vendredi 23 octobre 2009

Sorry, I'm not a computer

Oui, c'est vrai, trop vrai. L'humain n'est pas un ordinateur. Je dis souvent ça pour imager le fait que savoir comment résoudre un problème ne suffit pas toujours à le résoudre...

En effet, il ne suffit pas d'entrer des données, des données claires et précises en plus, et de peser sur enter. Pourtant, pour un ordinateur, ça marche... Mais nous, heureusement ou malheureusement, ou peu importe, nous ne sommes pas des ordinateurs.

Donc voilà, je sais des choses. Plein. Je raisonne même très bien. C'est quand il s'agit de peser sur enter et d'appliquer tout ça que le bogue se produit. Parce que pour savoir, j'ai parfois même l'impression de savoir trop. De me connaître si bien. Des années de travail, de crises, d'exploration. J'ai un petit schéma dans ma tête que je crois assez fidèle à ce que je suis. Le problème (ou la beauté) de la vie, c'est que notre émotivité nous dirige bien plus souvent que notre tête. Parfois, ça donne des miracles. D'autres fois, des fiascos.

2 commentaires:

Camille a dit…

C'est drôle, j'ai justement eu une discussion dans cette lignée là avec un TS de ma job cet après-midi. Il me disait que seulement 10% gros max de notre cerveau est utilisé, mais qu'en moyenne c'est 8% pour la majorité des gens, et que la balance est gérée par l'émotivité, l'inconscient et le subconscient. Que nous sommes le fruit de nos expériences passées que nous ne sommes pas toujours capables d'expliquer puisqu'on a intégré plein de choses malgré nous.

Quand je lui ai demandé ce qu'on pouvait faire avec ça quand on avait un problème à résoudre, il m'a répondu qu'il fallait étudier chaque option possible, comme une branche d'arbre qui se ramifie, jusqu'à ce qu'on arrive à une feuille. Soit on tombe sur la réponse, soit on recommence. Pour te dire comment ça peut être long avant de tomber sur la bonne feuille au nombre de branches qu'il y a dans un arbre... Ouin ouin! Ça fait réfléchir, et moi j'ai toujours pas eu réponse à mon problème, je cherche encore la feuille.

L'impulsive montréalaise a dit…

C'est quoi ton problème ?
De mon côté, je pense qu'il faut apprendre à se connaître. Ça ne règle pas tout. Par contre, en se connaissant, on devient moins sévère avec nous-même et on panique moins face à nos réactions pendant nos creux. Entre autres bonnes choses....