dimanche 18 février 2018

Mes refuges

Je l’avoue, je trouve ma vie difficile ces temps-ci. J’ai eu une dernière année très mouvementée. Plein de belles choses, oui. Quelques mauvaises aussi. Mais les belles choses, quand elles sont nouvelles, apportent leur lot de stress. Et depuis le dernier mois, j’ai l’impression que la vie s’acharne en petites  (grandes ?) claques sur la gueule.

Mais je tiens debout. Pas toujours forte, pas toujours assurée, mais debout. J’ai mal, j’ai ressenti des émotions affreusement négatives... Honnêtement, je me surprend. Malgré des doutes, des questionnements, des pertes de repères, des réponses qui m’échappent, je reste là.

Je vais être franche : je ne sais plus beaucoup de choses. J’ai peur. Très peur de l’avenir. Je ne sais plus où aller. Ce que je dois faire. Ce que je veux.

En même temps, je me découvre des forces insoupçonnées. Je suis ancrée dans quelque chose que je ne saurais nommé. Je lis voracement tout ce qui me rassure et m’aide un peu. Des centaines de pages sur le bouddhisme. Parfois cette idée folle que je devrais me faire nonne dans un monastère bouddhiste... Le bouddhisme m’apaise. Des idées, des phrases comme des refuges.

J’ai besoin de bons mots. De compassion. De gentillesse. De votre part sûrement. De ma part assurément.

Monastère bouddhiste... Et si j’étais trop différente pour cette société que j’habite ?

4 commentaires:

Nanou La Terre a dit…

Rien n'est plus apaisant que de se retrouver dans un endroit où on est libre d'agir en pur silence. Je te comprends tellement. J'ai souvent pris des week-end de solitude chez les Jésuites, à St-Jérôme. Et je mangeais dans le coin " Silence" en compagnie des religieuses. Paix totale, le summum. Pur bonheur xxx

Jean-François Fournier a dit…

EXcellente idée pour ressourcer

L'impulsive montréalaise a dit…

@Nanou : Je l'ai fait une fois aussi. Pas au même endroit, mais une retraite de silence. C'est vrai que ça fait beaucoup de bien. J'ai eu un mauvais évènement juste avant qui a enlevé un peu le calme de l'expérience, mais j'avais apprécié. J'aimerais bien recommencer sans la mauvaise surprise de la dernière fois...
@Jean-François : Je le crois, oui. Tout ce qui permet de s'arrêter un peu est de plus en plus nécessaire dans nos vies, dans notre société. Et ça ne peut se faire qu'en sortant de notre environnement habituel je crois.

Julie Deblois a dit…

Se sentir en déséquilibre.
Ce n'est pas facile, mais un jour l'équilibre se rétablit.
Les personnes sensibles ressentent plus fort tous les aléas de la vie...
Mais au final en ressortent toujours plus grandes, plus fortes.
Je te lis toujours et je ressens cette force en toi.
Toujours.
Lâche pas.