jeudi 22 novembre 2012

Esprit de grandeur

Je ne suis pas fille de passion à demi. Je me lance dans le vide comme un oiseau qui ne vole pas.

J'ai aimé et j'ai souffert. Je n'ai pas assez détesté. Aurais-je dû ? La haine n'a jamais été mon maître. J'ai préféré les battements aux coups.

Je suis tombée mille fois. Je ne me suis relevée qu'une fois de plus. Quand on sait marcher, c'est comme ça qu'on fait. On avance. C'est une longue route.

J'ai choisi les obsessions. Parce que ça envahit. C'est doux et rond dans le ventre. Ça se bâtit et ça palpite. Je voulais pouvoir penser en boucles.

Je n'ai jamais apprécié les tièdes. C'est mollasse et effacé. La chaleur rouge ravit tout sur son passage. Ça emporte au ciel.

Je n'aime pas les moitiés. Je veux tout. Je veux au complet. Je veux en grand. Je suis équilibriste. J'ai oublié mes filets.

9 commentaires:

Viv a dit…

Je n'aime pas faire les choses à moitié moi non plus. En amour surtout. Quand j'aime, j'aime. Beaucoup. Trop. Étrangement, je n'ai même le même réflexe quand c'est le temps d'haïr quelqu'un. Je peux être très fâchée, mais ça ne me rendra jamais bitch ou simplement méchante. Je n'ai pas ce tempérament j'imagine. Pour l'intensité de ma vie, je me dis par contre que des fois, j'aimerais ça que ça soit plus tranquille, plus tiède comme tu dis...

Kalte a dit…

Si j'ai bien compris, tu vas prendre une grande poutine, pas la moyenne. Je note.

Petite libellule a dit…

Ha Ha Kalte! On peut dire qu'il a de la suite dans les idées, hein Impulsive?

L'impulsive montréalaise a dit…

@Viv : Les émotions, c'est bien difficile de contrôler leurs grandeurs. Par contre, il est plus facile de contrôler nos actes (sauf les impulsives... !?!) alors c'est peut-être à ça qu'il faut s'attaquer. Oh ! le long fleuve tranquille et la sérénité, c'est grand aussi, pas obligatoirement tiède.
@Kalte : T'es bon pour prendre des notes !
@Petite libellule : Quelle suite dans les idées ? À part une obsession pour la poutine.....

Kim Garceau a dit…

Voilà quelque chose que nous avons en commun... Le tiède, pas pour moi... les moitiés non plus!

Laluna a dit…

Je pense que même sur le net, qui se rassemble se ressemble!
:)

Éphémère a dit…

Tu exprimes bien ce que je ressens constamment et qu'étrangement, je parle aujourd'hui... Pourquoi se contenter d'une moitié quand ont peut tout avoir ?

Sandro a dit…

Sans filets pour moi aussi.
J'aime ça, même si parfois, je me fracasse contre le mur.

Quand tu montes sur scène, les jambes en coton, la gorges asséchée par le trac, c'est sans filets et puis quand le spectacle est terminé, tu te dis, merde ça valait vraiment le coup.

En ce qui concerne la haine, je te rejoins, je pense que ne pas haïr m'a permis d'avancer dans la vie en tout cas d'évoluer.

Il est beau ce petit texte, il est brûlant.

Sandro ;)

L'impulsive montréalaise a dit…

@Kim : Ça déesnnui, ça rend vivante je suppose.
@Laluna : Ça a beau être sur le net, ce ne sont pas des machines qui écrivent.
@Éphémère : En même temps, je te lis et tu te commentes de moitié parfois aussi. Même si tu veux tout. Comme moi peut-être aussi. Les sentiments ne rejoignent pas toujours la réalité.
@Sandro : Oh ! oui, il y en a des fracas dans le mur. Et des douleurs. Mais je ne sais parfois pas comment faire autrement. Non, la haine ne permet pas d'avancer. Parfois l'amour non plus malheureusement, parfois seulement. Merci :) !