mercredi 22 août 2012

Son nom

C'est fou comme l'esprit est fort.

Hier, quelqu'un a dit un nom. Banalement, sans implication.

Son nom.

Je n'y ai pas trop pensé pourtant. C'est derrière, c'est terminé. Je le sais.

Mais l'esprit est fort. J'ai rêvé. Au gars derrière ce nom.

Et c'est fou comme même ce qui est terminé peut parfois donner une grande bouffée de nostalgie. Les souvenirs, ça goûte fort.

On s'y plonge comme dans une vieille pantoufle. On sent, on sniffe même.

Puis, on se secoue. Et on s'en va s'en bâtir d'autres.

C'est la vie.

6 commentaires:

Lucille Bisson a dit…

La vie n'est-elle pas un (éternel) recommencement... dont il faut profiter de chaque instant! Des fois, au détour, on rencontre des gens qui peuvent faire la différence ! Qui sait, ils peuvent aussi sortir de nos rêves!

L'impulsive montréalaise a dit…

@Lucille : Oui, toujours recommencer. C'en est décourageant parfois...

Viv a dit…

C'est très fort les noms. J'ai 2 personnes de mon entourage qui portent son nom. Ça me rappelle toujours lui. Ce qui veut dire que dans mon cas ce n'est pas terminé. Mais je rêve moins à lui qu'avant, ce qui n'est pas mauvais signe non plus. J'ai hâte de me créer d'autres souvenirs.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Viv : C'est toujours agréable de se faire de nouveaux souvenirs. Un jour, le nom ne deviendra qu'un nom pour toi. Ça viendra.

Basile a dit…

Il y a des fois, où l'on croit avoir oublié, et puis d'un coup, une situation, une image, nous fait tout revivre comme si c'était hier et on se retrouve perdu dans l'espace temps et de vieux sentiments qu'on croyait disparus...

L'impulsive montréalaise a dit…

@Basile : Perdu dans un autre espace-temps, oui. L'espace de quelques moments. Ça nous monte au fond de la gorge. Puis, ça repart.