dimanche 20 mars 2011

À la conquête du monde

Ça commence dans les jambes. Comme un fourmillement qui grimpe doucement. Mon pas qui s'accélère. Le pied qui s'affirme. Précision et rapidité inspirées.

Ça monte ensuite dans les fesses. Sans raison, ça devient plus ronds, plus frondeurs. Ça marche haut, un peu baveux même.

Puis, c'est le ventre. Des petits frétillements, une plénitude. Que de l'imprécis. Mais c'est là, bien au creux.

Ça continue dans la poitrine. Celle qui s'affiche, qui balance légèrement le bas du dos vers l'arrière. Mais celle de l'intérieur aussi. La poitrine souffle de vie. De grandes respirations calmes, l'air qui semble plus vivifiant.

Après, il y a les lèvres. Des sourires en coin, un brin énigmatiques. Puis cette petite fossette qui se creuse dans la joue droite.

Ça se termine par les yeux. Un regard limpide et curieux. Qui fouille partout, qui cherche, qui déterre les endormis, qui croise avec défi.

Oui, c'est ça... C'est exactement comme ça quand je marche et que ma bonne humeur me donne l'impression de conquérir le monde.  

4 commentaires:

Caro a dit…

Wow je me suis sentie exactement comme ça hier soir en prenant ma marche tout en écoutant de la musique et regardant la superlune.

Josie a dit…

Quand ce sentiment se fait sentir en moi, je le chéri tellement.

Ta description est merveilleusement près de la réalité :)

seb haton a dit…

Tu as la bonne humeur très physique et un brin sensuelle, c'est chic !
s.h.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Caro : Rien de mieux qu'une bonne marche pour s'aérer l'esprit et le corps et se sentir follement bien. :)
@Josie : C'est vrai qu'il faut le chérir ce sentiment. Car il ne vient pas toujours. Mais quand il vient.... Oh ! lala...
@Seb : C'est chic, oui ! :) Esprit sain dans un corps sain qu'on dit. Ça doit avoir un fond de vérité !