vendredi 22 janvier 2010

De la merde

Je me sens comme un tas de merde. Littéralement. Je pense que personne n'arrivera jamais à comprendre ça. Je suis comme de la merde. Je suis invisible. Dans une foule, je suis celle qui compte le moins et qu'on ne voit pas. Je suis celle dont on finit par s'occuper par dépit, parce qu'on ne trouve rien de mieux à faire.
Du moins, c'est l'impression que j'ai. Alors que ce soit la réalité ou de la fiction on s'en fout un peu. Car deep down, c'est ce que je sens. C'est dans ma tête, dans mes veines, dans mon corps. J'ai beau essayer, j'ai beau penser que non, j'ai beau penser que peut-être que. Mais non. Ça revient toujours au même. Pour exister, je dois me battre. Si je ne me bats pas, je n'existe pas. Y'a de ces gens qui entrent dans une pièce et qui attirent toute l'attention. Moi pas. Je suis une invisible. Je suis un tas de merde. J'ai parfois l'impression d'être du "en attendant", du "tu me fais passer le temps".
Oui, vous l'aurez deviné, ou pas, j'ai un peu bu. Mais pas assez pour que ça explique tout ça. Non juste assez pour que tout ça ressorte. Ce dont j'ai été trop souvent convaincue dans ma vie. D'être une tapisserie qui n'existe pas. Ma présence.... Quelle différence fait-elle ?

11 commentaires:

Caro a dit…

J'aime bien le terme tapisserie.

Count Strahd Von Zarovich a dit…

De 1, un tas de marde sa pue et sa attire les mouches, donc tu passerais vraiment pas inaperçue héhé.. :)

2, Une tapisserie avec le temps sa décolle, pis sa jaunie. Donc, on le remarque ça aussi!

:)

lol écris moi donc là, fait 2 jours tu m'as pas écris, madame snob ? :P

lorent a dit…

Bah, on doit être 95 % de la population à pouvoir ressentir celà, et les 5 % qui restent je suis pas certain qu'au delà des apparences, humainement, ils soient vraiment de "belles personnes". D'ailleurs, pour vivre heureux, vivons cachés :))

L'impulsive montréalaise a dit…

@Caro : Pourquoi ce terme-là te rejoint ?
@Count : Tssssss ! Un peu de sérieux ! Et si tu t'ennuis, écris !
@lorent : C'est pourtant drôle, car j'ai souvent l'impression d'avoir le sens du drame et d'être très sensible. Et je me dis que tout le monde ne peut pas l'être autant ou aussi mal... Mais bon...

Caro a dit…

C'est ce que j'ai l'impression d'être chez moi parfois trop souvent.

L'impulsive montréalaise a dit…

Si c'est parce que c'est intérieur à toi, je te souhaite bonne chance. Car ce genre de sentiment est tenace. On peut l'améliorer ou l'altérer, mais je ne crois pas qu'on puisse le faire disparaître complètement. Si c'est extérieur à toi, si c'est à cause de la façon dont on te traite, fuis !

Camille a dit…

Tu es dure avec toi même!!! La valeur d'une personne n'est pas proportionnelle à l'attention qu'elle reçoit selon moi. Les gens qui occupent la place dès leur entrée dans une pièce sont bien divertissants je l'avoue mais pour en avoir cotoyé souvent de cette race là ce ne sont vraiment pas celles à qui je m'attache la plupart du temps. Aux quotidien je trouve ce genre de personne exubérante. Non entre tous ces gens et une fille comme toi, je te choisirais toi comme amie. Je suis certaine que tu as beaucoup à apporter aux gens, juste de lire tes textes c'est évident que tu dois gagner à être connue.

L'impulsive montréalaise a dit…

Chère Camille, merci, merci, merci. Je sais que tu ne le faisais pas pour être gentille.... Mais c'est vraiment très gentil ce que tu dis. Et très apprécié. Et si je peux sortir les violons, je te dirais que j'ai une petite larme au coeur et je trouve toi aussi que tu sembles une très bonne personne.

Milène a dit…

Il m'arrive souvent d'avoir cette impression et je fais tout pour repousser ces pensées et me dire que chaque personne a ses forces et ses faiblesses et même si tu as l'impression que tu passes inaperçue, tu serais surprise du nombre de personnes qui te regardent du coin de l'oeil...
Encore une fois, je me retrouve beaucoup dans tes écrits ;-)

L'impulsive montréalaise a dit…

C'est certain qu'il faut toujours essayer de repousser ces pensées-là. Mais parfois, à certains moments, c'est beaucoup plus difficile... Je te souhaite d'y arriver bien et souvent.
J'aime bien cette idée qu'on puisse me regarder du coin de l'oeil !...

Camille a dit…

Tout le plaisir était pour moi! :) Et c'était effectivement sincère! Je suis pas du genre flagorneuse, quand je ne pense pas quelque chose je m'abstiens de le dire ou de l'écrire.