vendredi 7 novembre 2014

Mon intérieur vide

J'ai l'impression d'être en train de me briser en mille morceaux.

9 commentaires:

Rosabelle Melanie a dit…

Je ne sais pas trop quoi te dire ce matin en lisant cette phrase si courte mais tellement d'émotions!

Sache que je pense à toi très fort même si on ne se connait pas en vrai, que j'espère que cette souffrance que tu vies finisse par passer ..

Câlins ma belle xxx

L'impulsive montréalaise a dit…

@Rosabelle : merci, merci tellement. C'est un peu moins à vif qu'au moment où j'ai écrit ma phrase. Mais disons que bien des choses brassent en dedans. J'ai eu des matins plus légers. Et oui, on ne se connait pas en vrai... mais on s'apprécie pour vrai.

Éphémère a dit…

Je te fais un gros câlin ! Je souhaite que ta souffrance s’apaise, c'est difficile à vivre. Plein de courage pour toi ! xx

L'impulsive montréalaise a dit…

@Éphémère : plus que de la souffrance, c'était des ressentis très à vif, certaines peurs. Le vif s'apaise. Au moins temporairement. Le reste, à suivre... Merci.

Le factotum a dit…

Je te souhaite une belle fin de semaine!

meslectures a dit…

Bon courage à toi !

L'impulsive montréalaise a dit…

@factotum : elle s'est avérée décevante. Mais merci du souhait.
@meslectures : merci. Je suis désemparée j'avoue...

Julie Laluna a dit…

J'espère que les quelques rayons de soleil de la fin de semaine ont placé un baume sur ton âme à vif.
Je lis cette phrase avec tant d'acuité...
J'espère que tout se passe bien pour toi.
Si jamais tu as besoin, lance une bouteille dans cette mer cybernétique, on ne sait jamais qui viendra à ta rescousse!
bisous de ma rive sud à ton île!

L'impulsive montréalaise a dit…

@Julie : j'ai beaucoup de difficulté à voir les rayons du soleil. J'ai le ventre noué.
Il faut effectivement de l'acuité pour comprendre parfois ce genre de phrase.
Je n'ai plus de bouteilles ni personne à qui en lancer, j'ai l'impression...