lundi 20 février 2012

La femme morte

Y'a Quelque part qui a parlé de quelque chose sur son blogue dans son dernier texte. Et je sais pas, mais ça me trouble beaucoup.

C'est une femme. Elle est morte. Seule dans son appartement. Et on l'a trouvée. Mais seulement environ trois ans plus tard ! Et pas une femme de 84 ans, là. Non, non. Une femme de 38 ans.

Comment peut-on mourir et que les gens s'aperçoivent de notre mort seulement trois ans plus tard ? Ça fait peur. Ça en dit beaucoup sur notre société. Sur la solitude des grandes villes, sur les familles qui s'éloignent, sur les voisins qui ne veulent rien savoir, sur les amis qu'on perd.

Et il y a la question, aussi. Moi ? Après combien de temps s'apercevrait-on que je suis morte dans mon appartement ? J'y ai pensé aujourd'hui. Il est certain que ça dépend de plusieurs facteurs. Mais assurément, ça ne se ferait pas en quelques heures. Probablement pas en quelques jours. Sûrement deux ou trois semaines. Comme je dis, ça dépend de plusieurs facteurs.

Deux ou trois semaines ! C'est sacrément long je trouve. Faut dire que je vis seule. Doit-on juger ceux qui vivent seul sur le même niveau que ceux qui vivent avec quelqu'un ? Se poser cette question, n'est-ce déjà pas juger ? Et en même temps, n'a-t-on pas raison de juger ceux qui vivent seuls ? Au bout d'une vie, les relations qu'on a nouées, n'est-ce pas là, la seule chose qui compte ? Mais de nos jours, tellement de gens vivent seuls... C'est difficile les relations humaines. Est-ce que justement je ne vis pas seule à cause de cette société qui fait qu'une femme peut passer plus de deux ans morte dans son appartement avant qu'on la trouve ?

Ça me trouble. Je trouve ça triste. C'est morbide de penser à cette femme, à ce corps qui se décompose, à sa nourriture dans son frigo qui avait des dates d'expiration vieilles de trois ans. C'est ça une société évoluée ? Y'a place à améliorations je dirais !

9 commentaires:

Edgar Jean a dit…

ça donne froid dans le dos de lire pareille chose!

Quelquepart a dit…

Moi aussi ça m'obsède. Je suis chanceuse, mais vie a pris un crochet qui fait que je suis bien entourée, mais il y a eu des époques de ma vie où ça que ce soit des années, ça aurait pu être des semaines. Ça fait peur, et ça donne envie de prendre quelques minutes chaque jour pour prendre des nouvelles des autres, de ce qu'on n'a pas vu depuis un bail, ceux qu'on sait qu'il vivent seuls. Ça donne aussi envie de chérir voir s'accrocher aux gens qu'on a pour ne pas avoir à vivre seul.

Jean-Pierre Hamel a dit…

Oui, on est en face d'une tare de notre modernité : la solitude...
Mais il y a aussi ce qui rend ce silence possible : l'automaticité de la vie économique.
Je veux dire : vous êtes vieux - retraité.
Votre retraite est virée automatiquement sur votre compte, et elle le sera tant qu'on n’aura pas connaissance de votre mort.
A coté de ce virement automatique, il va y avoir les prélèvement eux aussi automatiques : le loyer, les quittances d’eau d'électricité, etc...
Bref, tant que ces prélèvement sont honorés, on se fiche complètement de savoir si vous êtes encore en vie - et dans quel état.
Vivre, c'est ça : payer ses dettes.

idmuse a dit…

Ce qui m'attriste, c'est la solitude. Cette femme-là n'avait pas de travail? D'amis? De famille?
Une fois à l'hôpital, je fais faire ma carte et je donne mon chum en référence. Le gars dit: c'est bien, y'a des tas de gens qui n'ont personne. C'est fou. Sur une terre surpeuplée où on peut se connecter avec tout le monde, on arrive à rester complètement isolée. À disparaître sans que personne ne le sache.
Triste...

Grand-Langue a dit…

Y'a des gens qui restent seuls pendant 40 ans!

Alors qu'un cadavre reste seul pendant deux ans, c'est pas bien grave... mais y'a l'odeur!

Je crois qu'il en a toujours été ainsi, peu importe l'époque.

Grand-Langue

. a dit…

C'est tellement triste... :(

L'impulsive montréalaise a dit…

@Edgar : N'est-ce pas, hein ? Malade.
@Quelque part : Ça fait réfléchir, oui. À toutes sortes de choses. À notre vie. À la société. Et d'accord avec toi qu'il faut chérir les gens qui nous entourent.
@Jean-Pierre Hamel : Justement, elle n'était pas retraitée. Toute jeune encore. Mais oui, il y a un système économique sans pitié et une solitude trop répandue.
@idmuse : Semblerait que oui, pourtant. Mais p-être pas depuis un certain temps... Va savoir. Mais oui, sur une terre si surpeuplée, ou à une échelle plus humaine, dans nos grandes villes si peuplées, on peut se retrouver bien seul.
@Grand-langue : Pas bien grave. Soit c'est une opinion. Pas la mienne. Je trouve ça triste. Et je trouve que ça doit amener une réflexion. La solitude n'est plus la même qu'avant.
@. : Oui. Vraiment triste.

Viv a dit…

Mourir seule. Ma grande peur. C'est un peu pour ça je pense que je ne pourrais pas vivre seule non plus. Je me compte tellement chanceuse d'avoir un bon entourage, des gens sur qui compter. C'est ce vers quoi notre société s'est dirigée tranquillement, en devenant de plus en plus individualiste. On fait les choses chacun pour soi et on ne se préoccupe pas des autres. Très triste.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Viv : On ne choisit pas toujours de vivre seul.... Mais effectivement, c'est une chance d'avoir des gens autour de soi. Et la situation qui est arrivée à cette femme est d'une tristesse.