vendredi 3 juin 2011

C'était un bon vieux temps

Parfois, comme ce soir, je m'ennuie des amitiés comme quand on était jeunes.

L'amitié, dans ces temps reculés-là, c'était rafraîchissant, spontané. Un ami pouvait nous appeler sans forme de décorum, à la toute dernière minute et nous demandé si on voulait aller se baigner chez lui. Parce que bon, on s'entend qu'à l'école primaire, avoir une piscine, ça casse la baraque quand vient le temps de se faire des amis ou de choisir nos amis. Pis là, comme on avait pas un horaire de ministre avec chum, enfants et weekends planifiés (et remplis) jusqu'à 3 mois à l'avance, on répondait que oui. Pis on allait se baigner pis on avait ben du fun. Ou on allait manger une crème glacée pis on trouvait ça génial, ça goûtait différent parce que c'était une grosse sortie. Ou on prenait nos bicycles sièges bananes pis on faisait des rides dans le village. Ou ben on faisait juste parler au téléphone. Parce que tsé, même si on c'était vus dans la journée à l'école, ben on avait encore ben des affaires à se dire.

Je m'ennuis de quand on avait des Best. Tsé des Best à la vie à la mort. À qui tu racontais toute. À qui tu parlais du ti-gars que tu trouvais cute. Pis que tu désespérais en y racontant que le dit ti-gars t'avait ignoré dans la classe aujourd'hui. Y'avait les colliers aussi. En deux parties. Best. Friends. On en passait du temps ensemble à cet époque-là. C'était de l'investissement. Mais ben facile. Pis y'avait pas besoin de trouver un trou dans notre horaire. J'veux dire, on avait juste ça à faire. Vivre notre vie sans responsabilité. Y'avait pas de calcul, de jonglage. On avait le temps.

Pourquoi je pense à tout ça ? Parce que je suis quelqu'un de plutôt spontané. Parce que j'aime me lever le matin et me demander ce que je vais faire. Je n'aime pas avoir 3 mois d'avance de planifier. Qui dit que j'aurai envie de faire ce que j'ai de planifier au moment concerné ? Alors, je me fais prendre. Bien souvent. Je n'ai rien, vraiment rien contre les vendredis soirs seule. Ça m'arrive régulièrement. Par choix. Mais des fois, tsé comme ce vendredi soir, me semble que je ferais bien quelque chose. Sauf que. Ça marche pas toujours de fonctionner comme quand on était à la petite école.

4 commentaires:

Caro a dit…

Moi aussi je m'ennuie de ces amitiées là, mais en vieillisant on perd notre inncocence, on porte des jugements et on devient plus sélectifs de notre envirronement... souvent ça vient gâcher ce qui pourrait être une amitié.

penseesfranglaises a dit…

je m'ennuie de ces best aussi, et ça me rend triste et nostalgique de penser qu'on viellit toutes puis plus on viellit, plus on s'éloigne de ces amies là :( je comprends parfaitement ce que tu veux dire...

Viv a dit…

Mon chum a une piscine, veux-tu être mon amie? :P

Mais plus sérieusement, c'est vrai que la vie était simple. J'en ai fait du vélo pour aller manger une crème glacée. J'étais en forme dans ce temps-là. Et j'avais un beau collier Best Friends avec ma meilleure amie de l'époque. On vivait sans se poser de questions, en autant qu'on pouvait jouer tout le monde ensemble. C'est une belle nostalgie ça.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Caro : En plus, les gens s'économisent, ont assez d'amis, ne sont pas spontanés. Mais bon, l'amitié est plus profonde en contrepartie.
@penseesfranglaises : C'était juste pas pareil, hein. Et c'est fou comme ça donne la nostalgie quand on y pense deux minutes.
@Viv : Oui, je veux bien ! (eille, une piscine...) :) Mais oui, c'était plus simple. Parce qu'on se cassait moins la tête je suppose. C'est l'apanage des enfants.