lundi 2 juillet 2012

Les amitiés

Ça fait une trentaine de minutes que je repasse les mêmes phrases dans ma tête. Je pense aux amitiés. Et je ne sais pas comment aborder ce texte, cette réflexion.

J'ai l'amitié à vif, je crois. Non pas que je n'aies pas d'amies. Non pas non plus que je vienne de vivre une rupture d'amitié douloureuse.Seulement, je réfléchis. Je m'ennuis. Oh ! puis si, sans qu'elle soit si douloureuse, je crois qu'il y a une amie que je suis en train de perdre tout doucement. Ces choses arrivent. En même temps, j'ai une meilleure amie absolument fabuleuse. Pauvre amie qui vient de perdre sa petite chienne adorée et qui est si triste. Une amie du genre à me rappeler juste après avoir raccroché pour me dire qu'elle m'aime. Mais elle a son mari, elle a sa vie. C'est comme ça, on ne pourra rien y changer, il semble que l'amitié n'ait pas la même teneur pour les gens en couple ou pour les gens qui ont une famille, que pour les célibataires. Ce n'est pas moins important. Ce n'est vraiment pas ainsi que je le dirais. Mais c'est différent.

J'en ai déjà parlé, j'ai vécu dans ma vie des ruptures d'amitié très douloureuses. D'une douleur qui ne se compare pas à une peine d'amour, mais tout aussi horrible. Juste autre. Difficile à expliquer. Peut-être si vous l'avez vécu vous pouvez comprendre un peu. Puis, j'ai aussi vécu des ruptures comme toutes les vies en ont. Déménagement, chum, enfants, boulot, routine, éloignement... L'amitié a la vie dure.

Et moi, j'ai l'amitié à vif. Je suis en manque de ces amitiés comme à l'époque. Ou peut-être juste en manque de relations enrichissantes. D'autre chose que ces relations en surface qu'on croise et vit tous les jours. Je me sens seule. Juste seule. Pas isolée, ou peut-être un peu. Mais surtout seule. Même avec ces relations que j'ai dans ma vie.

Ces jours-ci, je suis incapable d'être seule. Incapable. Je ne comprends pas ce que j'ai. Je ne suis pas comme ça. Habituellement, la solitude, je l'aime bien. Ce sont mes temps d'arrêt, de respiration, de soulagement, de relaxation, d'enrichissement... Je fais plein de choses, je m'occupe, me repose, je crée... Ces jours-ci, rien. Je regarde le temps qui passe et ça m'indispose. J'ai mal à l'amitié. J'ai mal à l'humanité.

7 commentaires:

Quelquepart a dit…

J'ai déjà été exactement où tu es. À rëver d'avoir une amie dans ma vie. À vouloir ça presque plus que je voulais un amoureux. Une amie comme dans les films, qui me dirait mes vérités, qui écouterait me délires. Les vieilles amies étaient disparues, je m'étais déplacée souvent.

Depuis petit à petit, sans que je m'en rende compte, elles sont réapparues, leurs vies se sont apaisées elles ont eu un peu de temps pour autre chose que la famille, couple, boulot, la mienne de vie aussi s'est stabilisée, on a oublié certaines de nos vieilles chicanes, de nouvelles amies sont apparues.

Aujourd'hui ce n'est pas encore parfait, encore loin de ces clubs de filles tissé serré qu'on voit à la télé, mais beaucoup mieux que lorsque je me sentais comme toi. Ce sont comme de grands cycles, qui vont qui viennent.

Anonyme a dit…

Ce que tu écris me rejoint tellement!
Je suis célibataire à un âge où mes amis eux débutent leur famille. Cela fait un vide pour les moments où avant un coup de fil permettait à la dernière minute de booker une soirée de libre...

Limette

Viv a dit…

Je comprends tellement comment tu te sens. J'en ai des amies, mais je me rends compte que j'aurai besoin d'amitié plus présente, comme quand on avait moins de responsabilités, pas de chum, de famille, de job... C'est vrai que la relation à l'amitié est différente quand on est célibataire ou en couple. En couple, il y a l'autre qui est là, qui remplit les vides. On a moins besoin des amis. Mais c'est quand je suis redevenue célibataire que j'ai réalisé que mes amies me manquaient, que j'avais besoin de leur présence. Moi aussi je me sens seule ces temps-ci. Je rêve d'une amitié comme celle qu'avaient les filles dans la série Sex and the City, toujours là l'une pour l'autre peu importe le moment.

Ligeia a dit…

Moi aussi, je suis bien placée pour te comprendre... je suis exactement dans le même passage que le tien.

Se sentir, et pourtant avoir tant monde autour de soi. C'est plus un besoin de dialogue, d'échange, de sentir que l'autre nous comprend. Autour de moi, aussi, je suis célibataire, mes amies fondent des familles, sortent moins, et que j'en passe des vendredis et samedis soir seule. Parfois, la solitude est légère et créatrice, et d'autres fois elle est trop lourde et nous fait suffoquer.

Et puis avec le temps, on constate ces ruptures amicales, qui se sont faites naturellement, comme la sélection naturelle.

Petite libellule a dit…

Je fais partie de celles qui sont en couple et qui ont une famille. Effectivement, mes copines, je les compte sur les doigts d'une main et je ne les vois qu'à l'occasion. Je n'ai personne à appeler quand je vis quelque chose de difficile avec mon conjoint, sauf ma mère, qui là se met à s'inquiéter alors j'essaie d'éviter de l'appeler le plus possible.

Et puis oui, les ruptures d'amitié, c'est difficile. Toutes les relations interpersonnelles comportent leur lot de difficultés en fin de compte.

Ellora a dit…

Même choses de mon côté... (on devrait se partir un club!) Je ne suis pas célibataire, mais toutes mes amies ont des enfants alors que mon nid reste vide...

Avec les années, nos intérêts ont changés et je me rends compte que nous ne partageons plus autant de choses qu'avant...

Une amie qui aime le plein-air, la bouffe, les restos, les jeux vidéo, la lecture, le ciné et jaser, ça existes-tu ou si je suis la seule de mon espèce???

L'impulsive montréalaise a dit…

@Quelque part : Ben comme je dis, j'ai une meilleure amie géniale. Mais voilà, ce n'est pas comme quand j'étais plus jeune justement. Oui, des cycles, je suppose. Et un groupe d'amies, ça, c'est quelque chose que j'aimerais. J'ai toujours eu des amies, mais pas vraiment en groupe. Des trucs individuels.
@Limette : Voilà ! Impossible on dirait d'appeler quelqu'un à la dernière minute alors qu'avant, c'était la norme presque. Contente de te rejoindre dans ce que tu ressens.
@Viv : Je comprends ce que tu vis. Pas évident quand tu as négligé tes amies. J'ai souvent été l'opposé. Celle qu'on néglige parce qu'on est en couple ou a un enfant. Ce n'est pas le genre de choses que je ferais. Les amies restent un besoin. Je voudrais tout. Héhé ! Et oui, l'amitié dans Sex and the City est comme l'Amitié avec un grand A on dirait. Culture télévisuelle. Héhé !
@Ligeia : Il semble qu'il y ait un âge comme celui-là. Un âge de transition des amitiés. Je trouve ça dommage. Et oui, parfois la solitude est bien lourde et bien triste. D'autres fois, elle nous va... Quand elle est choisie.
@Petite libellule : Mais pourquoi ne les vois-tu pas davantage justement ? Si tu aurais besoin de leurs compagnies et leurs oreilles (et vice versa) ? C'est un choix que tu as fait. Tu aurais peut-être pu en faire un différent ? Il est certain qu'on a pas le même temps de disponibilité seule ou en couple avec famille. Mais peut-on trouver quand même le temps pour penser à soi ? Je crois que si. En tout cas, c'est important.
@Ellora : C'est l'évolution. C'est la vie qui avance. Les amitiés changent. Selon ce qu'on vit semble-t-il. Dommage, car la différence apporte beaucoup. L'amitié aussi.
Hey ! Sauf les jeux vidéos, c'est exactement moi que tu décris ! On se rencontre quand alors ???? Je dis ça sérieusement, hein. :) Seulement, si ça te dit bien entendu.

@Toutes : On s'organise un souper ??? Si ça vous dit, vous pouvez m'écrire un courriel. Ça serait le fun ! Non ?