samedi 25 février 2012

Oublie ça

Ce petit texte pourrait vous intéresser.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Je me suis levé comme un zombi, le tournage s'est terminé tard dans la nuit, l'hôtel est super, j'ai un ordi à dispos dans ma chambre.

Je commande un petit-déjeuner et déjà je pianote sur le clavier, le soleil filtre à travers les rideaux, quelle heure peut-il être?
D'après le bruit de la rue, Rome est en pleine activité.

Il y a quelques blogues qui sont mes favoris où je vais régulièrement, d'autres, découvert plus récemment où des mots m'ont touché, alors j'y reviens.

Oublie ça: Ce texte m'a secoué, bah, j'en ai renversé mon café!

Non il n'en est pas question, je n'irai pas revoir la maison de l'enfance, je ne pousserai pas la grosse grille en fer sculpté du jardin, je n'irai pas m'asseoir sur le rebord de la petite fontaine, là où j'ai tant pleuré.

Il faut oublier tout ça; vivement le clap de fin, je veux vite rentrer en France.

Mes cicatrices sont encore trop fraiche, surtout ne pas rouvrir les plaies, je suis conscient du danger, je vais me recoucher.

Sandro

Marico a dit…

magnifique, explosif et rempli de sensibilité. Tu en as d'autres comme ça? Je souhaite seulement que ce ne soit pas une histoire vraie. Merci belle Impulsive.

Jean-Pierre Hamel a dit…

Diabolique cette histoire. Heureusement que je n’ai pas une jupe rouge dans ma penderie.
Bon, c'est vrai, je suis un monsieur, et j'ai un veston et des lunettes - et une licence d'intello.
Mais ma maman, elle, elle me disait "Je t'aime"

Juju a dit…

Magnifique texte, très touchant. En espérant que ce dernier n'est pas tiré de faits réels. Merci et bonne journée!

L'impulsive montréalaise a dit…

@Sandro : Quel commentaire. Je suis... comment dire... contente en un certain sens d'avoir pu, avec mon ami blogueur, te toucher autant. J'aime m'adresser aux émotions des gens. Je trouve que ça fait du bien de lire des textes et des mots qui nous parlent, qui nous rejoignent. Ça apaise en un certain sens. Bien entendu, il y a des mauvais souvenirs que ça peut réveiller. Mais parfois, je dirais qu'il faut peut-être les réveiller ces souvenirs.Pour les cicatriser un peu.
@Marico : Merci beaucoup Marico. Oui, j'ai quelques autres textes de fiction. Mais je ne suis pas certaine que mon blogue se prête à publier de la fiction. Et non, pas une histoire vraie.
@Jean-Pierre : Merci. Et je ne souhaite à personne ce genre de jupe rouge. Au figuré bien entendu.
@Juju : Merci beaucoup. Contente que ça t'ait touchée. Et non pas inspirée de fait réel.

Tattoo a dit…

On récidivera, certainement. J'aime commettre de si beaux crimes avec une telle acolyte.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Tattoo : Merci mon cher. Et oui, je ne suis pas contre une récidive.