dimanche 16 juin 2013

Erreurs à répétition

Chaque fois, je me dis que ce sera la dernière fois... Lendemain de veille of hell. Hangover de la mort.

Et je recommence !

Oh ! ça ne m'arrive pas tant. Pour tout dire, je bois de moins en moins souvent. J'aime bien un bon verre (ou deux) de vin de temps à autre. Mais rien de nécessaire. Je peux passer des semaines sans boire. Puis, avoir quelques semaines plus festives si on peut le dire ainsi. Ça dépend des occasions je dirais. Et bien souvent, comme je dis, un verre ou deux, puis basta.

Mais ça arrive. Des fois. Ayoye. Chaque lendemain, je me dis que non. Que c'est fini. Je me dis que je prends soin de mon corps en essayant de manger mieux, en faisant beaucoup de sport etc. Alors pourquoi aller le scrapper en me saoulant de façon éhontée ? Solide ? Sérieux, ce matin, j'avais l'impression de mourir ma vie. Pourquoi ?

En fait, je me demande pourquoi on refait les mêmes erreurs... Je ne parle pas que des lendemains de veille, ici. Mais de toutes les erreurs qu'on fait à répétition. Et on en fait. Je dis souvent que nous ne sommes pas des ordinateurs. On ne peut pas rentrer un rapport d'erreur, peser sur enter et puis voilà, l'erreur est éliminée de notre répertoire. Ce serait simple, non ?

Mais tout de même, qu'est-ce qui nous pousse à remettre la main sur un rond de poêle chaud ? C'est drôle, en imageant la chose de cette manière, on s'aperçoit que c'est ridicule. Une fois qu'on a appris qu'un rond de poêle chaud fait mal et brûle, on ne le refait plus. Alors pourquoi quand on sait que quelque chose va nous faire mal, on le refait quand même ? C'est quoi ce raisonnement de merde ?

Soupir. Peut-être qu'un jour, je deviendrai grande...

8 commentaires:

Éphémère a dit…

Commettre la même erreur à répétition est comme une maladie. Si on la refait, c'est qu'on a malheureusement pas appris la première fois. Alors on recommence.

Parfois, c'est juste que ce n'est pas une erreur, c'est une façon d'agir qui est encrée en nous et pour l'enrayer, il faut guérir le problème à sa source. Savoir pourquoi on refait ce geste à répétition malgré la conséquence évidente au bout de la ligne.

Parfois, c'est parce qu'on aime comment se déroule le début avant que sa parte dans tous les sens. Parfois c'est juste parce qu'on ne sait pas faire autrement.

Si on parle de se saouler. Je dirais que pour ma part, c'est l'état un peu d'euphorie dans lequel ça nous apporte. Le sentiment de puissance, que tout nous appartient. On se dit que ça vaut la peine de se sentir ainsi malgré le fait que le lendemain on le regrettera.

Si tu veux arrêter de répéter une erreur, demandes-toi pourquoi tu agis ainsi. Ensuite, demandes-toi si tu es réellement prête à modifier le scénario pour ne plus jamais refaire l'erreur. Parfois, on en a pas si envie que cela...

Écrits et chuchotements a dit…

Peut-être... Mais quel ennui quand on fait tout bien !

prinsessan Fluflu a dit…

Parce que peut être on est ( enfin moi par ex;) )
plein d´un optimisme sans borne,
nous laisssant croire
que tout sera mieux la prochaine fois...
et pourtant, même procédure, même résultat!
Bah..., en fait, je préfère garder mon optimisme,
mes lunettes avec lesquelles je vois la vie en rose..
tans pis pour les mêchants, stupides...

Les êtres humains ne sont pas comme des ronds de poêle,
dommage, on se brûlerait peut être qu´une fois! ;)


Jean-Pierre Hamel a dit…

Le rond de poêle chaud, ça fait toujours mal.
Le premier verre d'alcool, ça fait plaisir - voire même di bien.
Le deuxième verre nous fait oublier que le troisième va nous faire mal à la tête, etc.

Rosabelle Melanie a dit…

tk! si tu trouves le pourquoi tu me le diras car je ne me dompte pas non plus (moi c'est la bouffe) ... Chaque fois que je reviens de chez mon papa, je feel mal d'avoir trop manger........

Le factotum a dit…

Moi, pas de problème. Après le deuxième verre, mon système bloque.
Qu'il est bon pour moi.

Tiffany a dit…

J'ai eu la même réflection dimanche matin en me réveillant avec une immense gueule de bois, je me suis dis plus jamais. Je ne sais pas pourquoi je répète toujours cette erreur. La solution serait d'arrêter de boire tout court, mais il y a sûrement un compromis entre trop boire et ne pas boire du tout. La grande majorité du temps, je m'arrête après un verre ou deux moi aussi. Mais je ne sais pas pourquoi certaines soirées de dérape. Et je n'aime vraiment pas la personne que je deviens lorsque je bois trop, car je fais et dis des choses que je ne devrais pas.

Il est vrai que les premiers verres d'alcool nous font du bien. Il y a une mince ligne entre être 'pompette' et 'avoir trop bu'. Un jour j'espère que ce genre de situation ne m'arivera plus. Samedi soir j'ai terminé la soirée en hurlant après mon chum car il m'a gentilment mais fermement dit d'arrêter de commander des shooters car j'avais déjà trop bu. J'ai piqué une de ces crises sur le coup! Je lui ai dit qu'il voulait me contrôler. Bref, dimanche matin, honteuse de mes actions, avec une sale gueule de bois, j'ai fait acte de contrition et je me suis encore une fois jurée que cela n'arriverait plus jamais....Espérons....

L'impulsive montréalaise a dit…

@Éphémère : Je pense qu'effectivement tout est davantage dans le pourquoi de le faire. Car on a beau apprendre, parfois, c'est plus fort que nous. D'où l'importance du pourquoi. Et souvent, c'est parce qu'une partie de l'erreur en question en vaut la peine. Jusqu'à ce qu'on se rende compte que le reste qui vient avec fait effacer la partie qui vaut la peine.... !
@Écrits et c : On dit que les gens heureux n'ont pas d'histoires...
@prinsessan Fluflu : J'avoue que l'optimisme ou l'envie d'y croire sont des "tue-raison"... Et dans un sens, je préfère aussi garder mes lunettes roses... Mais si la lie est si, si, si amère ensuite.
@Jean-Pierre : Comme je disais, je ne parlais pas que d'alcool. Mais vrai que vu comme ça, c'est tellement plus simple à comprendre !
@Rosabelle : Moi, ma faiblesse, ce sont les chips question bouffe... Je finis toujours par en manger un peu plus que nécessaire et me sentir mal ensuite. Mais pour le reste, j'assume. C'est bon manger ! Héhé ! Mais oui, je t'en reparle si je trouve.
@Factotum : Ahahaha ! On n'a pas tous le même système visiblement !
@Tiffany : Ahahahaah ! C'est fou, hein. On le sait. Mais on continue. Je crois que c'est juste que parfois, on a besoin. D'oublier, de se détendre, de ne pas trop penser, de whatever, mais de quelque chose. Alors on le refait. Nos erreurs viennent probablement toutes de nos besoins au fond. Ceux qu'on veut combler...