lundi 1 octobre 2012

La scénariste

Je m'invente des choses. Je me monte des scénarios. Dignes de Hollywood. Réellement. Du sirupeux et du parfois prévisible. Je pourrais devenir célèbre. Suffirait de me trouver un producteur. Des offres ?

Je prends une chose. Un humain. Un évènement. Et j'extrapole. Je tombe en amour 100 fois par jour. Je change de vie 300 fois par année. Je vole. J'ai l'esprit qui crée et défait. Qui monte en haut et descend en bas (oui, les pléonasmes se valent). Je suis une artiste. Peu importe si parfois j'ai l'art grossier. On exprime ce qu'on peut. Pas toujours ce qu'on veut. Et pourtant, je veux. J'ai tous les vouloirs du monde dans ma besace. Un vieux sac lourd et usé. Un sac de rêves. Certains aboutis; des centaines en attente.

Le rêve, c'est la vie. C'est pourquoi je la rêve ma vie. En multicolore, en noir et blanc, en crayons de couleurs prismacolor comme quand on était petits et qu'on dessinait tout croche en dépassant des cadres. C'est beau l'extérieur des cadres. C'est beau de ne pas toujours colorier dans les lignes. C'est triste de ne pas le faire assez souvent.

Je suis une artiste. Je vis dans un monde irréel aux confins de l'imaginaire. Ça me plaît bien. Sauf quand je me frappe à vos cadres. Le risque se paie. On ne peut pas toujours flotter dans sa tête. Il faut parfois poser le pied et se réaliser. Sortir la besace de rêves et en cocher un ou deux. Parce qu'on les aura réalisés, ou parce qu'on ne les réalisera pas. Il faut vivre.

11 commentaires:

Écrits et chuchotements a dit…

Ça me plaît bien...

prinsessan Fluflu a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Basile a dit…

J'aime bien le dernier paragraphe !
Pour moi, un artiste vit dans le seul but d'alimenter son art. C'est pour ça que beaucoup d'écrivains ont des vies marginales et extraordinaires. Pour pouvoir alimenter leur art, et grâce à la vie et la réalité, élargir leur rêverie...

http://journaldunjeunedegueulasse.blogspot.fr/

Kim Garceau a dit…

Si seulement je pouvais être artiste plutôt que d'être si terre à terre... C'Est si beau de rêver!

Ellora a dit…

Tu viens de me faire réaliser que j'ai déjà été artiste moi-aussi, mais que dernièrement, j'ai arrêté de rêver ma vie...

Une femme libre a dit…

On le sent bien que vous la rêvez votre vie, mais pas tout le temps pourtant. Votre dernier voyage est bien une réalisation concrète et fructueuse. En fait, c'est assez extraordinaire d'être partie toute seule comme ça. Peu de gens l'auraient fait, je vous l'assure. Pas moi en tout cas. Alors, je vous admire pour ça.

Pour ce qui est de vous terrer chez vous si souvent par contre en vous disant que ce n'est pas la fin du monde, qu'il y a pire, là, par contre... me semble qu'une fille capable comme vous ne devrait pas s'isoler autant. Que c'en est malsain à la longue. Mais vous le savez très bien. Il y a une certaine force d'inertie qui vous fait vous complaire dans cette petite misère. L'habitude aussi. Fait longtemps que ça dure pourtant,relisez-vous. Ce serait dommage d'avoir passé toute sa vie à la rêver sauf pour de courts épisodes de voyages, non? Vous êtes la seule capable de changer ça mais peut-être bien qu'un peu d'aide serait bienvenue.

Bruno Moulin a dit…

Rêveuse tu es un peu non....
Où alors je me trompe...

Kalte a dit…

j'aime.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Écrits et C : Merci. C'est gentil.
@prinsessan Fluflu : Le risque se paie. Et ça le vaut, je suis d'accord. Sinon, on ne fait rien. Oh ! j'ai le rêve au corps. Merci, merci, il me plaît bien aussi. Comment je me sentais en l'écrivant.
@Basile : Je n'irais pas jusqu'à dire que je suis marginale. Du moins, dans ma vie. Mais dans ma tête, c'est bouillonnant. Et pas nécessairement pour alimenter quoi que ce soit. C'est juste comme ça. Qui je suis.
@Kim : C'est dommage être terre à terre. Il me semble qu'il manque quelque chose à la vie. Une saveur, un peu de sel...
@Ellora : Oooooh ! C'est une chose bien triste que de dire ça. J'espère que les rêves te reviendront.
@Femme libre : Je suis habituée à voyager seule. Ce n'est pas la première fois.
Et sinon, ce que vous dites est à la fois un peu faux et un peu vrai. Je ne m'isole pas. Je parle ici de mes moments solitude, il est vrai. Parce que quand j'écris, je suis seule et chez moi. Je ne ressens pas le même besoin de parler de toutes les activités que je fais. Depuis mon retour, expo photos, cours de cuisine, journée en famille, journée avec une amie, promenade au marché, resto... En 2 semaines. On voit ici une facette de moi, mais je suis multiple. Si je pourrais améliorer tout ça ? Oui. Si parfois la solitude me pèse ? Oui. Mais je ne suis certes pas une ermite qui ne sort jamais de chez elle et ne voit personne. Et je ne suis pas inerte non plus même si parfois la force de l'habitude et de la routine est forte.
@Bruno : Je ne vois pas ce qui te fait dire ça ! Héhé !
@Kalte : Moi aussi. :)

annejutras a dit…

Que serait la vie sans le rêve? Ou l'artiste sans inspiration?

On ne peut pas taire la muse, elle doit s'exprimer, un peu beaucoup à la folie!

J'aime bien ton allusion au scénariste, laisse-toi allé, ça nous fait du bien.

Bisous xx

L'impulsive montréalaise a dit…

@annejutras : La vie ne serait pas. Tout simplement. C'est ce qui nous tiens, nous allume, nous permet d'avancer. Il faut apprendre à exprimer ça. De toutes les façons possibles.