dimanche 12 août 2012

Battements sourds

Je ne sais pas ce que j'ai. Petit dimanche matin trop tôt. Je me suis réveillée étrangement. Dans un état bizarre. Une fébrilité au ventre. Un instinct dans la gorge. Ça étouffe de partout. Je plane dans mes ressentis.

J'ai le corps en pulsations. Je bats.

Ça m'arrive parfois... Le coeur, la tête, le sexe. Tout qui se mélange et s'amalgame. Tout qui s'oppose et s'affronte en combats singuliers. L'envie d'exulter. Le besoin de vociférer. La peau qui tremble un peu.

Souffle irrégulier. Je m'emporte.

C'est tout. Ce n'est rien. M'ouvrir. Me fermer. Cesser l'inactivité. Satisfaire l'esprit qui piaffe. Combler le corps qui manque. Être sollicité comme une jouvencelle un soir de pleine lune. Le souffle, le souffle qui explose.

Pensées en ébullition. Je brûle.

Ça arrive sans prévenir. Ça démange. Ça tue. Je refuse. Je veux. Je dis non. J'accepte. Ma poitrine se soulève au rythme de mes respirations entrecoupées. De la liberté. M'envoler. Toucher à la beauté. Retrouver la pureté. Je cherche le calme.

Je suis battements et emportements.

5 commentaires:

Lucille Bisson a dit…

Probablement un rêve qui t'a mise dans cet état. Bonne journée à toi.

Petite libellule a dit…

Waoah... Bien écrit. C'est comme si on y était.

Y a des petits appareils très performants pour ça tu sais? Bon ça vaut pas le vrai, mais au moins, c'est mieux qu'une tite branche. Hi Hi!

Bon dimanche! :D

Tattoo a dit…

C'est dans l'espoir de lire des textes comme ça que je viens fureter ici. Ça ensoleille un peu une journée où il fait triste.

Kalte a dit…

ahaha! Je pense comme Libellule. :)

L'impulsive montréalaise a dit…

@Lucille : Possible. Parfois, on ne s'en rappelle pas...
@Petite libellule : Merci pour le compliment.
Et sinon, je dirais qu'y'avait un peu de "ça" oui, mais pas que ça.
@Tattoo : On est sur des montagnes russes, ici, hein. Merci de ce compliment-là. Je vais essayer de te faire plaisir un peu. Je relâche beaucoup la mise. J'ai l'esprit si fatigué...
@Kalte : Ouais, vous vous entendez bien vous deux ! Héhé !