mardi 15 décembre 2009

La fatigue

Voici ce que j'ai écrit dans mon petit cahier ce matin :

La fatigue, ça tue.

Si vous suivez minimalement ce blogue, vous aurez remarquer que dernièrement, je suis comme une version améliorée de moi-même. Plus sereine, plus énergique, plus confiante, plus en forme. Quoique ce blogue est tout de même récent et je n'ai jamais cru paraître dans un 4e sous-sol de ma vie. Anyway.

Le fait est que pas ce matin. Pas de version améliorée ce matin.

Ce matin, je suis fatiguée, j'ai un début de rhume et j'en ai marre. Oui, la fatigue, ça tue. Je me sens moche, je doute, j'ai la pensée négative, aucune énergie... Une petite bulle de négativité en suspension. Je suis toutefois contente de savoir et de comprendre que ce n'est qu'une petite bulle. Parce qu'une petite bulle, ça se crève. Avant (avant quoi ?... il y a jadis... ?!), mes bulles étaient des gros ballons solides et massifs. Nécessaires, mais imposants. Pourquoi nécessaires ? Parce que parfois, il est plus facile de se donner un gros élan d'en bas plutôt que de monter une marche quand on est en haut et qu'on est rendu à la centième marche.

Tout ça pour dire que la fatigue (ou le début de rhume peut-être plus), ça tue. Je suis une petite bulle de négativité.

En ce moment. Car ça partira. Cette bulle crèvera. Et ça ne m'inquiète pas trop de savoir qu'il y en aura d'autres. Ça s'appelle la vie.

Ce soir, ce que j'aurais à ajouter à ce que j'ai écrit ce matin ?? Bah ! je suis partie plus tôt du travail. C'était calme et je me sentais si amorphe. Je compte donc bien me reposer.

5 commentaires:

Count Strahd Von Zarovich a dit…

C'est important de prendre soin de soi. Moi j'aime avoir des petites bulles négatives, elles me permettent de mieux analysé ce qui c'est passé pour que j'en arrive la. Souvent c'est un détail, que j'ai refoulé voilà quelques jours, mais que j'ai pas encore digéré lol

j'aime bien ton blog.

Camille a dit…

Les petites bulles sont la pour créer le contraste d'avec les moments où il n'y en a pas. C'est plus facile d'apprécier quand ça va bien, si ça n'a pas toujours été le cas. Bonne petite bulle qui t'aidera à être plus "peppée" que jamais ensuite.

L'impulsive montréalaise a dit…

@ Count : Oui, bien d'accord. Comme je le dis, ces phases-là sont nécessaires. Et bizarrement, depuis que je les vois comme nécessaires, elles passent plus vite et sont moins intenses en général. Comme quoi l'indulgence envers soi-même, ça fait des miracles ! Je suis très contente que tu aimes mon blogue. :-)
@Camille : Les proverbes le disent. Après la pluie, le beau temps. Ou bien il faut la pluie pour voir apparaître l'arc-en-ciel. Et ainsi de suite ! Merci de tes bons mots.

lorent a dit…

La vie sans bulles, c'est comme un champagne éventé :
totalement sans saveur, aucun intérêt :))

L'impulsive montréalaise a dit…

La prochaine fois que je tiendrai un verre de champagne ou de mousseux, j'essaierai d'avoir une petite pensée pour cette belle réflexion. Vive les bulles ! ;-)