dimanche 6 février 2011

Ces gars qui fouillent dans les vidanges

Dernièrement, je lisais la secrétaire célibataire et je dois avouer que j'ai été tout sauf surprise. Je vous résume l'anecdote. Un gars qu'elle a fréquenté, mais avec qui elle a coupé le contact lui a envoyé, de nulle part, un courriel pour faire coucou.

Ça ne m'a pas surprise.

Bon, messieurs, on va mettre les choses au clair : vous êtes une méchante gang à être pareil sur ce point-là. Lequel ? Votre amour du retour en arrière. En fait, au début, c'est ce que je me disais. Mais c'est probablement plus un amour de la facilité. Vous cherchez un peu de compagnie et vous ne voulez pas vous casser la tête. Alors qu'est-ce qu'on fait ? On communique avec la dernière pauvre fille qu'on a emmerdé. Bon, je dis pas qu'il n'y a pas des gars sincères et gentils dans tout ça. Disons juste que ce n'est pas une majorité selon moi.

Et je parle par expérience ! ExpérienceS en fait.

J'ai eu l'ex qui ne décollait pas. Encore une petite fois, une petite autre. J'ai eu l'amant qui revenait sans cesse. De préférence de nuit, mais il revenait. J'étais chiante, mais il revenait. L'autre aussi, on s'est vu deux ou trois fois. Sans nouvelle pendant un an ou deux. Et tout à coup qui redonne signe de vie ? Puis cet autre. Me demande mon numéro, ne m'appelle pas, qui fait sonner le téléphone plusieurs mois plus tard ?

J'en aurais encore de charmants exemples comme ceux-là. Qui veulent soit dire que les messieurs ont ben de la misère avec le coupage de cordon. Ou ben des affinités avec les soirées faciles. C'est ça où je suis inoubliable. Et je n'ai pas la vanité de penser que c'est le cas (en général du moins, héhé !).

Et la fille de l'autre côté ? Dépend des fois. J'ai joué à la pauvre tarte à l'occasion. J'ai refusé à d'autres. J'ai mis des bâtons dans les roues parfois. Mais je retiens surtout une chose. Si je coupe le contact, ma page est tournée. Je ne vais pas tenter de communiquer de nouveau avec le gars. C'est comme un vieux kleenex, jeté, dans le fond des vidanges dans la poubelle. Pis moi, ben j'aime pas ça fouiller dans les vidanges !

12 commentaires:

Camille a dit…

Ahaha!! J'aime!! :) C'est vrai ce que tu dis, c'est tellement facile. Mais dans le cas de mon fouilleur de vidanges, plus j'y pense, plus j'ai l'impression que c'était une façon de laver la perception que j'ai pu garder de lui. Il sait qu'il a pas été correct et sait que je le sais, même si dans les faits, je n'en sais pas tant que ça. Bref, il veut pas passer pour le mauvais gars. Anyway, qui sèche, moi les vidanges, je fouille pas là-dedans une fois qui sont partis au dépotoir.

©Je-Me-Moi, inc. a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Caro a dit…

C'est drole que toi et Camille ayez écrit ces billets. Mon ex est très présent depuis quelques jours, du genre trop présent louche.

seb haton a dit…

Ah oui, tu as parfaitement raison : sujet sensible et comportement fréquent !
Mais c'est à la fois très facile et terriblement difficile, crois-en un gars qui a eu pratiqué ça autrefois... J'ai surtout l'impression que les hormones mâles ont de la mémoire, je pencherais ainsi pour un comportement motivé par la biologie. Car comme tu le rejettes avec habileté, vous toutes femmes êtes inoubliables ;))
s.

Emia a dit…

J'ai comme une image en tête d'un gars qui feuillette son carnet de numéros (bon, qui défile la liste des contacts de son téléphone) et qui fait quelques téléphones dans le but de se "vider". Manquerait juste qu'il raye celles qui refusent en annotant un commentaire... Très chic!

Clarence L'inspecteur a dit…

Pour avoir été moi-même un ex un peu gossant, à une certaine époque, j'approuve totalement ce billet. Nous les gars, notre problème c'est qu'on laisse plus facilement mais qu'on revient plus facilement aussi, gnagnagna, reprends-moi, j'ai fais une erreur, gnagna. Alors que les filles, d'après mon expérience, quand vous vous décidez à nous crisser là, ben c'est crissement pour de bon. Pis bons débarras.

©Je-Me-Moi, inc. a dit…

Bon, ben je présume que j'y suis encore kek part. Peut-être parce qu'on trouve parfois, dans les poubelles, des objets de grande valeur... La vérité toute nue même, de fois!

RedBee a dit…

Je suis convaincu que la facilité y est pour quelque chose mais il ne faudrait pas croire que c'est la seule motivation possible. Quoique peut-être pour certains hommes.

Ceci dit, ça dépend de qui a mit qui aux vidanges. Dans l'exemple sus-mentionnée, c'est l'homme qui a été mis aux vidanges. Donc je ne crois pas que ce soit ce soit la même chose. C'est elle qui l'a jeté. C'est complètement un autre phénomène à mon avis.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Camille : Peu importe ses raisons. Un moment donné, traîner des affaires qui sont mortes, c'est une perte de temps. On ne parle quand même pas d'une longue et sérieuse relation qui a duré des années. Amour du passé et de la facilité ou essayer de faire meilleure impression. Bah ! Comme tu dis, c'est parti.
@Caro : À toi de voir quoi faire avec ça. Mais je ne crois pas trop au simple hasard. J'aime bien penser que des messages nous sont envoyés par l'univers.
@seb : La biologie ! Nah ! Sébastien, on va pas mettre ça sur la biologie quand même ! Faut assumer nos p'tits défauts. Les hommes ont les leurs, les femmes en ont d'autres. Mais bon. Remarque dit comme je viens de le dire, ça sonne presque biologique. Ahahhaha !
@Emia : Ahahahahah ! Belle image. Je t'avoue que je ne poussais pas aussi loin. Mais dans certains cas, ça doit être exactement ça. Dans d'autres, je le vois plutôt comme la difficulté à couper le cordon. Donc pas de défilement. Juste un numéro.
@Clarence : Quel charmant et beau résumé. Vous partez et revenez facilement. Nous, on part difficilement. Mais une fois décidées, c'est fini. Vraiment. Je ne sais pas pour les autres, mais moi je le vois comme un retour en arrière quand la décision finale est prise. Et je n'aime pas les retours en arrière.
@Jememoi : Je ne sais pas pourquoi tu as effacé ton premier commentaire. Il n'avait rien d'offensant. Surtout que je suis d'accord sur le point que de nos jours, on fout trop souvent les trucs à la poubelle facilement. Mais je ne parlais pas exactement de ça. Je parlais d'avoir fait les efforts, d'avoir essayé et d'avoir malheureusement décidé que ça allait à la poubelle. Et une fois là, je déteste les retours en arrière. Et ce n'est pas parce que ce n'est pas réglé. C'est juste fini. Dépassé. Dans une autre vie presque. Et oui, peut-être que parfois, dans les poubelles, il peut y avoir un truc intéressant. Mais pas la majorité du temps. Crois quelqu'un qui l'a vécu souvent et l'a entendu de d'autres aussi souvent.
@RedBee : Je ne dis pas que c'est la seule possibilité. Comme bien souvent, je généralise. Parce que la généralisation amène des réflexions intéressantes. Mais le fait est que la plupart du temps, dans une situation comme ça, j'aurais zéro confiance dans les intentions de l'homme. Peu importe qu'il soit le jeté ou le jeteur.

©Je-Me-Moi, inc. a dit…

J'ai dû me trouver trop sentimental quelque part..

seb haton a dit…

Tu sais, Martine, un acte idiot motivé par la biologie reste un défaut. Il ne s'agit pas de l'excuser mais d'en donner une lecture plus animale. Et moi je pense que certains de nos comportement animaux sont à la fois naturels et déviants.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Jememoi : Je ne savais pas que c'était mal. Héhé !
@seb : Dis comme ça ! Tant que ce n'est pas pour excuser. ;)