demande si je suis dans la liste, et à quelle place ;)

Camille a dit…

Moi je te dirais que des fois, y'a des choses qu'on est mieux de pas dire si on est pas certaine qu'elles vont être comprises comme on les pense (flashback de mon lundi). Je te dirais aussi de justement essayer de t'entourer de gens qui capteront correctement ton message, là tu ne peux pas te tromper en disant tout à condition de trouver les bons mots, et encore, ces personnes là te comprendraient quand même lorsque ce n'est pas clair, ni dans le message, ni dans le contenu.

L'impulsive montréalaise a dit…

@lorent : Ah ! cet homme. Tu veux être ds la liste ?? Ben voici où tu es : "J'te dirais que t'as autre chose à dire. Que tu devrais les dire. Tu vaux plus que tes banalités." Héhéhé ! Sans rancune mon chou ! :)

L'impulsive montréalaise a dit…

@Camille : Oui, j'te que c'est hautement plus facile de s'entourer de gens qui comprennent sans qu'on aie besoin de trop parler.... Mais ça a l'air que c'est rare pas mal ! Héhé ! Mais effectivement, ceux qui sont brillants pour comprendre quand on est pas clair, c'est cool aussi !

Tattoo a dit…

Ah... C'est crissement beau, ça. J'ai le coeur qui twiste pas pire dans ma petite cage d'os, là. Refais-moé pus des affaires de même. Non mais. Dès le début, t'attaque fort.

"J'te dirais que tu me plais. Que j'ai envie de toi. Que je sais bien que ce sera plus compliqué si on baise."

Je me suis entendu penser ça dernièrement. (Et c'est tellement vrai que c'est plus compliqué après, en plus...) Sauf que moi, je l'ai dit.

Parce que tu vois, moi, j'ai le problème inverse: ce que je veux dire, je le dis. Et je dis même parfois des choses que je voudrais pas dire. Mon dernier post en fait foi.

Très chouette ton boutte de toile, je repasserai. Ah pis tiens, je t'ajoute dans mon blogroll.

Bye.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Tattoo : Crissement beau... Quel magnifique compliment ! Vraiment. Un des plus beaux. Parce que moi j'aime mieux crissement beau que magnifiquement beau. Double merci !
Quant à ne plus refaire des affaires de même... Je ne te promettrai jamais ça. Ici, partout en fait, j'aime brasser les coeurs et les têtes. Donc ton mouvement de coeur, je l'aime bien moi.
Et puis, crois-moi, je suis aussi de celle qui parle trop. Impulsivement. Mais va savoir pourquoi, j'ai aussi ma p'tite liste d'affaires que je tais. Précieusement. Comme ça.
Je crois que quand on dit des choses qu'on ne veut pas dire, c'est juste parfait ainsi. Les choses ont parfois plus besoin d'être dites qu'on ne l'aurait cru.
J'espère que tout ton trop de mots ne te compliquent pas toujours la vie, mais qu'elle l'améliore parfois aussi.
Au plaisir de te revoir venir faire ton tour ici par chez nous sur la toile. C'est gentil.
Ciao ! ;)

lorent a dit…

ouf ! ;)