lundi 18 mars 2013

Culpabilité

À l'heure qu'il est, je ne devrais pas être en train de vous écrire. Je devrais plutôt sauter dans ma voiture et me diriger vers un salon funéraire quelque part sur la rive-sud.

Mais la vérité, c'est que je n'en ai pas envie. Et que je me sens coupable.

Je vous rassure la personne décédée n'en est pas une dont j'étais proche. Elle était plutôt proche d'une personne dont je suis proche. Bon, cessons de tourner autour du pot, une tante. Voilà, j'ai la soeur de ma mère qui est décédée. Des suites d'un long, pénible et horrible cancer. Et ça se passe ce soir. Ou pas du tout.

Je ne me sens juste pas capable d'y aller. Je n'ai pas envie de faire une heure aller et une heure retour de route après ma journée de travail dans le corps. Encore moins en début de semaine. Je sais que ça me décrisserait l'énergie pour toute la semaine. Énergie que j'ai déjà comme une tite ampoule 10 watts bien peu allumée. Je n'ai pas envie de me retrouver entourée de tristesse et de mort. Ni non plus de monde qui fait des jokes comme s'il n'y avait pas de morte dans la pièce. Ni non plus de voir une morte qui s'est battue pendant plusieurs années. Ça me fait penser à ma vie. Aux batailles que je ne fais pas. À ma trop grande lassitude actuelle.

Je me sens coupable. Je devrais partir. Je ne crois pas que personne m'en fera le reproche. Mais moi oui. Un peu. Si c'était l'inverse, je voudrais que les gens soient autour de moi je suppose. C'est ce qui compte dans la vie, non ? En même temps, une seule personne alors qu'on attend une grosse foule, ça fait une différence ?

Juste l'idée de réellement me lever pour partir, cette idée-là me donne envie de pleurer.

Ai-je raison de me sentir coupable ?

16 commentaires:

idmuse a dit…

Charité bien ordonnée commence par soi-même. Si tu n'en as pas la force, c'est mieux de rester chez toi.

Petite libellule a dit…

Pense à toi un peu... Si tu ne le fais pas, qui le fera? Tu n'en as pas envie, pas la force? Tu n'y vas pas, point.

Michèle a dit…

Bien d'accord avec idmuse. Je pense que des dans une passe où il est préférable de faire ce dont tu as envie. Et le faire pour toi.Pas faire des trucs pour les autres.

Oui, c'est un peu égoïste. Mais tu en as besoin ces jours-ci je pense...

Le factotum a dit…

J'ai perdu une petite-fille dernièrement et le support de la famille a été grandement apprécié. D'où le fait de te sentir coupable, tout à fait légitime.
Mais tu as parfaitement raison de rester à la maison si tu n'as pas l'énergie et surtout le goût d'y aller.

prinsessan Fluflu a dit…

Si tu n´étais pas proche de ta tante,
pourquoi y aller !?
Maintenant si ta mère te demande le pourquoi de ta non présence au salon funéraire, explique-lui
simplement ce que tu ressentais ce jour là.
Bien sûr que l´on peut faire des efforts parfois, dans certaines circonstances, mais il vaut mieux s´abstenir que de faire certaines choses sans sincérité.

Rosabelle Melanie a dit…

haa! que je me retrouve dans ton message .. j'ai la même réaction que toi à chaque fois que je dois allé au salon funéraire ...

Est-ce que tu y es allée finalement ??

Éphémère a dit…

La société a établie certaine "règle" et on se sent coupable quand on va à l'encontre de ses "règles".

Si on a pas la force, si on ne se sens pas bien, si pour une raison ou une autre, on ne peut pas y aller, on y va pas.

Mais si tu es pour te sentir coupable longtemps après et peut-être regretter dans tes meilleurs jours de ne pas y avoir été, alors peut-être devrais-tu faire un effort.

L'important, c'est d'être en paix avec ta décision.

Une femme libre a dit…

Oui. Ne pas soutenir sa mère dans le deuil parce qu'on trouve ça plate le salon funéraire et qu'on n'a pas envie de se taper deux heures de route est lâche un peu. La culpabilité est là pour te le rappeler. C'est ton choix et il faut l'assumer.

Yuan a dit…

Oh comme je te comprend et partage ton questionnement.
Petite suggestion, la plupart des entreprises funéraires te permettent d'envoyer un courriel qui sera remis à la famille.
Tu te sers de ta créativité littéraire pour exprimer ton support.
Une solution à mi-chemin, mais grandement appréciée.
J'ai encore des copies de ces messages dans "le" dossier, et j'avoue que je me souviens pas exactement de qui étaient présents.
Yuan

Marico a dit…

Tu n'as pas raison de te sentir coupable! Que cela se passe dans ton coeur, en lien avec cette tante, ...le reste! Et puis si ça te semble pertinent d'envoyer un petit mot à un proche de ta tante, tu le feras. Un gros câlin d'énergie!

Bruno Moulin a dit…

Difficile à dire...
Si tu n'étais pas très proche je ne vois pas pourquoi tu irais...moi je n'irai pas même si c'est la famille.
je suis bien plus proche d'autres personnes que de la famille parfois...
http://lapetiteviedebruno.blogspot.fr/

Kim G. a dit…

Je te comprends, pas drôle d'Aller là-bas!

RedBee a dit…

Ben moi je pense que tu as raison de te sentir coupable. Peut-être que ça aurait fait du bien à quelqu'un de te voir là, etc.

Cela dit, c'est pas grave de se sentir coupable. Ça prouve que tu es encore une bonne personne. Il y aurait un problème si ce n'était pas le cas.

L'impulsive montréalaise a dit…

@idmuse : Merci de ta compréhension et de ton empathie.
@Petite libellule : Il est vrai que je suis un peu seule à pouvoir prendre soin de moi...
@Michèle : Oui, un peu égoiste, d'où la culpabilité, mais comme tu le dis, on ne peut pas non plus agir seulement pour les autres. Parfois, il faut faire pour soi.
@Factotum : Merci de ton commentaire. Je l'aime bien. Et puis, il y a d'autres façons de partager et supporter les autres autour de soi. Pas seulement physiquement.
@prinsessan Fluflu : Non, pas proche. Quant à ma mère, elle ne m'a rien demandé, mais on n'en a discuté et un cas comme l'autre, ça ne la dérangeait pas. Elle comprenait mes questionnements.
@Rosabelle : Je n'ai pas toujours cette réaction. Bien que souvent, je me fais la réflexion. Si ç'aurait été quelqu'un de proche, j'y serais allée peu importe le reste.
Finalement, non, pas allée.
@Éphémère : C'est bien de ce sujet dont je voulais parler en faisant ce billet. Oui, ce que je vis, mais aussi les règles que la société nous impose explicitement ou non. Car oui, ce n'est pas une règle, mais bien une "règle" comme tu le dis.
Oui, je suis en paix, même si je trouve ça un peu "plate" de ma part.
@Femme libre : Bien que je respecte l'opinion, je latrouve peu nuancée pour une situation qui l'est tout de même un peu plus. Je n'étais peut-être pas là à un moment et un endroit précis, mais je n'ai pas non plus ignoré la situation.
@Yuan : En fait, j'ai parlé plusieurs fois avec ma mère du sujet. Et j'ai aussi envoyé 2 messages et laisser un message téléphonique à une autre personne à qui je voulais souligner ma présence et mes bonnes pensées.
@Marico : Les petits mots ont été faits, oui. Et pour le reste, c'est vrai, il y a une place pour ça dans le coeur.
@Bruno : C'est vrai que parfois on est plus loin de personnes de la famille que d'autres qui ne le sont pas. Pourtant, quand ça concerne la famille, on dirait qu'on se sent plus obligé.
@Kim : Non, pas drôle. Pour tout ce que j'ai dit. Mais oui, pour tout comment je me sens en ce moment...
@RedBee : Je ne crois pas que j'ai manqué à personne dans la situation actuelle. Mais je comprends ce que tu veux dire. Il est vrai que parfois, certaines personnes nous font plus de bien que d'autres.
Oui, me sentir coupable prouve que je suis une bonne personne... mais surtout que j'ai une énorme facilité à me sentir coupable de bien des choses. Pas toujours justifiées toutefois. Mais c'est un large sujet......

Nanou La Terre a dit…

S'il faut y aller de reculons, que tu es fatiguée alors n'y vas pas tout simplement.
Pourquoi te sentir coupable? Être présente pour la forme ou y être toute entière, entre les deux que choisirais-tu?
À la mort de mon père, j'ai insisté auprès d'une de mes cousines pour ne pas qu'elle vienne. Je ne voulais pas la voir là. Elle est venue quand-même, "pour la forme" et pour éviter que les autres jugent sa non-présence. Comme je lui en ai voulu de ce manque de respect.
Je sais que ce n'est pas ton cas. Mais, personnellement je préfère être dans un salon toute entière plutôt que d'y aller de reculons
et si je sens que ce ne sera pas le cas, je n'y vais pas.
Il ne faut pas oublier que la distance aussi peut jouer sur la décision d'y être ou pas.

L'impulsive montréalaise a dit…

@Nanou : C'est vrai qu'être là à moitié, ça donne quoi au fond ? Et oui, la distance joue.