mercredi 1 février 2012

L'éternité

Avant je pensais que l'éternité n'avait pas de date d'expiration. Que ça s'étirait à l'infini.

Si faux.

L'éternité, c'est le nombre de jours qui s'écoulent entre deux fois où je te vois. L'éternité, c'est une poignée d'heures, un million de soupirs. C'est des dizaines de tours d'horloge et quelques regards tristes.

Ça dure longtemps l'éternité. Aussi longtemps que mille fantaisies ou que quelques histoires inventées.

L'éternité, ça peut finir et recommencer. Ça peut s'écouler et cesser. Ça peut monter et redescendre.

L'éternité, j'en ai connu des pelletées. Ça m'a enterrée. Ça m'a fait mourir et renaître de toutes les façons. Ça m'a transportée et jetée.

L'éternité, ça se compte. Ça s'additionne et se multiplie. J'égrène les journées comme d'autres des chapelets. Je fais ça, moi. Je me soumets à l'éternité comme à une religion.

L'éternité, j'y ai goûté. En pleine gueule et un pieu dans le coeur. Tu me donnes des éternités sans même y penser. Parce que tu n'as rien d'autre à me donner. Et moi, je les prends, les subis. L'éternité, c'est aussi long que la trace dans le sable laissée par le poids de la croix que tu me donnes.

L'éternité, c'est le nombre de jours entre deux fois où je te vois. Et je n'en veux pas. J'aime mieux qu'on me rende mon temps.

18 commentaires:

idmuse a dit…

Awwwwwwwwwww
Que c'est beau!

Jane a dit…

C'est vraiment très beau! :)

Jeff a dit…

Ton texte est vraiment profond et j'aime bien, même si c'est un peu difficile à comprendre dans mon cas... ;-)

Éphémère a dit…

Magnifique !

Jass a dit…

Ca rappelle ton texte sur la nostalgie. Super beau texte encore une fois.

patty a dit…

Quelle belle réflexion! Une réflexion qui ramène l'éternité dans l'expérience vécue plutôt que dans une définition métaphysique ou conceptuelle ou je ne sais trop. I love :)

Michèle a dit…

Je serai pas original, j'ai aimé cette façon dont tu parles de cette notion du temps précise qui peut devenir si abstraite...

Grimimi Sue a dit…

Très beau texte

Petits bisous tout doux.

Marico a dit…

Je suis soufflée. WOW!
Merci, merci.

Anonyme a dit…

C'est vraiment très beau. Douloureusement beau.
(L'éternité, chez moi, peut aussi être le temps qui traine entre deux courriels, quand l'obsession s'installe et que vingt longs messages illuminés envoyés par elle à la vitesse d'une sirène au galop ne suffisent plus dans une courte journée. Foutue soif qui avale tout le reste et me met à genoux jusqu'à la prochaine vague de mots)
Philippe B

Anonyme a dit…

Un heure sera toujours une heure dans le calcul de sinstants qui passent, certains durent de petites heures, d'autres de longues heures, et d'aucuns d'éternelles heure, bien qu'une heure dure ici bas toujours 60 minutes.. mais il est des minutes courtes et d'autres longue, voire éternelles, bien qu'une minute dure toujours 60 secondes... mais...je pourrais ainsi écrire durant... l'éternité sans en voir la fin,ni même son début! puisque qu'entre 1 et 2 il y a l'infini...entre o,1 et 0,2 aussi et ne parlons pas de 0,01 et 0,02... johan

Accent Grave a dit…

Ouep, bien vrai. L'éternité, tout comme l'infini, c'est limité!

Accent Grave

Kalte a dit…

:) (un sourire électronique vaut 1000 mots y parait)

L'impulsive montréalaise a dit…

@idmuse : Awwww, merci !
@Jane : Merci beaucoup.
@Jeff : Tout n'est pas qu'histoire de compréhension. On peut aussi juste ressentir. Merci.
@Éphémère : Merci !!
@Jass : Je puise un peu à la même source parfois... Merci beaucoup.
@Patty : Ouin, j'ai philosophé un peu le temps et l'éternité. Ça ramène dans le concret. Thank !
@Michèle : Merci. Et cpas grave l'originalité. C'est mieux le coeur.
@Grimimi : Merci et bisous.
@Philippe B : Merci. Et oui, contempler l'éternité, ça mets à genoux. C'est pourquoi vaut mieux ficher ça en l'air !
@Johan : Le temps est un concept bien relatif en effet. Dépend ce qu'on attend et espère, de ce qu'on fait et vit...
@Accent Grave : Limité parce que c'est un concept qu'on ne pourra jamais comprendre. Alors on l'adapte à notre compréhension. @Kalte : Merci pour les mille mots alors !

Anonyme a dit…

Simple question: Vous attendez quoi de la vie? Si je pouvais d'un geste magique l'agrandir cet espace restreint que devrais je faire? Que faudrait-il pour que cette vie ne semble plus exigüe?
répondez...vous.
Johan "l'étroit" qui sait qu'il est plus facile de donner des conseils que de se les appliquer:-)

L'impulsive montréalaise a dit…

@johan : Je pense que tu voulais faire un commentaire sur mon autre texte. Mais sinon, ce que j'attend ? Oh ! je ne sais pas. Je sais, mais c'est complexe. Je veux des réponses, je veux me réaliser...

johan a dit…

Oui je me suis trompé de case :-)
Terrible de te lire...de se retrouver en l'autre...chacun se croit singulier mais comme les douleurs peuvent en fait se ressembler bien que le sâges et contextes soient différents... la douleur d el'autre trouve souvent sa résonnace en autrui comme pou r moi ici à chaque passage..je le dis en vers et en vain, et toi enfin et envers

L'impulsive montréalaise a dit…

@johan : Oui, au fond, les gens se ressemblent entre eux bien plus qu'ils ne le croient parfois au coeur de leur solitude.