vendredi 4 décembre 2009

L'insoutenable poids des petites choses

Il y a quelques jours, j'ai pris un crayon et du papier et j'ai écrit ceci. Que voici pour votre bénéfice !

Pourquoi les petites choses, les niaiseries, les banalités ont-elles parfois un poids aussi grand ?
Il arrive que ce soit l'heure de la nuit où on y pense. D'autres fois, on parle d'orgueil. On peut aussi trouver le fameux sentiment d'injustice. Plein de tentatives de réponses me viennent en tête qui sont à la fois vraies, mais aussi à la fois fausses. Fausses parce que dans le fond, rien ne devrait avoir de poids dans une petite chose. La vie est trop courte et trop complexe pour qu'on s'attarde sur des petites choses, des niaiseries, des banalités. Et puis, plus on se dit que qu'on aime pas ça, plus on se fâche et/ou on s'attriste et plus la petite chose nous irrite et nous fout en rogne. Parce que dans cet orgueil et dans ce sentiment d'injustice et puis quoi d'autres, s'ajoute une petite culpabilité. Vous savez, cette petite garce qui, la nuit, vous susurre qu'au fond, vous êtes un peu conne... Parfois, émotivement, il m'arrive d'avoir la fugace impression d'avoir 12 ans. Est-ce que ça passe ce sentiment-là un jour ? Est-ce qu'on finit par avoir la garde à temps plein de sa maturité émotive ? Est-ce que cette maudite petite énervante de 12 ans cesse un jour de nous hurler dans l'oreille pour des conneries ??

4 commentaires:

Camille a dit…

Aucune idée.. pour ma part des fois j'aimerais à nouveau me sentir comem à 12 ans.. me semble qu'à cet âge tout me touchait plus. À 30 ans, on dirait que plus rien ne me fait rien. Je me trouve sans coeur souvent. Je sais pas ce qui est mieux, trop ou pas assez, to be or not to be? l'éternelle question...

will a dit…

J'ai aimé parcourir votre blog. Bonne continuation.

BL a dit…

À 12 ans, il vous faudrait retraverser le secondaire. L'horreur. Faut savoir apprécier le moment présent. Dis-toi que tu as la liberté de dessiner l'avenir que tu veux dès maintenant...

L'impulsive montréalaise a dit…

Je n'aimerais pas me sentir à nouveau comme à 12 ans, ni 18, ni 20, ni avant point à la ligne. J'aime maintenant et j'aime le meilleur qui ne peut que venir. Je le dis souvent, je n'ai jamais été aussi heureuse qu'en ce moment. Même si ma vie est encore loin de répondre à toutes mes attentes les plus folles.
Crée-les ces belles émotions Camille. Laisse-toi vivre pleinement !
Merci Will !