dimanche 30 janvier 2011

Julie, Julia et moi

Il y a de ça deux ou trois semaines, j'ai vu le film Julie et Julia. Puis, j'ai lu le livre qui a inspiré le film. Of course. Quand on est lectrice. Pour ceux qui viennent de mars et ne sont arrivés que depuis peu, Julie et Julia, c'est l'histoire d'une blogueuse. En fait, c'est l'histoire d'une femme, Julie Powell qui décide de devenir blogueuse parce qu'elle veut réaliser un projet complètement farfelu : réaliser toutes les recettes d'un livre écrit par Julia Child et ce, tout en partageant son expérience sur internet. Quelque chose donc comme plus de 500 recettes. En un an.

Oui, complètement farfelu. Mais un but. Quelque chose. Une ambition. Se donner une raison de. Réaliser. Créer un rêve de toutes pièces. Est-ce à dire que je l'envie ? Non, pas vraiment. Je n'ai pas l'ambition de réaliser comme ça plus de 500 recettes en un an. Bon, d'accord, dernièrement, je me suis donné comme projet d'essayer au moins une nouvelle recette par semaine. La semaine dernière pour tout dire, j'ai commencé ça. Bilan : 4 nouvelles recettes absolument succulentes. Aussi idiot que ça puisse paraître, ça me met de bonne humeur. Parce que c'est agréable d'essayer de nouvelles saveurs. Parce qu'aussi, c'est un but, une réalisation.

Pourquoi je parle de ça ? Parce qu'il y a du mouvement dans ce projet de Julie P. Peu importe ce que c'est, elle prend un décision et elle s'y tient. Elle a rêve qui lui vient spontanément, elle agit, se met en branle. Parce qu'elle trouve que sa vie stagne un peu trop, n'a pas la direction voulue, parce que travailler ne suffit pas toujours à se réaliser.

Agir. Voilà le mot, agir. Mouvement. Faire. Réaliser. Mettre en branle. Commencer. Avancer. Rêver vivant, en mouvement.

Il y a plein de choses que je veux faire dans la vie. Ce n'est pas comme si mes derniers textes ne tournaient pas autour d'une même thématique, hein... ! Mais voilà, je suis humaine. Et l'humain est routine. C'est plus facile la routine. C'est moins forçant la routine. Ça salit moins les mains. Je pourrais aussi mettre la faute sur l'argent. Le maudit argent. Celui dont on manque toujours. Dont on veut toujours plus. Mais plein de gens s'arrangent pour en trouver de l'argent. J'aimerais être plus grande que nature. Une Julie, une Julia. Je suis humaine. Je suis moi.

Agir. Voilà le mot, agir. Mouvement. Faire. Réaliser. Mettre en branle. Commencer. Avancer. Rêver vivant, en mouvement.

12 commentaires:

Juju a dit…

Wow, ton billet m'a donné le goût de lire et de voir le film Julie et Julia. Très bon texte en passant, le tout dernier paragraphe est venu me chercher. Félicitations!!!

Accent Grave a dit…

J'ai beaucoup aimé ce film, je l'ai même acheté. Julia Child, encore plus que cette blogueuse, est inspirante. Dans les deux cas, des projets motivaient ces gens, des projets sensés auxquels elles trouvaient un plaisir certain.

Je suis toujours surpris que tant de gens manquent d'ambitions, des ambitioins non associées à l'argent bien sûr.

Accent Grave

seb haton a dit…

Cette obsession de l'action que tu as es bizarre... à moins qu'elle ne soit finalement le reflet de ce que nous sommes vraiment : des monstres de culpabilité, coupables de ne pas assez agir, de ne pas assez produire, de ne pas assez consommer...
Cette morale internationale est stupide, je te le dis tout net, parce qu'elle conduit l'humain à s'auto-détruire.
Et comme tu le rappelles judicieusement, tout cela est au nom du Dieu argent, car c'est pour le gagner que nous devons "faire" le plus possible.
Bordigaille, quand passerons-nous en mode "vivre", marde à la fin ?

RedBee a dit…

GO!!!!

Jane a dit…

Oui, agir est le mot. Le mot qui fait avancer. Peur c'est le mot qui fait stagner... alors Vaincre devient le mot précédant agir.

Faut arrêter de trouver des excuses et agir :)

cryzal a dit…

j'ai beaucoup aimé le film et les 2 actrices et je suis d'accord avec l'action au contraire de Sed moi je fais des crises de paniques depuis septembre et depuis que je suis dans l'action bien les choses vont mieux et je continue et je réussirai car je suis justement dans l'action .......

Lucille a dit…

Je trouve cool d'avoir des objectifs le fun qui nous sortent de notre quotidien ! Moi j'ai 13 résolutions que je pratique chaque jour depuis le 1er janvier... Et je me surprends à vouloir les suivre à tout prix.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Juju : C'est un bon film. Et j'aime toujours ça savoir que je suis capable d'aller chercher quelqu'un. Merci de ce beau compliment.
@Accent Grave : C'est vrai que dans les deux cas, on parle de femmes de caractère qui ont des projets et les réalisent avec plaisir, surtout. Oui, c'est triste, mais beaucoup manque d'ambition...
@seb : Oui, c'est un peu le reflet de la société je suppose. Agir et "se réaliser". Et tu sais, quand je parle d'argent, je ne dis pas que je fais ça pour avoir de l'argent, je veux plutôt dire que je manque d'argent pour réaliser les projets que j'ai. Ce qui est fort différent.
@Redbee : C'est le gars qui hiberne dans son salon jusqu'en avril qui dit ça ??? ;)
@Jane : Sauf que les excuses, on a même pas besoin de les trouver... elles nous trouvent toutes seules ! Mais oui, agir. Il faut agir. Se construire une belle vie. À la hauteur de nos espérances.
@cryzal : Moi aussi, j'ai aimé le film et les actrices. J'ai quand même été un peu déçue de voir qu'ils avaient pris une toute mince pour jouer une rondelette (et c'est l'auteure elle-même qui le dit). L'action, c'est bien. Ça rend vivant. Il faut juste savoir bien doser le tout. Car le repos aussi est important.
@Lucille : J'aime aussi quand je me donne des objectifs et que je m'y tiens. Ou que je peux cocher des éléments sur la liste des choses que je veux faire dans ma vie. Félicitations pour tes résolutions ! :)

RedBee a dit…

C'est toi qui dit qu'elle veut faire plein de choses!! Go woman! Go! ;-)

seb haton a dit…

T'inquiète, j'avais compris te concernant. Je pensais plutôt à l'argent comme "Dieu de la société" car c'est au nom de son dogme qu'il faut que nous produisions et consommions comme des forcenés...

Viv a dit…

C'est confortable la routine. Trop même. J'ai une envie de bouger moi aussi, de voir ma vie avancer enfin. Mais en même temps, je suis bien dans mes vieilles pantouffles. J'ai peur de ne pas retrouver le même confort ailleurs, de perdre mes repères. Sauf qu'en même temps, en bougeant c'est certain que je vais m'en créer de nouveaux repères qui vont à leur tour devenir confortables. Suffit de bouger hein! ;)

L'impulsive montréalaise a dit…

@Viv : Voilà ! Tu l'as dit : suffit de bouger. Tu sais, je crois aussi que la routine est confortable parce que sans effort. Ce n'est pas la peur qui empêche le plus d'avancer selon moi. C'est la paresse. En tout genre. Alors, bouge miss ! :)