lundi 15 octobre 2012

Histoire de toilettes

Vendredi soir passé, après le travail, je suis allée fouiner dans les boutiques. Je suis aussi allée manger dans la foire alimentaire d'un centre d'achat. Comme c'est tout près de mon travail, j'y vais assez souvent. Mais je n'utilise pas si souvent les toilettes.

Oui, oui, c'est vraiment une histoire de toilettes...

Voyez-vous, chaque fois que je vais dans les toilettes de ce centre d'achat, ça me rappelle un gros souvenir. Un souvenir particulier aussi. Je suis une personne, disons-le franchement, qui a ses angoisses. Et qui peut facilement en bâtir avec rien. Ou avec peu.

Ces toilettes, elles me rappellent... un test de grossesse. Oui, vous avez bien lu ! Il m'est déjà arrivé de faire un test de grossesse dans les toilettes publiques d'un centre commercial. Mauvais souvenir donc. Non pas que j'avais quelque chose à craindre réellement. Je n'avais eu que des relations "sécuritaires". Mais parfois, ces petites choses-là, les menstruations, ça se présente en retard. Et cette fois-là, j'avais plus d'une semaine de retard. Soit, je ne suis pas réglé comme un métronome, mais plus d'une semaine de retard, c'est énorme. Et là, j'étais au bureau et je me suis mise à penser à ça, à me dire que peut-être le condom avait brisé, que peut-être j'étais... vous savez.... Tout un avant-midi à paniquer et à ressasser ça dans ma tête. À en devenir folle. Alors j'ai agis sur un coup de tête ! Heure de lunch, détour par la parmacie, direction les toilettes du centre d'achat. Elles sont grandes et pleine de cabines alors je me disais que j'aurais un semblant d'intimité pour faire ça en paix. J'étais tellement nerveuse. J'ai pris la dernière cabine, celle du fond. Et je me suis exécutée.

Messieurs, vous ne pouvez probablement pas comprendre.... Mesdames, les minutes les plus longues d'une vie n'est-ce pas ? On regarde, on attend, on ferme les yeux, on respire, on regarde encore. On attend looooogtemps.

Négatif ! Quel soulagement ! Allez savoir pourquoi, maintenant, chaque fois que je retourne dans ces toilettes-là, je pense à ça !

7 commentaires:

Le factotum a dit…

Il y a de quoi se souvenir!
Moi je me souviens très bien de ces petits endroits,moments de frivolité...

Laure a dit…

Hi, hi, hi... quelle angoisse en effet !!!
J'ai toujours eu peur de tomber enceinte... et j'ai fais plusieurs fois des tests, alors que je me protégeais... mais l'angoisse prenait le dessus !!!
Belle journée, bizzz
Laure
http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

Petite libellule a dit…

Pour ma part, quand j'ai fait des tests de grossesse dans ma vie, c'est avec une grande fébrilité, un fol espoir de voir apparaître le petit +... Comme quoi on n'a pas tous le même plan de vie. :)

Kim Garceau a dit…

Je comprends tout à fait... attente interminable!

Viv a dit…

C'est déjà assez stressant de passer un test de grossesse, j'imagine que ça ne doit pas aider l'angoisse de faire ça dans des toilettes publiques! Même si je connais le stress ressenti quand tu as le test en ta possession et qu'il ne te reste plus qu'à trouver une toilette pour le faire, me semble que j'aurais résisté jusqu'à la maison pour m'exécuter. Histoire d'être au moins dans un endroit connu et rassurant.

Michèle a dit…

L'attente d'un résultat pour un test de grossesse paraît toujours une éternité...qu'on le veuille positif ou non, dans une toilette commerciale ou dans notre propre salle de bain!!!

L'impulsive montréalaise a dit…

@Factotum : Ahahhahaah ! Des souvenirs plus agréables...
@Laure : L'angoisse, c'est fort quand on la nourrit et qu'on lui laisse la place.
@Petite libellule : Je ne sais pas si je veux des enfants un jour. Mais assurément je n'en veux pas seule, alors ce n'est pas qu'une question de plan de vie. Car ce n'était pas un chum qui avait fait naître l'angoisse cette fois-là !
@Kim : Si long, oui.
@Viv : Je ne pouvais plus attendre. J'avais trop nourrit mon stress et j'arrivais plus à être bien et à me concentrer sur quoi que ce soit d'autre.
@Michèle : Je suis tout à fait d'accord, qu'on attende un oui ou non, c'est long, très long.