lundi 3 décembre 2012

Rien n'est parfait, sauf que...

Ça recommence. Partout. Les articles, les plaintes, les soupirs... Noël n'est qu'une sale fête de la consommation !! Bla bla bla.

Moi, ça m'insulte.

Oui, Noël est une fête où on consomme. Soit. Je ne savais pas que nous vivions dans une société de simplicité volontaire !? Aux dernières nouvelles, elle était plutôt capitaliste et de consommation.

Y'en a marre qu'on mette la faute sur une fête. Ce n'est pas la fête, le problème. Et de ce que j'en sais, à Noël, la consommation est pour donner aux autres. Ou pour partager avec les autres. C'est bien le don et le partage.

Oui, oui, il n'y a pas que les sous et les objets qu'on peut donner et les cadeaux qu'on peut partager. Il y a aussi le temps, l'amour, les activités, les fous rire.... Il y a tout et rien. Ces petits tout et ces gros rien qui font qu'on est heureux dans la vie. Ou moins malheureux au moins pendant quelques instants.

Il y a ceux qui se plaignent de tous les partys aussi. De ne pas vouloir passer du temps avec des proches, ou des moins proches. Je peux comprendre un peu. Mais seulement un peu. Je pense surtout à ceux qui n'ont personne. Ou à ceux qui ont des gens qu'ils ne devraient pas avoir.
 
On dit qu'au centre de prévention de suicide du Québec, en décembre et en janvier, les appels quotidiens doublent pratiquement. Une moyenne entre 80 et 100 appels par jour plutôt que 50 pour le reste de l'année. Je trouve que ça fait réfléchir. T'as mangé trop de dinde, ton oncle est un peu agaçant et tu as dépensé un peu trop avec ta carte de crédit ? Et bien, à côté de toi, il y a peut-être quelqu'un qui songe à la mort. Qui se sent seul. Qui est malheureux. Et qui trouve, avec raison cette fois, que le temps des fêtes est une triste période dans son année. Peut-être sa dernière.
 
Oui, Noël, ce n'est pas parfait. Rien ne l'est. Mais savez quoi, une fête, ce sont les gens qui la crée qui en détermine la teneur.

11 commentaires:

Mathieu a dit…

Bien d'accord, il faut aimer Noël pour ce qu'il est, soit une occasion de passer du temps avec ses proches... En mangeant trop et en buvant un brin pour certain
!

Petite libellule a dit…

Tu as raison, on se plaint parfois le ventre plein... Merci pour le reality check! :)

Kim Garceau a dit…

J'ai l'impression que tu as dit ce que je pense de tout ça... Vrai, on consomme trop! Mais à Noël, au moins, c'est pour faire plaisir aux autres, hein???? Tu sais, moi, je travaille dans une école. Chaque année, on organise une guignolée et on amasse des victuailles pour les familles pauvres de notre école (pas facile comme prof de voir ça). Chaque année, je vais faire une belle épicerie et j'apporte plein de belles et bonnes choses à l'école... Je suis sûre que ça fait plaisir à des gens... parce que Noël seul ou avec rien à manger, c'est pire que TOUT!

Kalte a dit…

On peut toujours trouver pire quand on cherche...mais jveux pas péter ta bulle naïve de Noël parce que je t'aime bien au fond, et NoËl, c'est l'amour non? Mais tu marques quand même un point pour les gens qui le passe seul...à ce compte là, j'aime encore mieux sentir le parfum cheap de matante Ginette.

Éphémère a dit…

Je suis d'accord avec ce billet. J'abonde dans le même sens. Par chez moi, on fait une pige avec un montant fixe. Je trouve que de cette façon, cela évite les débordements et ainsi, tout le monde reçois un petit quelque chose, même ceux qui sont moins en moyen et de cette façon, personne est mal à l'aise de donner son cadeau.

Même chose pour la nourriture, tout le monde participe.

Le problème, je crois, est quand tu es rendu que tu achètes des cadeaux seulement pour plaire et mettre de la poudre aux yeux des autres et non pour faire plaisir.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Mathieu : Bah ! oui, on mange trop, on boit un peu... Mais on passe du bon temps ! :) Héhé ! C'est festif.
@Petite libellule : Fait plaisir ! On a parfois besoin d'une petite mise à jour.
@Kim : Je suis contente de lire que je ne suis pas la seule à penser tout ça. On est au moins deux. Et oui, le temps des fêtes seul, ou malheureux,ou trop pauvre, c'est comme exacerbé. C'est un beau geste que tu/vous faites. Ça représente bien l'esprit de générosité qui devrait nous habiter.
@Kalte : Je ne sois pas certaine que ce soit naïf. Mais oui, c'est peut-être ma petite bulle. Sauf que j'ai quand même l'impression que je ne suis pas la seule à penser comme ça.
Ah ! oui, tu m'aimes bien au fond ? :)
Au pire, donne du parfum à tante Ginette !
@Éphémère : Yé ! une autre de mon clan. :) Oh ! y'a plein de façon de retrouver du sens ou de ne pas se perdre dans une orgie inutile et trop grande. À chacun de trouver la sienne. Mais surtout de retrouver un peu de joie. Et de moins se plaindre le ventre plein comme dit Petite libellule.

Grand-Langue a dit…

Vous êtes insultée parce que des gens n'aiment pas Noël? Vraiment?

Grand-Langue

Nanou La Terre a dit…

Je me fais un devoir de ne pas consommer. Je préfère recevoir, être avec ceux que j'aime et partager le bonheur d'être ensemble. Étrange que tu écrives ce billet un 3 décembre. Le 3 décembre 1979, mon grand ami s'enlevait la vie...On ne se remet jamais du fait que la personne qu'on aime est partie seule et malheureuse. Penser à son prochain, aider, c'est ce qu'on devrait faire tout au long de l'année

Le factotum a dit…

D'accord avec Nanou.
Aimer et aider ses proches.
Partager sa joie de vivre, surtout durant ce temps propice à la réflexion.

Michèle a dit…

Suffit de mettre les pieds dans un centre commercial bondé pour nous faire réaliser à quel point Noël met de la pression...Faut aimer, donner, festoyer, être entouré, profiter...

Même si je suis choyée et bien entourée, J'ai toujours un peu le vague à l'âme et une petite partie de mon coeur moins à la fête quand je pense à tous ces gens qui sont plus dans le besoin, plus seuls.

Faut pas attendre au 25 décembre pour être dans les belles valeurs et donner. Ça se fait au quotidien. C'est cette pression qui me tape. De voir tous les gens embarquer dedans.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Grand Langue : Pas parce qu'ils n'aiment pas (quoique c'est triste), mais surtout parce qu'ils se plaignent, selon moi, pour de fausses et/ou bien mauvaises raisons.
@Nanou : Je ne me fais pas un devoir de ne pas consommer. Car j'aime faire des cadeaux. Et j'aime aussi en recevoir. Je n'aime pas que ça bien entendu. Mais ça me plaît.
J'avoue que c'est bien étrange ce croisement de date. Peut-être un signe de ton ami, un message.
Oui, on devrait aider et penser aux autres toute l'année. Mais avec le tourbillon de nos vies, je crois que c'est bien qu'une fête puisse nous rappeler ça.
@Factotum : C'est vrai que c'est un temps propice à la réflexion. Il faudrait qu'on s'en serve un peu de ça aussi...
@Michèle : Je ne le fais pas pour la pression me promener dans les centres d'achat. D'ailleurs, c'est pour ça que depuis quelques années, je fais le plus possible mes achats en novembre. Pour une ambiance un peu plus calme. Mais oui, je suppose qu'il y a une certaine pression sociale.
Moi aussi, ça me donne un peu le vague à l'âme. C'est la fin de l'année, le début d'une nouvelle, un temps qui fait réfléchir, du temps....
Non, faut pas attendre au 25 décembre. Mais comme je disais, on a parfois besoin de se le faire rappeler.