lundi 18 juillet 2011

Un peu de ménage ?

Parfois, je trouve qu'on veut tellement se compliquer la vie...Plus j'observe autour de moi et plus je trouve que c'est le cas.

C'est fou comme on pense qu'il faut agir de telle façon, comme on se fait des idées fausses de la vie pour se mettre la tête dans le sable, comme on oublie d'être spontané. Depuis quand on a décidé qu'être soi-même ne suffisait plus ? Depuis quand il faut flasher pour être accepté ? Depuis quand prendre soin de soi est-il devenu facultatif ?

Des fois, je me dis que ça serait tellement agréable de pouvoir revenir à la base. De simplifier les choses. D'agir selon nos convictions profondes. De ne pas avoir honte de nos failles. De sentir qu'être humain, c'est une sacrée belle chose. De s'aimer et de s'accepter pleinement. Physiquement et mentalement. D'être en amour avec soi. Et de ne laisser personne s'immiscer dans cette relation-là.

Oui, depuis quand on laisse un tas de fausses croyances nous guider en pensant que c'est ÇA, la vie ?

La vie, c'est simple. Tout simple. Si on est capable de bien dépoussiérer.

10 commentaires:

patty a dit…

Ça fait tellement du bien de te lire...Je te le dis, tu tombes toujours à point ;) Je suis tellement tannée de ne pas me sentir "assez" et de vouloir être parfaite. C'est ce désir qui m'enlève cette spontanéité et qui me transforme en monstre du refoulé! Il y a des gens qui nous font croire que l'on doit être parfait...En tous les cas, depuis un petit bout, des gens proches veulent bien me le faire croire. Tout ce que j'en retire est de la culpabilité de ne pas l'être. En amour avec soi-même, j'aime ça, dans la manière dont tu l'amènes, ça sonne même pas égocentrique!

Michèle a dit…

Moi, ce avec quoi je dois travailler, c'est d'agir sans toujours avoir peur de ce que les autres vont penser...j'y travaille!

Viv a dit…

Si ça pouvait être aussi simple que tu le dis la vie... Mais comme Patty dit, il va malheureusement toujours y avoir quelqu'un dans notre entourage pour nous rappeller qu'on n'est pas assez ceci ou pas assez cela. Personne n'est parfait, mais personne ne semble s'en souvenir.

Le monde selon Jeff a dit…

Je crois personnellement que les gens n'agissent pas pour eux mais en fonction des autres.

Moi-même je tombe encore dans ce piège si j'écris un texte et que je vois peu ou pas de commentaire.

J'essaie pourtant de me raisonner et de passer outre mais ce n'est pas aussi simple.

Déjà que j'ai compris la leçon, c'est un pas dans la bonne direction... :)

Edgar Jean a dit…

C'est dans les moments où j'ai été le plus spontané que j'ai eu les plus belles surprises. Qui ne tente rien n'a rien. On aime trop se torturer pour vouloir faire les choses simplement. Et c'est dommage, parce qu'on passe à côté de tant d'occasions.

What the fuck? a dit…

Je te donne entièrement raison! Mais on peut choisir de revenir à la base et de jeter toutes ces fausses croyances. Le prix à payer pour ce changement? Les ami(e)s et les connaissances s'en vont pour la plupart et on passe pour une marginale... Ce qui est mon cas!

Accent Grave a dit…

Heuuuu, depuis toujours je crois.

On ne se pose jamais ce genre de question, du moins, pas souvent.

Accenmt Grave

Caro a dit…

Chez moi je sais que c'est un problème, même si je sais que la majorité des gens on ce problème de facon similaire, c'est l'intensité qu'on y apporte qui fait la différence je crois.

The Green Head a dit…

C'est qu'aujourd'hui dans notre société ont est retourné vers notre nombril. C'est valorisé maintenant les émotions, les psychothérapie, la croissance personnelle, se remettre en question. Alors on vit de grands questionnement existentiels perpétuellement selon moi. On ne sait plus s'aimer et apprécier ce qu'on est sans censure. On se dit, je devrais être plus comme ça pour être apprécier, il faudrait que je change ça pour être heureuse...Damn soyons heureux présentement avec nos failles et nos forces point barre. Tu as bien raison L'impulsive.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Patty : Oh ! oui, ce n'est certes pas égocentrique. Mais que diable, c'est bien nous qui sommes dans notre propre peau. Alors peut-on vivre comme on l'entend ? Je suis contente d'être tombée à point. N'oublie pas et laisse-toi aller.
@Michèle : Bon travail alors. Car je crois que c'est le travail de toute une vie. Mais quand on y arrive, ça fait tellement de bien.
@Viv : Mais c'est simple. Il n'y a qu'une personne qui puisse compliquer ta vie vraiment. Toi-même. Alors choisis de simplifier. Et essaie d'y arriver.
@Jeff : C'est un pas. Mais tu es capable d'en faire d'autres. Et comme je dis, c'est ta vie. Pas celle des autres. Bâtis-là comme tu la veux.
@Edgar : La spontanéité devrait être la règle. Pas l'exception. Car c'est vrai qu'on en manque trop souvent de belles occasions.
@WTF : Je ne crois pas que ce soit marginal de vouloir être soi-même. Si on est réellement bien avec soi-même et heureux, on partagera ce bonheur avec les autres. Au début, ils seront désarçonnés, mais ça se corrigera.
@Accent Grave : Oh ! moi, je m'en pose des questions. Des tonnes. Beaucoup de ce genre. Je cherche. Et plus je vieillis, plus je trouve.
@Caro : Voilà : l'intensité. Car on ne peut pas se foutre complètement des autres. Mais il faut vivre pour soi. Et en vivant pour soi de toute façon, on se souciera des autres. Mais d'une façon saine.
@Green Head : Ce n'est pas mauvais de se regarder soi-même. Pourvu qu'on sache transformer le regard en actions ensuite. Et surtout de réussir à bien vivre avec nos failles, nos forces, nos envies... Et sans attendre !