vendredi 8 janvier 2010

Ma propre mort

L'autre jour, je descendais les marches pour entrer dans le métro et sans raison, j'ai pensé que je pourrais tomber à cause de la neige glissante et me fracasser le crâne. Que je pourrais mourir même ! Ça m'arrive à l'occasion. Penser à ma propre mort. J'ai toujours un peu le vertige lorsque ça se produit. Ça tourbillone dans ma tête. Sûrement la police avertirait mes parents. Mais ensuite ? Qui aviserait mes amis, mes collègues, les lecteurs de ce blogue ? Pour certains, ce ne serait qu'une disparition inexpliquée. Puis, je pense à mes journaux intimes et de vieilles lettres que j'ai conservés. Si je suis trouvée morte, quelqu'un ferait le ménage chez moi. Cette personne espionnerait-elle ma vie ? Et puis, qui me pleurerait ? Réellement ? Je pourrais bien nommer quelques personnes qui le feraient... Mais toutes les autres ? En constatant ma mort, quelle serait l'émotion qui leur monterait au coeur ou à la gorge ? C'est un immense vertige qui m'habite quand je pense à tout ça. Du questionnement plein mes oreilles. Des doutes, des peurs, des angoisses froides. Me dire que tout ça pourrait arriver. Ça pourrait arriver demain. Aujourd'hui, même ! Chaque journée qui passe est une journée où je ne meurs pas. Mais c'est aussi une journée où ça aurait pu arriver. Parce que la vie est fragile. Un simple fil... Et alors là, c'est une autre question qui me vient ? Pourquoi ne fonce toujours pas vers ce qu'on veut dans la vie ? Après tout, c'est peut-être notre dernière journée... Le vertige j'ai... Un grand vertige.

8 commentaires:

Rouge a dit…

(J'ai même pensé écrire mes mots de passe facebook et autres quelque part pour que quelqu'un ferme mes comptes - c'est dire ^^)

L'impulsive montréalaise a dit…

Ah ! tiens... J'avoue que je m'étais pas rendue de ce côté-là dans la réflexion. Vaut mieux pas. Là aussi, j'ai mes choses à cacher. Ahahaha !

Camille a dit…

Moi aussi ça m'arrive de penser à ma mort.. pas ma mort quand je serai vieille, mais celle qui pourrait arriver pendant que je suis encore jeune. Comme toi j'angoisse sur la possibilité que quelqu'un, mais plus particulièrement ma mère, tombe sur mes vieux journaux intimes, sur tous ces petits bouts de papier sur lesquels j'ai écrit quelque chose que je ne veux pas nécesssairement que quelqu'un lise...

Mais par dessus tout je me demande toujours ce qui arriverait de Coco. J'imagine que son père s'en occuperait, ou encore mes parents..

Vraiment je déteste penser à ça,l'angoisse me prend moi aussi. Je repense toujours à cette fille à l'université qui m'avait prêté des notes de cours. Je devais les lui redonner au cours suivant. Elle n'y était pas. Ni au cours d'après. Au bout d'une dizaine de jours je lui envoie un courriel en lui laissant mon numéro de téléphone. Son chum me rappelle pour me dire qu'elle était décédée la semaine d'avant, dans le stationnement de l'université. Je capotais vraiment. Elle avait 26 ans et était enceinte de son deuxième enfant. Ça fait presque 10 ans cette histoire là mais j'ai encore des frissons quand j'y pense.
Fin de la tranche de vie. Maintenant tu fais quoi l'Impulsive? Tu laisses ton Impulsivité te mener?

L'impulsive montréalaise a dit…

Ce que tu as écrit là Camille.... Oufffff ! Je ne sais pas quoi dire là-dessus. On a beau penser que, mais y'a rien de mieux qu'un exemple concret pour nous souffler notre petite angoisse merdique et nous en donner une vraie et bonne !
Ce que je fais ? Pouffff ! Si je laisse mon impulsivité me mener, je pourrais bien courir à ma perte... mais si je ne le fais pas... Arrrghhh ! t'as des questions difficiles toi ! :-s

lorent a dit…

L'avantage de la mort, c'est que t'as plus ce genre de préoccupation.
L'avantage de la vie, ben, c'est que t'es vivante et que le problême ne se pose pas :))
Faut juste profiter de ce qu'il y a à profiter maintenant.
Je sais, c'est bien de la philosophie de gars ce que j'écris là :))

L'impulsive montréalaise a dit…

Ahahaahah ! oui, philosophie de gars. Mais tellement plein de bon sens en même temps ! Arrghhh !

Camille a dit…

Ouin, j'avoue qu'en me relisant, je me trouve pas très réconfortante... oups! Désolée!! Essaie de profiter de ce qui passe sans penser à tout ce qui pourrait ou non arriver.

L'impulsive montréalaise a dit…

Non, non, réconfortante ou pas, c'est pas grave. Ces questions-là sont importantes et nous rentrent dedans. Et c'est bien ainsi !