mercredi 2 décembre 2009

Les hommes ne draguent plus

Je ne sais pas la journée historique où c'est arrivé... Mais voilà, mesdames du Québec, vous l'avez découvert à vos dépends, tout comme moi, mais les hommes ne draguent plus. Chers 3 ou 4 messieurs qui draguent encore, sachez que je m'apprête à généraliser à outrance... Le fait est là ! Les Québécois ne draguent plus/pas. Il y a même un livre qui est sorti dernièrement qui porte sur le sujet (je ne l'ai toutefois pas lu). Pourquoi, messieurs ai-je envie de vous dire dans un cri du coeur ? Et là, ne me servez pas les réponses habituelles. On entend toujours dire que c'est parce que la femme moderne éconduit trop souvent le pauvre qui a osé jouer d'un peu de drague. Il y a aussi cette excuses comme quoi les hommes de notre génération ont perdu leur repères face à la femme moderne et émancipée, qu'ils ont de la difficulté à s'adapter à ce nouvel état des choses. Et puis quoi encore ??? Allez savoir pourquoi, mais moi, ça sonne comme de la paresse à mes yeux ! Trop forçant, résultat positif non garanti... Pourquoi alors faire l'effort de ? Ma réponse ? Mais parce que ces dames n'attendent que ça messieurs, n'attendent que vous ! Et qu'un peu de couille est quelque chose que les femmes apprécient en général !!

12 commentaires:

Camille a dit…

J'espère que tous les célibataires torrides, intéressants et intelligents ont entendu ton cri du coeur et se jetteront désormais à mes pieds à mon passage... je peux toujours rêver je sais!

L'impulsive montréalaise a dit…

Euhhhh... pas tous. Il m'en faut moi aussi ! Et en effet, espérons que mon cri du coeur se rendra quelque part. Dans les bonnes oreilles.

Anonyme a dit…

moi je voudrais bin vous cruisé, le problème c'est qu'il faut me montrer que je suis l'unique gars pour vous, a place d'aller voir un peu partout tout les gars...

L'impulsive montréalaise a dit…

Deux choses.
Ça fait accusateur un peu ce commentaire. Tu prétends qu'on va voir les gars un peu partout et tous les gars. Mais qu'en sais-tu ?
Deuxième chose, si on te montre que tu es l'unique gars pour nous, ça équivaut à ce que, NOUS, on te cruise. Pas toi. Encore une fois, la femme doit faire le travail. Donc les hommes ne draguent pas.

Camille a dit…

Ahaha! Bien dit l'Impulsive!

Bien entendu je ne voulais pas dire qu'ils se jettent TOUS à mes pieds, je pensais plus à un 50/50 chaque ;-) ou même 60/40 pour toi étant donné que l'idée vient de toi.

BL a dit…

Ouain Camille, pas mal égoïste! ;-)

J'ai 2 ou 3 gars célibataires dans mon entourage mais faudrait que vous soyez prêtes à partager leur vie avec leur appareil photo (notre passe-temps favori).

Est-ce qu'ils sont torrides comme le souhaite Camille, ça reste à voir.

L'impulsive montréalaise a dit…

Quand même Camille, j'ai le sens de la répartie. Faut me donner ça ! Hihi !
Ahahahahah ! Emmenez-en des célibataires qui veulent nous draguer et nous charmer. Si le "bon" peut s'y cacher, ce serait pas mal !

Anonyme a dit…

Pourquoi les hommes ne draguent plus? trop facile...Les regles du jeu ont change. les hommes ne veulent plus avoir des plaintes pour harcelement...ehh oui mesdames quand l'homme devient insistant ou collant vous vous vous retrouvez harceler et porter plainte, et ben voila, ca fait peur. Et aussi les femmes au club sont vraiment selectives et tout le monde n a plus envie de se faire repousser, alors que fait on? ben on y va juste pas et on a ttends dans ce cas que vous les dames donnez des signaux indiorects qui nous indiquent que vous etes interressees.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Anonyme : Facile, mais pourtant, c'est le cas. Du moins, les Québéçois sont ainsi. Et je crois que c'est beaucoup plus une certaine trouille et un manque d'initiaive que toutes les excuses de femmes affirmées ou de plaintes de harcèlement. Il suffit de voyager pour voir qu'ailleurs, ce n'est pas ici. Je généralise bien sûr. Mais soit. J'assume. Je suis toutefois d'accord que certaines femmes sont sélectives de façon rapide et expéditive. Et ça, c'est dommage. Et des signes, les autres, je ne peux dire, mais moi, j'en lance des regards et des sourires.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis français et je pense que le problème dont tu parles n'est pas seulement spécifique au Québec. Dans les grandes villes comme Paris, je pense que l’on connaît également un problème similaire.

Je me permet de t’apporter mon point de vue de jeune homme qui ne fait « aucun effort ». Je le reconnait, je ne cherche plus du tout à initier la drague avec une inconnue, du moins dans certaines situations de la vie de tout les jours (rue/lieux publics/transports).

J’ai effectivement il y a quelques années, connu une période ou je draguais dehors. C’était d’avantage une forme de défi pour briser ma timidité et je dois dire que ça m’a été très utile à titre personnel, bien que ce procédé n’ai jamais été concluant pour moi pour trouver une petite amie.

Ma vie sentimentale est quasiment déserte à ce jour. Hormis ma première expérience sexuelle l’an dernier et quelques flirts en soirées , je n’ai rien connu et ne considère pas avoir eu de véritable relation amoureuse à ce jour. (J’ai 27 ans)

La question que je me suis posé il y a quelques années est de savoir ce qui importe le plus pour moi. Être absolument en couple ou mener la vie dont je rêve? J’ai la chance d’exercer un métier-passion, c’est à dire qui me permet de m’épanouir chaque jour et de relever sans cesse de nouveaux défis. C’est ce qui me donne envie de vivre, c’est ça mon moteur. Je crois que même la femme la plus exceptionnelle du monde ne pourrait pas palier à ma passion. Sans passion, je me sentirais vide.

Par conséquent, je donne tout ce que j’ai là dedans et pas dans les filles. Parce qu’au final dans ma hiérarchie personnelle, les filles ne seront jamais que numéro deux en ordre d’importance. Et c’est vrai que parfois c’est difficile de faire face à la frustration sexuelle, la solitude, le manque affectif etc.

Quelque part, je vois ça comme un revers de médaille. Je n’ai peut-être pas de relation amoureuse satisfaisante, mais je peux tout donner dans ma passion, chose qui est parfois plus difficile pour des personnes en couple car mine de rien, cela demande de l’investissement et du temps une relation !

Donc oui, je ne drague pas. Quelque part, je me désensibilise de la femme par l’investissement dans ma passion car je préfère donner de mon énergie là ou selon moi, cela en vaut vraiment la peine.

C’est également une forme de fuite car je ne me sens vraiment pas fort pour séduire. Ce n’est pas de la dévalorisation, mais plutôt un constat d’humilité et également un certain manque d’intérêt pour la chose qui ne fait que grandir. Je me sens clairement meilleur pour créer des œuvres et me dépasser artistiquement, que pour vendre mon image à quelqu’un. Car je pense que la séduction est une forme de vente d’image de soi.

Je ne sais pas si cela t’aides à y voir plus clair, mais voilà mon ressenti sur le sujet !

Amicalement !

L'impulsive montréalaise a dit…

@Anonyme : Il est certain que les grandes villes sont plus difficiles en ce qui concerne le domaine des rencontres...
Je dirais deux choses à ton commentaire-fleuve.
D'abord, un métier, voire une vocation, ça ne te tient pas la main lorsque tu es sur le point de mourir. Ni ne te console lorsque tu as de la peine. Pour autant, avoir une vocation, quelque chose qui nous passionne, qui nous fait nous lever le matin, c'est précieux. Mais est-ce tout ? Ce qu'on fait peut-il compenser ce qu'on ressent ? Possible que oui, possible que non. Je ne fais que lancer la question. Je me dis qu'il faut s'imaginer à l'heure de notre mort et décider si un regard sur notre vie nous satisferait alors.
Deuxième chose, l'humain est sociable. Il a besoin de l'autre pour s'épanouir. Du moins, je crois. L'autre n'a pas pourtant besoin d'être dans le cadre d'une relation amoureuse. Mais il faut savoir s'entourer.
Bien entendu, je terminerais en disant qu'il est normal de ne pas draguer si on ne veut pas le faire ni rencontrer. Par contre, si on le souhaite, c'est bien dommage de rester les bras ballants.
Chacun son chemin, sa route et ses besoins.

Anonyme a dit…

À impuslive montréalaise:

Je suis tombé sur ce billet par hasard, je ne connais pas ce blogue mais j'avais envie de commenter ce billet qui touche un sujet qui m'interpelle.

Je suis un homme célibataire de 34 ans, professionnel, et je me suis reconnu à 100% dans le Livre « les Québécois ne veulent plus draguer et encore moins séduire ». Les raisons invoquées dans ce livre sont à mon avis tellement vraies.

Tout d'abord, permets-moi de te remercier et te féliciter pour ton ouverture envers la drague masculine. On aurait besoin de davantage de femmes comme toi. Tout homme qui a envie de séduire est heureux de tomber sur une femme comme toi qui apprécie cela.

Toutefois, je dois te dire que ce qui m'a le plus interpellé dans ton billet est une certaine condescendance pour les hommes, même une misandrie soft quand tu accuses les hommes d'être responsables de cette absence de drague. Tu démontres malheureusement un manque de sensibilité totale face à la situation des hommes.

Pour mieux comprendre, il faudrait que tu te places dans la peau d'un homme en situation de drague pour un temps. Bien entendu, de ta position de femme qui aime être draguée, l'absence de drague de la part des hommes peut sembler s'apparenter à la lâcheté. Cependant, au lieu d'accuser les hommes aussi facilement et bêtement, pour trouver les causes de cette absence de drague tu devrais plutôt regarder du côté de tes collègues féminines. Nombreuses sont celles qui éconduisent les hommes avec une brutalité rare, et ce sans justification, même quand l'approche est polie et faite avec classe. Au Québec, on éduque les hommes à respecter les femmes mais les femmes, à l'inverse se font très peu éduquer à respecter les hommes (regardez les couples germaine/homme cornichon dans la rue, à l'épicerie, etc. et remarquez combien il est socialement acceptable pour une femme de mépriser son homme).

Dès lors, plusieurs germaines castrantes se sentent légitimées d'agir ainsi. Pourtant, ce genre de comportement découle directement d'une insécurité de la part de la femme. Elle rejette avant d'être rejetée, c'est un mécanisme de défense. Et ça, ça détruit la drague, ça crée un climat toxique qui n'est en aucun temps propice à la drague, au jeu, à la séduction.

De plus, l'homme québécois est fondamentalement regardé comme un violeur et un harceleur en puissance, surtout ces temps-ci avec l'hystérie collective autour du harcèlement.

Il y a aussi bien sûr d'autres facteurs: la pornographie, l'aseptisation générale des rapports sociaux, l'individualisme. Mais je pense que celui que je viens de décrire est très clairement le plus important.

Donc, svp au lieu d'accuser les hommes sans vraiment comprendre leur réalité et tenir des propos légèrement misandres, je te conseille de discipliner tes collègues féminines et leur apprendre le respect d'autrui et des hommes.